Default
Biloba
Biloba
Ça fait deux semaines que je demande des devis un peu partout pour la réalisation de plateaux de jeux en bois.
En France, sur la bonne vingtaine de demande que j'ai faite, seulement deux réponses et pas spécialement positives.
Je fais quelques demandes A Taïwan, aux USA, au Canada et en Italie, que des réponses toutes positives et super cordiales.
Après on s'étonne qu'on fasse tout fabriquer ailleurs !

Voilà ça fais du bien...
mickey.bar
mickey.bar
c'est ti pas malheureux de voir ça ...

c'est vrai qu'en france, l'industrie du jeu n'est pas la mieux lotie. :(

[mode pas_drole on]
mais nous on a la starac ! z'ont pas la starac à taïwan !
[mode pas_drole off]
jmguiche
jmguiche
mickey.bar dit:
[mode pas_drole on]
mais nous on a la starac ! z'ont pas la starac à taïwan !
[mode pas_drole off]


Ca m'étonnerai qu'ils aient pas la starac !

AMA ils l'ont eu avant nous !
mickey.bar
mickey.bar
ouais, possible...

c'est vrai que les asiatiques, en jeu télé à la con, 'sont très forts... mais en real tv, je sais pas...

'fin bref, c'était pas le sujet...
Le Zeptien
Le Zeptien
Oui, c'est un gros déterrage (), mais à votre avis, c'est toujours d'actu ce qui est dit dans le premier post ? 
Lymon Flowers
Lymon Flowers
Probablement.  Avec des potes on a essayé de trouver un imprimeur Français qui soit capable de sortir des planches de pions type wargame pour des séries relativement limitées (moins de 1000 exemplaires).  Ben ça n'existe pas.

On en a trouvé un Espagnol, c'est plus pratique qu'avant où tout était imprimé au Cambodge !
 
Stefme
Stefme
Biloba dit :Ca fait deux semaines que je demande des devis un peu partout pour la realisation de plateaux de jeux en bois.
En france, sur la bonne vingtaine de demande que j'ai faite, seulement deux reponses et pas specialement positives.
Je fais quelques demandes A Taiwan, aux USA, au Canada et en Italie, que des reponses toutes positives et super cordiales.
Aprés on s'etonne qu'on fasse tout fabriquer ailleurs!

Voila ca fais du bien...

Mêmes difficultés de mon côté sur un projet perso... Avec la COVID et la guerre en Ukraine

 

Stefme
Stefme
Toujours la même réponse
Femto
Femto
Avec les augmentations de prix, ça doit être encore plus compliqué :-/
Le Zeptien
Le Zeptien
Je vais pas vous mentir, je m'attendais un peu à ces réponses. Le post d'origine, qui remonte au début de TT, évoque un soucis qui subsiste encore presque 20 ans plus tard...et pourtant ! Le marché du jeu a bien changé depuis, il s'en produit plus, s'en vend plus, il y a donc des marchés à prendre pour la fabrication des composants. je suis pas chef d'entreprise dans l'âme, mais je reste un peu interloqué par cet espèce immobilisme, ce manque d'initiative dans ce domaine en tout cas.  Après,  l'histoire des coûts pour justifier que c'est mieux de le faire ailleurs, cela à souvent été débattu mais bon...si cela a été vrai à un moment (et encore, c'était très discutable), je suis pas convaincu que ce le soit toujours aujourd'hui. 

Durant une formation en informatique l'an dernier, ma Seconde Moitié d'Orange s'est retrouvé avec une petite équipe à devoir plancher sur la conception d'un jeu de plateau à partir d'un thème donné, du concept à la réalisation (avec les plateau, les cartes, pions et tout ça...). Le travail du graphisme et des textes était privilégié. Cependant, les choses se sont corsées dés qu'ils ont voulu faire imprimer la boite, un plateau, des cartes et quelques jetons. Pas facile de trouver un imprimeur acceptant ce travail et capable de le faire; Finalement, ils ont trouvé, mais quel galère ! 
Default
Lymon Flowers
Lymon Flowers
Le truc, c'est qu'on a perdu énormément de savoir-faire à force de délocaliser la production.

Le made in france, tant appelé des vœux des politiques c'est vraiment compliqué car remonter une filière demande des investissements massifs auxquels personne n'est prêt à consentir.  D'autant plus que nous sommes tous habitués aux produits de consommation peu chers.  Produits qui seront forcément moins chers fabriqués dans des pays où l'esclavage a toujours cours et tant que le coût environnemental d'un produit ne se retrouve pas sur l'étiquette.
Gabriel Ombre
Le Zeptien
Le Zeptien
Lymon Flowers dit :Le truc, c'est qu'on a perdu énormément de savoir-faire à force de délocaliser la production.

Oui, et le pompom, c'est que cette perte de savoir-faire est parfois invoquée pour justifier la non-relocalisation. Je pose une question simple : pourquoi, en France, des gens se formeraient encore sur des métiers qui n'existent plus dans le pays ? Je donne souvent le même exemple, mais je me souviens d'un chef d'entreprise français qui avait délocalisé sa production de lingerie féminine en Tunisie. Quand on lui demandait si un jour il pensait relocaliser en France, il répondait non, en expliquant qu'il n'y retrouverait pas le main-d'oeuvre capable de travailler ce type de produit. "Ben oui, mais la faute à qui ? Si toi et tes potes bossant dans le même secteur n'était pas partis au Maghreb ou en Chine, il y aurait peut-être encore des gens avec du savoir-faire ici..."(ça, c'est ce que je rêve de lui répondre). 

Aprés, question matériels pour jeux, je ne sais pas si on a fait partie un jour des plus fortiches en la matière...mais bon, avec le développement de ce loisir ces 25 dernières années, cela auraient dû inspirer certains "détenteurs de biens et moyens de production", ou même quelques personnes passionnées en capacité de tenter l'aventure dans ce secteur...
 

Rodenbach
Rodenbach
En France nous avions des imprimeurs et des cartonniers. Je pense que donc on a potentiellement déjà l'infrastructure, en tout cas une ossature sur laquelle on pourrait développer une industrie.
Le Zeptien
Le Zeptien
Je veux bien le croire. Maintenant, cela peut-il inspirer quelques audacieux ? Et puis ensuite, il faut que les éditeurs suivent, mais là, c'est une autre histoire...
laglute
laglute
Bonjour

J'ai participé la semaine dernière à un festival de jeux, et j'ai vu que le jeu "Loco Momo" a été imprimé en France, mais je n'ai pas vérifié où.

Peut être que ça donnerait quelque chose de ce côté là...
Ymokal
Ymokal
Le Zeptien dit :
Lymon Flowers dit :Le truc, c'est qu'on a perdu énormément de savoir-faire à force de délocaliser la production.

Oui, et le pompom, c'est que cette perte de savoir-faire est parfois invoquée pour justifier la non-relocalisation. Je pose une question simple : pourquoi, en France, des gens se formeraient encore sur des métiers qui n'existent plus dans le pays ? Je donne souvent le même exemple, mais je me souviens d'un chef d'entreprise français qui avait délocalisé sa production de lingerie féminine en Tunisie. Quand on lui demandait si un jour il pensait relocaliser en France, il répondait non, en expliquant qu'il n'y retrouverait pas le main-d'oeuvre capable de travailler ce type de produit. "Ben oui, mais la faute à qui ? Si toi et tes potes bossant dans le même secteur n'était pas partis au Maghreb ou en Chine, il y aurait peut-être encore des gens avec du savoir-faire ici..."(ça, c'est ce que je rêve de lui répondre). 

Aprés, question matériels pour jeux, je ne sais pas si on a fait partie un jour des plus fortiches en la matière...mais bon, avec le développement de ce loisir ces 25 dernières années, cela auraient dû inspirer certains "détenteurs de biens et moyens de production", ou même quelques personnes passionnées en capacité de tenter l'aventure dans ce secteur...
 

Sauf erreur, on envoie bien des ingénieurs français former des indiens ou des chinois. Pourquoi on ne ferait pas l'inverse ? A savoir demander à des maghrébins ou des chinois de nous former pour relocaliser, si, effectivement, on a perdu certains savoirs industriels ? ...

KiwiToast
KiwiToast
Qui voudrait investir pour produire 500 ex d'un jeu beaucoup plus cher que dans d'autres pays d'Europe ?
Rodenbach
Rodenbach
KiwiToast dit :Qui voudrait investir pour produire 500 ex d'un jeu beaucoup plus cher que dans d'autres pays d'Europe ?

Florent Toscano ? 

KiwiToast
KiwiToast
Heureusement que Florent produit pas ses jeux en 500 ex !!! :D

Et je ne vois pas dans lequel de ses jeux il y a un plateau. (et je parle pas du bois qui était évoqué au début)

 
Default
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
La logique libérale est celle du porte monnaie.

L'orthodoxie libérale consiste à ne croire que dans l'ordre actuel du monde.

Donc oui, dans cette approche, produire en France n'a aucun sens autre que la fierté d'un certain nationalisme.

Mais, comme sur beaucoup de sujets, on peut orienter différemment le prisme de lecture.

Le souci bien réel, c'est que cette orthodoxie dispose d'un large monopole financier et qu'investir de façon radicalement différente est sans doute hors de portée pour les particuliers.

Cependant, des expériences assez peu pérennes sont nées des esprits éclairés d'idées nouvelles et qui se voulaient prometteuses. Il y a foison d'exemples. Mais, ces expériences servent aussi de caution à l'orthodoxie : leurs fins annoncées inéluctables sont montrées comme preuves de leur inefficacité.

Alors hélas, tout est à chaque fois à réinventer car les structures ne sont pas là pour répondre aux besoins :

Dans le cas de l'auteur d'un jeu qui veut se faire éditer en France en produisant un contenu fabriqué en France, ce n'est pas simple de trouver une entreprise adéquate car au pire, elle n'existe pas et souvent au mieux, elle n'est pas adaptée.

J'avais déjà fait remarquer dans un avis très ancien que le problème de qualification et de savoir faire perdu était une légende bien entretenue pour justement faire perdurer une situation qui convient à l'orthodoxie libérale.

Evidemment, trouver des ouvriers spécialisés dans des domaines précis peut être un très gros problème du fait de leur rareté. Certes. Mais vous allez les trouver où, ces ouvriers ? Les faire venir de Chine ? Mais quelle formation ont-ils ? Et combien acceptez vous de les payer ? Et surtout, est-ce qu'ils sont assez souples dans leur formation pour évoluer si le métier l'exige ? Dans un pays de plus d'un milliard d'habitants, ce n'est pas grave. Par chez nous, il y a beaucoup à réfléchir sur la formation, autrement que par le biais uniquement de l'artisanat, même s'il est primordial, en attirant des esprits attirés par les sirènes du tertiaire et de la finance. Un peu à la manière des allemands qui ont bien plus d'écoles de techniciens que de commerce. Et bien sur, les payer à hauteur de ce qu'ils produisent et aussi de leur qualification.

Ca n'empêchera pas ces futures élites d'avoir un bagage culturel associé, ne serait-ce que par le biais de l'éducation populaire mais aussi par la formation continue et l'ouverture des différentes académies à un public bien plus large. Un peu suivant le modèle des pays de l'Est d'avant 1980.

Et bonne fin de soirée.
OverWhirl
OverWhirl
Dans cet océan de merde, je vois pointer depuis quelques années une petite saillie de début de commencement de fleur : je ne sais pas comment se porte ce marché mais j’ai l’impression très subjectivement que ça à l’air d’aller pour tous les particuliers ou les pros qui se lancent dans les goodies 3D-o-imprimés ? La plupart sont européens et ce n’est pas un secteur encore bouffé par les avides chinois mais bon…
enpassant
enpassant
OverWhirl dit :Dans cet océan de merde, je vois pointer depuis quelques années une petite saillie de début de commencement de fleur : je ne sais pas comment se porte ce marché mais j’ai l’impression très subjectivement que ça à l’air d’aller pour tous les particuliers ou les pros qui se lancent dans les goodies 3D-o-imprimés ? La plupart sont européens et ce n’est pas un secteur encore bouffé par les avides chinois mais bon…

La fleur est très fragile hélas. 
Sur Grenoble il y a eu 3 boutiques d'impression 3D, les 3 ont mis la clé sous la porte, dommage.

Ariochson
Ariochson
L'éternel cercle vicieux :
- on délocalise un peu, pour gagner un peu de sous (plus ou moins en exploitant la misère ailleurs, pour les plus optimistes en jouant sur des différences de niveau de vie),
- puis les concurrents qui n'ont pas délocalisé souffrent de la comparaison sur les prix, le consommateur ayant majoritairement un prisme "prix d'abord", "qualité ensuite", "Made in France enfin" 
- du coup la production locale est soit déclinante soit délocalisée
- et finalement la production locale n'est plus possible "on ne sait plus faire" et relocaliser coute cher (en investissement, formation, prix de revient....)
- on se retrouve pieds et poings liés avec des fournisseurs d'ailleurs (on pleure le prix du gaz russe, imaginez un embargo total sur les produits chinois : ce serait encore bien pire !)

Comment revenir en arrière ? difficile, très difficile...
plusieurs pistes :
- éduquer les consommateurs / politiques / décideurs à la vision plus long terme (gagner un peu maintenant me fera perdre beaucoup plus tard) ==> c'est pas gagné... le gaz russe aurait pu être un avertissement qui amène à réfléchir, mais j'ai l'impression que ça ne va rien changer
- éduquer les consommateurs / politiques / décideurs à plus de modération (gagner moins, consommer plus durable...)
- inclure dans le coût des produits l'ensemble des "frais réels" : coût pour l'environnement (à la production, au transport, à l'utilisation, au recyclage...) / coût social / la durabilité des produits / leur réparabilité...


Tout ça n'est pas propre au domaine ludique, mais généralisé, le jeu n'étant qu'un épiphénomène...
En France, j'ai l'impression que le seul domaine où ça commence à bouger dans le bon sens c'est l'alimentation (il faut dire qu'on est les meilleurs ;) ), coté culturel c'est compliqué : on résiste mais c'est de plus en plus dur...
KiwiToast
KiwiToast
J'ai l'impression que vous parlez beaucoup de la Chine, alors que pour tout ce qui concerne le carton, nous avons les usines en Allemagne/Espagne/Europe.

Autant pour l'Asie, je vois bien l'enjeu écologique, autant pour des plateaux en carton fabriqués en (proche) Europe, j'ai plus de mal à voir l'intérêt de vouloir les faire absolument en France. D'autant plus qu'on parle de jeux vendus dans le monde entier, et pas seulement dans l'Hexagone.
Le Zeptien
Le Zeptien
KiwiToast dit :J'ai l'impression que vous parlez beaucoup de la Chine, alors que pour tout ce qui concerne le carton, nous avons les usines en Allemagne/Espagne/Europe.

Autant pour l'Asie, je vois bien l'enjeu écologique, autant pour des plateaux en carton fabriqués en (proche) Europe, j'ai plus de mal à voir l'intérêt de vouloir les faire absolument en France. D'autant plus qu'on parle de jeux vendus dans le monde entier, et pas seulement dans l'Hexagone.

Ben...je sais pas...ou alors une idée (idiote sans doute mais je la tente) : pour donner du travail dans une entreprise à des gens en France qui sont au chômage ? En gagnant un peu de sous, ils pourront d'ailleurs peut-être s'offrir des jeux (parce quand si tu n'as pas de salaire, les jeux, fabriqués en Chine ou en Allemagne, ça peut vraiment faire très cher hein...)

Rodenbach
Rodenbach
Vous trouvez pas que ce genre de sujet fait vide sans Fraisdeau ? 
Le Zeptien
Le Zeptien

Prend gardes à certaines invocations...
Rodenbach
Rodenbach
J'ai pris le risque au nom de l'humour 
Le Zeptien
Le Zeptien
C'est trop dangereux, même au nom de l'humour... Chuuuuuttt ! 
Default
M.Drake
M.Drake
Ce n'est pas à la troisième fois que l'on prononce son nom qu'il apparaît?...Ca laisse encore deux chances...
 
Casimir Morel
Casimir Morel
Le Zeptien dit :
KiwiToast dit :J'ai l'impression que vous parlez beaucoup de la Chine, alors que pour tout ce qui concerne le carton, nous avons les usines en Allemagne/Espagne/Europe.

Autant pour l'Asie, je vois bien l'enjeu écologique, autant pour des plateaux en carton fabriqués en (proche) Europe, j'ai plus de mal à voir l'intérêt de vouloir les faire absolument en France. D'autant plus qu'on parle de jeux vendus dans le monde entier, et pas seulement dans l'Hexagone.

Ben...je sais pas...ou alors une idée (idiote sans doute mais je la tente) : pour donner du travail dans une entreprise à des gens en France qui sont au chômage ? En gagnant un peu de sous, ils pourront d'ailleurs peut-être s'offrir des jeux (parce quand si tu n'as pas de salaire, les jeux, fabriqués en Chine ou en Allemagne, ça peut vraiment faire très cher hein...)

Du coup les belges qui fabriquaient  les cartes ne pourront plus se payer de jeux si on les fait en France.

Plus sérieusement, je crois que la question de KiwiToast était en quoi la France pourrait  faire mieux qu'un voisin européen (Par rapport à la Chine on améliore nettement les conditions de travail et le respect de l'environnement, mais par rapport à un voisin européen c'est plus douteux)

Par exemple, la gestion de l'eau et des forêts est plus sérieuse en France qu'en Espagne. On pourrait imaginer de limiter le transport des matières premières jusqu'au produit fini et ce de façon durable (mais ça me paraît être un potentiel impact limité par rapport à d'autres facteurs, ne serait-ce que le chauffage)