2354
réponses
164
followers
Von : fred henry760 | Samstag, 29. August 2015 um 19:07
Default
MadTotoro
MadTotoro
fred henry dit:Le truc c est que pour les jeux "casuals" je ne vois pas quel avantage le joueur peut tirer de KS . On est dans des gammes de prix raisonnables (donc le "rabais" KS est relativement faible, du coup je ne vois pas pourquoi pledger plutot que d attendre la sortie en circuit classique. Je ne dis pas que ces jeux ne seraient pas financés mais il me semble peu probable qu'ils dépassent largement leur seuil de financement.

Est-ce que pour l'auteur/éditeur ce n'est pas plus intéressant?
Là ou un auteur dans le circuit classique ne récupère que ses droits d'auteurs, en se lançant sur KS, il se retrouve "un peu obligé" d'assumer des casquettes multiples (éditer, gérer la fab, faire la comm, les salons, gérer la logistique, faire le support...) avec plus ou moins de réussite car il y a à chaque fois un métier différent à apprendre et à faire.
Alors rien ne l’empêche de faire la même chose sans KS, mais KS obligeant à la faire et permettant d'augmenter un peu ses marges, est-ce que ce n'est pas un moyen pour lui de vivre de son jeu alors que finalement assez peu d'auteurs classiques arrivent à en vivre complétement?
Jiheffe
Jiheffe
Vivre de ses KS en France, on en est encore loin il me semble.
Aux Zuhessa, peut-être plus. En tout cas, ça a permis à certains éditeurs de se lancer.
TMG, par exemple, a bien élargi son audience, embauché plusieurs personnes, et me semble limiter ses KS désormais (en tout cas ils lancent des projets hors KS).
My top
No board game found
CrashOver1D
CrashOver1D
syllant-0 dit:
crashover1d dit:
fred henry dit:Alors pour les boutiques "en dur" je pense effectivement que KS est un moindre problème comparé à la concurrence frontale online. J ai la certitude qu à moyen terme (5 ans) le vrai danger viens d Amazon.

Si Amazon s'y intéresse vraiment un jour, ça fera sans doute mal, mais à l'heure actuelle il n'y a aucun intérêt à y mettre un "pied" pour le JDS, on se retrouve avec des fiches à faire fuir (mal remplies car incomplètes ou fausses/erronées, mal présentées, ...etc) qui sont faites à l'arrache par des vendeurs Tiers, le tout à un prix pas forcement intéressant et avec des frais de port ! :china:

Je comprends que c'est un avis limité a Amazon.fr. Aux Etats-Unis, Amazon.com est déjà l'une des boutiques en ligne les plus intéressantes pour les JdS. Avec des prix bas en général, souvent des grosses promos ponctuelles, des FdP gratuits pour les clients Prime, + livraison dans la journée selon où t'habites.
Y'a qu'à suivre le forum Hot Deals de BGG pour se rendre compte qu'elle détrône peu à peu ses concurrents et que c'est effectivement le danger pour les boutiques en dur comme elle l'est pour d'autres secteurs.

Oui en effet, expérience et avis purement axée sur Amazon.fr :clownpouic:
kordo99Tmp
kordo99Tmp
MadTotoro dit:
fred henry dit:Le truc c est que pour les jeux "casuals" je ne vois pas quel avantage le joueur peut tirer de KS . On est dans des gammes de prix raisonnables (donc le "rabais" KS est relativement faible, du coup je ne vois pas pourquoi pledger plutot que d attendre la sortie en circuit classique. Je ne dis pas que ces jeux ne seraient pas financés mais il me semble peu probable qu'ils dépassent largement leur seuil de financement.

Est-ce que pour l'auteur/éditeur ce n'est pas plus intéressant?
Là ou un auteur dans le circuit classique ne récupère que ses droits d'auteurs, en se lançant sur KS, il se retrouve "un peu obligé" d'assumer des casquettes multiples (éditer, gérer la fab, faire la comm, les salons, gérer la logistique, faire le support...) avec plus ou moins de réussite car il y a à chaque fois un métier différent à apprendre et à faire.
Alors rien ne l’empêche de faire la même chose sans KS, mais KS obligeant à la faire et permettant d'augmenter un peu ses marges, est-ce que ce n'est pas un moyen pour lui de vivre de son jeu alors que finalement assez peu d'auteurs classiques arrivent à en vivre complétement?

Tres bonne remarque, je trouve. Il est important en effet d'aborder le pdv de l'auteur dans ce sujet. Ce que tu dis est vrai mais malheureusement tous les auteurs ne semblent pas investis dans la campagne de comm/prod au meme niveau. Hormis quelques exemples recents d'auteurs enthousiastes comme Shem philipps, serge Laget et benwab, je vois pas tellement de KS ou l'auteur vient mettre en valeur son jeu par differents aspects (campagne KS, salons, festivals, demos boutiques). Peut etre me trompe-je mais c'est mon ressenti et C'est dommage car s'il y en a bien un dont on voudrait l'avis c'est l'auteur.
Je me dois de citer les serious poulpes aussi bien sur, pour l'instant c'est un sans faute!
(Pdv=point de vue)
My top
No board game found
jmt-974
jmt-974
Shem, Benoit, Bruno (je cite pas leurs associés je les connais pas :) ) c'est un peu particulier... eux trois sont auteurs/éditeurs/porteurs du KS, et pas a leur coup d'essai au moment de leur premier KS...
Sege Laget lui oui ca marche il était juste auteur (et a ma connaissance son premier jeu sur KS) :)
Souvent sur les "un peu plus gros KS" l'auteur n'est ni porteur du KS ni éditeur... et a peut etre plus de mal a intervenir en fonction de "comment" (tres proches ou juste "pro") sont les relations avec l'editeur... d'un autre coté pour les francais a quelques tres rares exceptions pret les auteurs sont présents ici et sur les sujets de leur jeux quand ils sont sur KS... Non ?
Et sur les petits KS dans 99% des cas (du moins ceux que je suis) c'est l'auteur qui gere le projet donc il est 100% investit :)
jmt-974
jmt-974
MadTotoro dit:
Est-ce que pour l'auteur/éditeur ce n'est pas plus intéressant?
Là ou un auteur dans le circuit classique ne récupère que ses droits d'auteurs, en se lançant sur KS, il se retrouve "un peu obligé" d'assumer des casquettes multiples (éditer, gérer la fab, faire la comm, les salons, gérer la logistique, faire le support...) avec plus ou moins de réussite car il y a à chaque fois un métier différent à apprendre et à faire.

C'est d'ailleurs a cause de ca souvent que ca peut "ramer" niveau délai, par contre souvent niveau qualité le fait que ce soit "son" (voir unique) bébé incite a prendre le temps et dépenser un peu plus pour que ce soit "parfait"... souvent la qualité des KS que j'ai recu dans ce cadre (pas de figs, et auto edition) ont un matos au top, bien mieux que ce que propose souvent des éditeurs reconnus...
MadTotoro dit:
Alors rien ne l’empêche de faire la même chose sans KS, mais KS obligeant à la faire et permettant d'augmenter un peu ses marges, est-ce que ce n'est pas un moyen pour lui de vivre de son jeu alors que finalement assez peu d'auteurs classiques arrivent à en vivre complétement?

+1 meme si plus que "completement" je dirais "etre plus proche d'en vivre"... je pense que meme Shem Phillips ou Benwab par exemple en sont encore assez loin, meme si KS les aideras probablement a y arriver un peu plus vite que le circuit classique...
Xahendir
Xahendir
Jiheffe dit:Vivre de ses KS en France, on en est encore loin il me semble.

Pour 10 ' to kill, il me semble que les infos sur la réussite financière du projet étaient celles là :
- le projet était financé à 8 000 €,
- le projet n'était rentable pour l'éditeur qu'à 30 000 € (en prenant seulement en compte KS),
- vu la somme récolté, en fin de campagne, la rentabilité repartait à la baisse pour l'éditeur.
My top
No board game found
BlackMane design
BlackMane design
fred henry dit:
7Tigers dit:De nos jours, les banques ne font déjà par leur boulot pour des secteurs non risqués, alors pour des jeux de plateau :roll: ...

Complètement d accord.
Quand j ai dû emprunter pour cofinancer la première édition de Timeline j ai du voir 4 banques avant d obtenir mon crédit. J aurais sans doute eu moins de mal si celà avait été pour acheter un écran plat géant.

Je me permet de rajouter mon grain de sel. Je bosse sur un JV avec une licence connue de vous tous ici, et on a mis de nombreux mois et pas mal de banque afin d'avoir l'accord d'un prêt pour financer le développement. Alors que le risque est le plus minimal possible, surtout pour les banques puisque l'on avait des garantis pour le remboursement très élevé.
Donc oui, sur un secteur "à risque" tout le monde est frileux. Et si on avait demandé un prêt pour un appart, on l'aurait eu le lendemain sans doute. Pour la même somme, et sans garantie.
My2cents. :)
jmt-974
jmt-974
Xahendir dit:
- vu la somme récolté, en fin de campagne, la rentabilité repartait à la baisse pour l'éditeur.

Rentabilité a la baisse ne veux pas dire gagner moins en valeur absolue mais en % ... ;)
Apres par exemple pas de quoi vivre de ce jeu bien longtemps avec ce qui a été levé... il faudrait en faire plusieurs par an pour payer un salaire amha...
khaali
khaali
jmt-974 dit:Shem, Benoit, Bruno (je cite pas leurs associés je les connais pas :) ) c'est un peu particulier... eux trois sont auteurs/éditeurs/porteurs du KS, et pas a leur coup d'essai au moment de leur premier KS...

+1 avec jmt, les auteurs cités sont français et auto-édités, donc forcement il est "facile" de les croiser et d'échanger avec eux quand on habite en France, que l'on fréquente TT et que l'on va occasionnellement sur les salons.
C'est plus compliqué avec des auteurs étrangers. Cependant, comme le disais val2partajeux, les auteurs étrangers sont très accessibles sur KS et on se retrouve très vite à pouvoir échanger avec eux (hors grosses campagnes à la CMON), ce qui est vraiment sympa et inimaginable en boutique, et est une vraie plus-value du participatif.
Default
kordo99Tmp
kordo99Tmp
En effet je pensais aux gros KS, j'avais le sentiment qu'hormis les grosses pointures portant leur jeu, Fred Henry ou E. lang par exemple, on assiste a des gros produit lancés collegialement avec, à mon sens un manque de mise en avant de l'auteur vantant les merite de son jeu, sa vision, le partage avec les futurs backers.
Mais il y a aussi des "petits" projets sur KS qui deviennent vite gros alors mon avis peut être biaisé. Mais justement cE sont sans doute ceux là mêmes où l'auteur est assez présent! Il se peut que bon nombre de backers aient besoin d'une star/moteur du projet pour que l'alchimie prenne. Exemple Fred Henry, un vrai projet federateur autour de lui, on sait que les regles et le design sont travailles et comment (transparence) et on peut echanger, donner son avis, faire des propals,etc.
C'est peut etre ce qui manque dans certains projets recents, ou dans des produits du circuit classique.
Un exemple le Matagot, attention je tape pas j'aime la plupart de leurs jeux, auraient pu mieux communiquer sur la suite de Room25 et malgre les couacs, rassurer les acheteurs. La, c'est un peu tard, je ne sais meme plus si je veux l'acheter alors que j'aime ce jeu! D'autres exemples sur KS ou les auteurs n'intervinnent a aucun moment pour rassurer sur le fait qu'on est sur un bon jeu alors qu'il y a des couacs de com/prod.
My top
No board game found
jmt-974
jmt-974
@Khaali
Shem il est pas tout a fait francais, mais le reste oui oui je suis d'accord a 100% avec toi...
Pit0780
Pit0780
Xahendir dit:
Jiheffe dit:Vivre de ses KS en France, on en est encore loin il me semble.

Pour 10 ' to kill, il me semble que les infos sur la réussite financière du projet étaient celles là :
- le projet était financé à 8 000 €,
- le projet n'était rentable pour l'éditeur qu'à 30 000 € (en prenant seulement en compte KS),
- vu la somme récolté, en fin de campagne, la rentabilité repartait à la baisse pour l'éditeur.

En fait, auteur, c'est vraiment une passion plus qu'un métier (alors que ça demande énormément de temps et d'argent).
Des auteurs comme Bruno Cathala, ou Fred Henry peuvent en vivre ?
Xahendir
Xahendir
jmt-974 dit:Rentabilité a la baisse ne veux pas dire gagner moins en valeur absolue mais en % ... ;)

Je sais. Mais ça veut dire qu'on a une courbe rentabilité en fonction du montant engrangé qui forme une sorte de cloche :
- ce n'est pas rentable et l'éditeur investit également "de sa poche",
- puis l'éditeur a plus de rentrée que de sortie d'argent et pour chaque engagement qui se rajoute, l'écart se creuse en faveur de l'éditeur,
- puis en raison des SG qui ont un coût de production, la courbe "plafonne",
- et enfin l'écart entre rentrée et sortie d'argent diminue.
En tout cas, c'est comme ça que je l'avais compris à l'époque.
My top
No board game found
Skarlix
Skarlix
pit07 dit:
Des auteurs comme Bruno Cathala, ou Fred Henry peuvent en vivre ?

Oui, ils en vivent, mais ça fait parti des rares, genre même pas une dizaine en France il me semble.
jmt-974
jmt-974
kordo dit:bla bla bla auteur bla bla bla

Je pense que si tu parles des gros KS c'est normal les editeurs veulent garder le pigeon (le backer pardon) captif... et capitalisent sur leur nom pas celui de l'auteur...
Le cas particulier E. Lang est tres récent... et je soupçonne CMon de le sortir de la cave depuis peu uniquement parce que la chaine qu'il lui ont mis a la cheville (avec son accord j'entend) est suffisamment solide pour que capitaliser sur son nom soit aussi important que capitaliser sur le leur...
(Je peut étaler un peu ca si ca interresse du monde mais plus tard... j'ai la dalle la...)
Pour les petits KS l'auteur étant généralement le porteur de projet en effet pas de soucis...
jmt-974
jmt-974
Xahendir dit:
- et enfin l'écart entre rentrée et sortie d'argent diminue.

En fait non, justement, l'éccart (le montant gagné) augmente... mais le % de marge baisse... (avant de remonter, puis redescendre, etc)
Xahendir
Xahendir
jmt-974 dit:Le cas particulier E. Lang est tres récent... et je soupçonne CMon de le sortir de la cave depuis peu uniquement parce que la chaine qu'il lui ont mis a la cheville (avec son accord j'entend) est suffisamment solide pour que capitaliser sur son nom soit aussi important que capitaliser sur le leur...
(Je peut étaler un peu ca si ca interresse du monde mais plus tard... j'ai la dalle la...)

J'avais lu (je ne sais plus où malheureusement ...) un commentaire du genre "Eric Lang n'est pas un auteur de jeux, c'est un technicien payé à faire de la production à la chaîne de jeu". :shock:
Je trouve le jugement violent mais je manque de recul pour me faire mon opinion.
My top
No board game found
Skarlix
Skarlix
Si c'est le cas c'est pas grave, il fait généralement du très bon boulot.
juls-m
juls-m
N'oubliez pas que les projets de KS ne sont pas tous US/FR.
Pour un (jeune) auteur d'un pays de l'Est par exemple, l'accès à un éditeur, aux salon pour présenter son travail, à un financement bancaire, ... est bien plus compliqué.
My top
No board game found
Default
jmt-974
jmt-974
Xahendir dit:
jmt-974 dit:Le cas particulier E. Lang est tres récent... et je soupçonne CMon de le sortir de la cave depuis peu uniquement parce que la chaine qu'il lui ont mis a la cheville (avec son accord j'entend) est suffisamment solide pour que capitaliser sur son nom soit aussi important que capitaliser sur le leur...
(Je peut étaler un peu ca si ca interresse du monde mais plus tard... j'ai la dalle la...)

J'avais lu (je ne sais plus où malheureusement ...) un commentaire du genre "Eric Lang n'est pas un auteur de jeux, c'est un technicien payé à faire de la production à la chaîne de jeu". :shock:
Je trouve le jugement violent mais je manque de recul pour me faire mon opinion.

Pareil que skarlix... mais tu peux dire pareil de deux trois auteurs de jeux FR si tu vas par la...
Apres qu'est ce qui est le plus important ? Moi le jeu aurait été inventé par un gamin de trois ans, ou meme par une machine, tant que j'y prend du plaisir... et les siens pour l'instant c'est toujours le cas :mrgreen:
(ca me fait penser a des débat sur l'art... et qui est un artiste et qui un gribouilleur du dimanche...)
7Tigers
7Tigers
Xahendir dit:
Jiheffe dit:Vivre de ses KS en France, on en est encore loin il me semble.

Pour 10 ' to kill, il me semble que les infos sur la réussite financière du projet étaient celles là :
- le projet était financé à 8 000 €,
- le projet n'était rentable pour l'éditeur qu'à 30 000 € (en prenant seulement en compte KS),
- vu la somme récolté, en fin de campagne, la rentabilité repartait à la baisse pour l'éditeur.

10 ' to kill devrait bien se vendre également en boutique, vu le rapport fun / prix.
kordo99Tmp
kordo99Tmp
En gros on pourrait en retirer que les grosses productions n'ont pas vraiment besoin de faire communiquer l'auteur, les petites c'est essentiel, moteur de la reussite. Dans tous les cas jmt, je ne partage pas ton sentiment sur l'auteur qui pourrait etre un gamin ou une machine (ne communiquant pas sur leur jeu ou alors au secours!) et j'irai maintenant je crois, ne pledger que des jeux ou l'on aura pu communiquer/voir l'equipe en action.
Pour moi le meilleur exemple recent reste 10TK ou l'on a pu decouvrir le sympathique auteur et ses collaborateurs, jusque même l'illustratrice (cas assez rare pour le souligner) avec qui des echanges ont ete possibles et qui a temoigné de l'engouement pour le jeu sur lequel elle travaillait atm.
Bref voila, pour moi l'aspect humain d'un KS tre ouvert a son public est primordial, ce qui pour revenir au sujet de base est valable aussi avec les boutiques.. Amazon, connait pas, c'est qui? :)
My top
No board game found
lampourde
lampourde
fred henry dit:Le truc c est que pour les jeux "casuals" je ne vois pas quel avantage le joueur peut tirer de KS . On est dans des gammes de prix raisonnables (donc le "rabais" KS est relativement faible, du coup je ne vois pas pourquoi pledger plutot que d attendre la sortie en circuit classique. Je ne dis pas que ces jeux ne seraient pas financés mais il me semble peu probable qu'ils dépassent largement leur seuil de financement.

Le plaisir de soutenir un projet qu'on apprécie, et une équipe avec laquelle on accroche.
Mettre un peu de sens dans un achat certes pas coûteux, mais pour lequel on a un peu plus que l'impression de donner des sous à un commerçant pour repartir avec un produit ...
Sans vouloir donner dans la psychologie de comptoir, j'ai l'impression qu'en ce moment pas mal de gens en ont marre du transactionnel pur et dur (moi le premier), et ont envie de pouvoir considérer certains actes d'achat autrement (je ne sais plus qui parlait d'acte "politique", il y a aussi eu des débat sur les phénomène AMAP et consorts - mais c'était peut être sur le fil Conan).
Quand un porteur de projet s'implique et communique avec des backers, tu as au delà du produit lui même une "expérience" qui ajoute de mon point de vue une valeur ENORME à ton achat : le côté participatif. Au sens premier du terme : tu participes au financement, mais avec certains porteurs, tu participes aussi à son développement - dans une moindre mesure - ou à son amélioration, tu participes aussi à sa com' et son marketing en lui donnant de la visibilité. Bref, tu fais un truc plus intelligent et valorisant que simplement dégainer ton portefeuille ...
Ça fait du bien au moral / à l'ego sans coûter une blinde : tout le monde y gagne.
My 2cts
Xahendir
Xahendir
7Tigers dit:10 ' to kill devrait bien se vendre également en boutique, vu le rapport fun / prix.

Je le leur souhaite. J'essaierai de faire le découvrir le jeu à un maximum de gens quand je recevrai ma boîte. :D
My top
No board game found
Endevor
Endevor
Je crois aussi que ce facteur humain ne joue quasiment que pour les projets qui réussissent à peine à se financer, pour les beaux succès (même sans parler de Conan) c'est quasiment uniquement le contenu et la valeur perçue qui compte.
Kirceis
Kirceis
lampourde dit:
fred henry dit:Le truc c est que pour les jeux "casuals" je ne vois pas quel avantage le joueur peut tirer de KS . On est dans des gammes de prix raisonnables (donc le "rabais" KS est relativement faible, du coup je ne vois pas pourquoi pledger plutot que d attendre la sortie en circuit classique. Je ne dis pas que ces jeux ne seraient pas financés mais il me semble peu probable qu'ils dépassent largement leur seuil de financement.

Le plaisir de soutenir un projet qu'on apprécie, et une équipe avec laquelle on accroche.
Mettre un peu de sens dans un achat certes pas coûteux, mais pour lequel on a un peu plus que l'impression de donner des sous à un commerçant pour repartir avec un produit ...
Sans vouloir donner dans la psychologie de comptoir, j'ai l'impression qu'en ce moment pas mal de gens en ont marre du transactionnel pur et dur (moi le premier), et ont envie de pouvoir considérer certains actes d'achat autrement (je ne sais plus qui parlait d'acte "politique", il y a aussi eu des débat sur les phénomène AMAP et consorts - mais c'était peut être sur le fil Conan).
[Et ce qui suit aussi, hein, mais surtout ça pour ma réponse]

Yep. C'est d'ailleurs, je pense, ce qui entraîne en partie la migration du gros des topics / posts vers cette section au détriment de "discutons jeux".
Un jeu édité "normalement", on a pas prise dessus. Il va sortir dans une version pré-définie (au WIP près).
Un prix, un contenu défini, et il sortira, c'est inéluctable vu que c'est engagé financièrement par l'éditeur.
Par contraste, un KS, c'est du teasing sur une intention, un souhait, un truc pour lequel un auteur a de la hype, mais pas la possibilité de le sortir en circuit classique (ou la volonté, mais là c'est un KS qui n'en est pas un (Queen Games...)). Et s'il sort, il sera potentiellement bien plus riche qu'une boîte boutique.
Il y a des phtos des WIP par des gens lambda, des CR, des évolutions des règles (quand il y en a :p)... Rien que de très normal, au fond, sauf que celui qui rapporte l'info n'est pas un professionnel de la profession / un marketeux (sans vouloir être insultant, hein, j'entend par là un truc "leaké" exprès, pris sous le bon angle etc...) / un chargé de com, mais bien un "simple" joueur qui a émis le souhait de le faire, et est donc convaincu, et convaincant parce qu'il est "comme moi".
De même, rentrer dans ce process de moubourrage, de désir pour les backers tient d'une part au potentiel affiché du projet, mais aussi à celui induit. Les SG, les Add-on, une structure de prix qui change de l'achat en boutique (dur ou ligne; hors exceptions, tu "repars" avec juste ta boîte; sur KS, sans les 457 extensions qui vont bien, tu as l'impression de louper un truc malgré les ~300€ de SG (de contenu, de temps pour tout explorer au fil de noooombreuses parties, et qui sont offerts) - pour reprendre l'exemple de Conan).
Je ne critique nullement l'édition classique d'un jeu, hein. Il y a d'ailleurs la plupart du temps exactement le même moubourrage en terme d'attentes, d'infos filtrant, techniquement avec le même contrôle (un "lambda" partage la plupart du temps ce qu'il est autorisé à dévoiler)...
Mais le ressenti est différent, moins professionnel, plus humain - sans mépris aucun, toujours, j'espère que vous comprenez ce que je tente d'exprimer ^^
My top
No board game found
jmt-974
jmt-974
kordo dit:Dans tous les cas jmt, je ne partage pas ton sentiment sur l'auteur qui pourrait etre un gamin ou une machine (ne communiquant pas sur leur jeu ou alors au secours!) et j'irai maintenant je crois, ne pledger que des jeux ou l'on aura pu communiquer/voir l'equipe en action.

L'autre comment il me sort du contexte :shock: :shock: :shock:
Je parlais d'E Lang... ce que je disait apres n'avait rien a voir avec KS, je disais en gros que l'auteur soit un "auteur" ou "une machine a chier du jeu",tant que je prend du plaisir sur un jeu sur le fond je m'en fiche (cf la remarque page d'avant sur E Lang qui répond a des commandes...)
jmt-974
jmt-974
endevor dit:Je crois aussi que ce facteur humain ne joue quasiment que pour les projets qui réussissent à peine à se financer, pour les beaux succès (même sans parler de Conan) c'est quasiment uniquement le contenu et la valeur perçue qui compte.

+1 mais on voit surtout les gros au final quand je lis ce qui ce dit ici, alors que c'est au mieux une ou deux centaines de projets sur les milliers de finances (3-4000)
fred henry760
fred henry760
Ok. J ai changé d avis. Même les jeux casuals peuvent dinc fonctionner sur KS. La bonne affaire n est qu une variable parmi d autre. Comme quoi ça ne sert pas à rien de débattre.
My top
No board game found
Default
fred henry760
fred henry760
fred henry dit:Ok. J ai changé d avis. Même les jeux casuals peuvent dinc fonctionner sur KS. La bonne affaire n est qu une variable parmi d autre. Comme quoi ça ne sert pas à rien de débattre.

... mais donc c est encore plus problématique pour les boutiques à terme :shock: . Parce que dans ma tête on se dirigeait vers deux marchés distincts avec très peu de passerelles entre les produits. En gros :
- le casual = Boutiques
- le Core = KS.
Si ce n est pas le cas il y a forcément une fuite du CA boutique vers KS.
My top
No board game found
jmt-974
jmt-974
Ca c'est une autre question...
> Fuite de l'un vers l'autre ?
> Creation de valeur par l'apport de nouveaux consommateurs grace a ce nouveau marché ?
> Est ce qu'on dépense réellement en moins en boutique ce qu'on dépense sur KS ? (mon cas a moi : non, je pompe le budget sur d'autres loisirs souvent)
> Creation de valeur par l'apport de jeux prémarketés (là c'est les editeurs / distris qui perdent) ?

Mais oui carrément pour la question de base elle est très pertinente...