35
réponses
7
followers
Von : palferso | Donnerstag, 4. April 2019 um 11:43
Default
palferso
palferso
palferso dit :
C’est très strictement ce coeur qui est repris, nuancé et décliné à Birmingham.

Je voudrais conclure afin d'être le plus exhaustif possible, en faisant un récapitulatif des éléments de comparaison entre les 2 BRASS, éléments que j’ai aujourd’hui à la lumière d’une expérience bien plus importante sur Lancashire que sur Birmingham. Ces éléments sont donc à prendre avec des pincettes parce qu’ils ont trait d’abord à mon opinion et mes ressentis personnels et aussi parce que mon expérience quant à ces deux jeux est déséquilibrée.

Les diverses ruptures mises en place et imposées par Wallace dans Lancashire (l'aléatoire du marché extérieur; le contraste énorme entre une liaison canal et une liaison rail; la tension dans les 4-5 derniers tours sur l'ordre du tour amputé des emprunts; la concurrence à la vente tournant frontalement autour d'un seul édifice; l'imposition sans préavis, directe et factible de ce qu'implique une construction via une double-carte) font que le jeu imposera ici quoi qu'il arrive des soubressauts générateurs quasi automatiquement de tensions et de problématiques à réévaluer. Ces tensions constantes et ces problématiques subites ont été limées et applanies par ROXLEY dans Birmingham (ce que j’appelle dans d’autres posts “l’uniformisation”: uniformisation de la rentabilité potentielle des liaisons avec la valeur rehaussée/rehaussable des canaux, uniformisation de la dynamique de l'ordre du tour avec l'autorisation des emprunts sur toute la partie, contrôle potentiellement total sur ce que l'on peut vendre/construire via les bières, 3 édifices et non plus 1 seul vendable, la rustine/solution de facilité qu'impliquent les jokers, etc.). Mais du coup le jeu, si il est certes périphériquement sensiblement différent de son grand frère, en est aussi potentiellement plus plat et/ou plus facilement jouable par les uns et les autres en relative autarcie. Il est en effet plus aisé qu’à Lancashire pour chacun de suivre "tranquillement" sa voie si tout le monde reste dans une optique stratégique différente ou en bordure de celle des autres (schéma induit et favorisé par la présence d’une industrie supplémentaire (6 au lieu de 5) et de 3 type de bâtiments vendables au lieu d’1 seul). La concurrence y est donc au final moins forte (ou avec moins d’impact potentiel comme on préfère) sur à peu près tout et le jeu sera plus facilement soumis à un rythme et à un déroulé linéaire. L'interaction dépendra donc bien plus du bon vouloir des joueurs alors qu'à Lancashire, le jeu imposera toujours une violence à laquelle personne ne pourra se soustraire. A Birmingham, j’insiste, la violence propre à BRASS existe bel et bien mais son intensité dépendra avant tout des joueurs. C'est aussi pour ça que de ce point de vue, le jeu à 4 joueurs est pour moi de loin la meilleure config à Birmingham (et encore plus qu’à Lancashire…) car évidemment, les intérêts seront beaucoup plus susceptibles de se croiser qu'à 3 où le nombre d'industries différentes plus important et l'espace accessible pourront assez facilement permettre à chacun de faire sa petite cuisine dans son coin bien plus tranquillement qu'à Lancashire (aspect plus moderne/consensuel de Birmingham de ce point de vue). Birmingham pourra donc être perçu comme un jeu moins violent (ce qui est, à tort, souvent assimilé avec plus contrôlable) et/ou moins scripté que son aîné (dans le sens où les joueurs ont la possibilité d'en faire une boucherie ou quelque chose de bien plus politiquement correct), là où Lancashire pourra être perçu de son côté comme plus scripté et/ou plus astreignant dans le sens où le jeu se charge toujours de contraindre et de faire en sorte que les joueurs aient à se tapper quasi systématiquement sur la gueule et soient constamment sur la sellette et sous la menace de leurs adversaires et des ruptures diverses générées par le jeu.

Enfin, et la plus grosse différence réside sans doute ici, Lancashire afin de se prémunir au mieux ou au moins mal des diverses cassures évoquées plus haut, imposait presque le développement techno tant comme axe stratégique que comme assurance/couverture/pari sur l’avenir. A Birmingham, il n’y a plus de marché extérieur ou, dit autrement et sans entrer en détails et nuances, le marché extérieur est à construire via les brasseries (sans elles, pas de ventes). Cela implique donc plus d’actions à mettre en place pour générer des ventes vu que le marché n’est pas préexistant et n’existera que si l’on investit des actions en amont des ventes pour construire ces fameuses brasseries (la bière étant de plus également une des pierres angulaires de la bataille du rail). Les brasseries deviennent donc à Birmingham absolument centrales pour tout et forcément un minimum rentables. Elles sont un peu le pendant au développement techno de Lancashire. Par contre, vu que tout le monde devra du coup peu ou prou participer et concurrencer le marché des brasseries sous peine d’avoir de grands risques d’être mis sur la touche, il va y avoir logiquement bien moins d’actions disponibles pour développer efficacement et permettre d’arriver à rendre pérennes et efficaces des industries de haut niveau. Les grosses industries qui étaient très rentables à Lancashire ne le seront que bien peu à Birmingham (et ce d’autant moins que ROXLEY à Birmingham rehausse l’intérêt, la valeur et la compétitivité potentielle des édifices de bas niveau). Le jeu à 2 ou à 3 permettra sûrement aux grosses industries de pouvoir exister de manière bien moins circonstancielle tout simplement parce que les gros industriels auront plus d'actions à disposition pour participer plus activement à la bataille de la bière et du rail tout en pouvant également mener en parallèle sur un plus long terme leur projet de développement vers des industries de niveau élevé. On aura donc un jeu de ce point de vue plus ouvert stratégiquement à 2 ou à 3 joueurs mais qui présentera aussi l'inconvénient dans ces 2 configs, comme vu plus haut, de pouvoir voir assez naturellement chaque joueur optimiser de son côté, chacun bien aiguillé sur sa voie (les concurrences à Birmingham étant potentiellement moins frontales et moins étroitement entrecroisées sur plusieurs niveaux qu'à Lancashire comme évoqué ici aussi maintes fois plus haut et par ailleurs…). Le jeu à 4 joueurs ne permettra donc pas à mon sens aux grosses industries d'exister à Birmingham (à moins que tout le monde ne fasse que ça bien entendu) et on aura donc dans cette config un jeu ultra tactique (et vraiment rigolo: j'ai adoré toutes mes parties à 4).

Pour synthétiser, je reprendrai une formule utilisée par T-Bow ailleurs, où il dit à mon sens très justement qu’on aura avec Birmingham un jeu identique dans l'esprit à Lancashire tout en lui étant quasiment opposé dans l'exécution.

My top
No board game found
Guiz
Guiz
Je n'ai pas beaucoup de parties sur Birmingham (ou Lancashire), mais j'ai quand même l'impression que la ville de Birmingham est un peu "the place to be" (4 industries dispo + 6 connexions canal/rail + 2 connexions rail) ce qui induit de fait une bataille farouche pour s'y implanter et/ou se développer sur les villes environnantes.
J'ai moins eu cette impression de centre névralgique à Lancashire, mais comme précisé je n'ai que quelques parties sur ces deux opus... 
palferso
palferso
Guiz dit :j'ai quand même l'impression que la ville de Birmingham est un peu "the place to be" 
[...]
J'ai moins eu cette impression de centre névralgique à Lancashire

L'importance d'être positionné à Manchester et/ou dans ses alentours s'avère également souvent important à Lancashire notamment dans la perspective de la guerre du rail.

D'ailleurs, il y a là aussi une différence entre les 2 BRASS puiqu'à Lancashire, les gains potentiels via les liaisons sont pré-connus et fixés quand à Birmingham, ils peuvent assez largement fluctuer et une ville avec seulement 2 emplacements de construction peut parfaitement donner à elle seule 3 ou 4 points par liaison tout comme de la même manière, une grande ville (comme Birmingham par exemple...) peut très bien ne donner que peu de points (selon que des édifices avec 0, 1 ou 2 points de connexion y sont construits).

My top
No board game found