45
réponses
5
followers
Von : BobaFett23 | Dienstag, 23. Januar 2018 um 18:54
Syr99
Syr99
A mince dans ce cas là c'est moi qui ai mal compris.

Je me suis basé sur la règle "du plus de pts remportés qu il n'en reste sur les missions non accomplies en fin de parties".
Pour moi le but c'était de gagner la partie le plus rapidement possible,  donc de marquer +de la moitié des pts le plus vite possible . 
Du coup, le classement se faisait , pour moi, par rapport à l'année de validation de +de la moitié des pts en jeu. En cas d égalité le départage se faisait par rapport au nbre de pts faits au total et autres solutions.

Mais pas de soucis pour ton classement  :)

 Par contre, je pense que ton premier critère de classement devrait être le nbre de pts de missions faits et seulement ensuite regarder l'année de validation de la dernière mission, ...

Ex: prenons mon déroulé de partie. J'ai fait la majorité des pts de missions en 1967 et la dernière mission  en 1975. Dans ton classement actuel, si je n'avais pas fait la mission de 1975, j'aurai gagné car la date de ma dernière mission aurait été 1967. Du coup là je suis pénalisé car j'ai validé 1 mission en plus  (et toi aussi d'ailleurs )
BobaFett23
BobaFett23
Ok je comprends.

La règle "du plus de pts remportés qu il n'en reste sur les missions non accomplies en fin de parties" est là uniquement pour dire qu'il faut la respecter pour valider le défi.

Pour les critère du nombre de points de missions, je suis d'accord, celui-ci doit effectivement être en 1er.
C'est vrai que je ne me suis pas trop posé la question ici, puisque tout le monde avait fait le max 
My top
No board game found
Syr99
Syr99
Pack de missions N°2
2 Facile : Man to earth orbit and back / Reveal Mars location
3 Normale : Moon sample on earth / Man on the Moon and back / Working probe - capsule on Mercury
1 Difficile : Man on Venus and back

Technologies prohibées : Surveying

Bonus de 10M$ (à utiliser pendant l'année 1965)

L'agence privée Syr'Spaceland va essayer de damer le pion aux agences gouvernementales, car l’espace ne doit pas appartenir à un pays mais au peuple tout entier...enfin si ils a les moyens de payer pour profiter de nos découvertes :)

Mais avant tout il va falloir réaliser les différentes missions, sachant que pour l’instant je n’ai pas réussi à faire revenir un astronaute de Venus en vie, et que je n’ai jamais joué avec l’extension Mercure, cela ne va pas être une sinucure.


1956 -1958 : Développement et fiabilisation des technologies des lanceurs Soyouz et Propulseur Ion.
1ère fusée Syr.I direction INNER PLANETS TRANSFERT.


1959-1960 : Développement des technologies RE-Entry et Life Support (fiabilisation partiel 2/3) avec la mise en orbite de capsule Vostok et Probe.
La fusée Syr.I , elle, continue sa route vers Venus Fly-By sans rencontrer de soucis. Oui là vous êtes entrain de vous dire mais pourquoi elle va là-bas ? Ben tout simplement parce que j’ai complètement zappé que je ne pouvais pas utiliser la technologie « SURVEY » !! Bon au moins, j’ai pu étudier les radiations solaires qui sont d’un niveau 1. Cela devra ếtre pris en compte pour ma mission habitée vers Venus.

1961- 1963 : Développement de la technologie Juno et RDV avec multiples assemblages/désassemblages des sondes en orbites terrestre sans aucun soucis (+ de 20 tests !! mais aucune fiabilisation).
Réassignation de la fusée Syr.I vers l’orbite de Mars. Fiabilisation de la technologie Life Support. Un astronaute est préparé pour le départ vers Venus (Gil Grissom).

1964 - 1965 :
Grand départ de la fusée Syr.II avec à son bord Gil Grissom dans une capsule Vostok qui sera propulsé par des moteurs IONS. Malheureusement un soucis sur l’un des moteurs va retarder le grand départ. Grissom va passer 1 an à réparer un des moteurs ION en orbite. Il faudra également lui faire parvenir de nouveaux vivres pour le grand voyage.

1966 - 1969 :
Préparation et grand départ de la fusée Syr.III vers Venus, qui va permettre de faire repartir Gil Grissom de la planète. Développement des Techno Lanceurs SATURN et ATLAS.
Bonne nouvelle de Gil Grissom qui supporte plutôt bien les radiations solaires.
Mise en orbite de Mars de la sonde Syr.I. Le propulseur ION rentrant au bercail pour une autre mission. Fiabilisation de la technologie RE-ENTRY.

1970 - 1972 :
Arrivée en orbite de Venus, la fusée Syr.II va voir Gil Grissom foulé le sol de Venus pour y découvrir des océans et de la nourriture !! ( Apparté : comment cela se passe le fait de récupérer des vivres sur Venus ? Il faut acheter les « supplies » ou c'est gratuit ? Dans le doute j’ai joué la partie comme si je devais les acheter )
Arrivée de la fusée Syr.III et du Lanceur SOYOUZ sur Venus pour permettre à Gil Grissom de repartir vers la TERRE. Il aura passé 2 ans sur VENUS. J’espère qu’il aura pas trop muté ;)
Départ des fusée Syr.II et Syr.III direction la TERRE. Les radiation solaires n’affectant toujours pas notre cher astronaute.
Dévelopement et fiabilisation de la techno LANDING. → 1ère mission validé suite à la descente sur Mars de la sonde Syr.I (découverte de mineraux extraterrestre 1 MISSION "Reveal Mars location" 1971: 5/76)
Fiabilisation partielle du Lanceur ATLAS (1/3).
Achat de la capsule Eagle en prévision de la visite de notre chère LUNE.
Départ de la sonde Syr.IV vers MERCURE FLY-BY.

1973 - 1974 :
La fusée Syr.III revient en orbite terrestre pour amener en orbite Lunaire les éléments nécessaires au retour de la mission habité vers notre satellite.
Balai de Soyouz qui envoient en orbite des Lanceur JUNO/ATLAS/Supplies. Cela ressemble à un gros bazar au-dessu de la Terre !!
Recrutement de Buzz Aldrin pour la mission Lunaire.
La Fusée Syr.V quant à elle quitte l’orbite terrestre pour amener des vivres à Grissom sur son trajet retour.


1975  :
Fiabilisation du Lanceur JUNO. Achat de différents lanceur pour le grand départ de Buzz Aldrin vers la Lune (Syr.VI).


1976 :
L’année de la consécration… ou pas ;)
La sonde Syr.IV se pose sur Mercure sans soucis (découverte de mineraux extraterretre : 2 MISSIONS "Working probe - capsule on Mercury": 18/76 ) .
Retour sur Terre de Gil Grissom, un peu vert mais en parfaite santé !! ( 4 MISSIONS "Man to earth orbit and back" et " Man on Venus and back" : 54/76 ) .
Reste à valider les 2 missions sur la Lune. Nous sommes dans les temps. La fusée Syr.V avec Buzz à son bord s’approche de la Lune. Sera-t-il le 1er homme à foulée notre satellite...mais que se passe-t-il ? Perte du signal de la fusée !! Malheureusement de vastes océans de poussières ont eu raison de notre fusée et de notre héros mort pour la science :(
Les 2 dernières missions ne pourront donc pas être validés et sont donc sortis du décompte.


Score final : 53 pts / (54-1 pour Buzz Aldrin mort en héros )


Pour ma part très content d’avoir réussi à ramener pour la première fois un homme de Venus même si cela a été fait un peu à la va que je te pousse. Un peu de réussite sur mon seul lancement avec les lanceurs SATURN que je n’ai pu fiabiliser. Je n’ai pas non plus fiabiliser mes moteurs Ions et cela a failli me coûter ma mission vers Venus.
J’ai par contre perdu du temps au départ en ne me rappelant pas que la techno Survey n’était pas disponible. Celle-ci me coûte d’ailleurs mon 2ème astronaute.

A vous

EDIT : Faute/Mise en Page

 
Tellim
Tellim
ça y est c'est parti pour la 2ème session.

Les années 56 à 62 auront servies à acheter technologies (Atlas, Saturn, landing et re-entry), fusées, embauche de Neil Armstrong et tests, avec son lot d'explosions ou de défaillances.

En 1963 c'est le grand départ pour l'espace. Neil grimpe dans sa capsule. Le décollage se passe sans aucun soucis grâce à la batterie de tests effectuées les années précédentes. Son passage en orbite terrestre et son aller-retour sur la lune le fera entrer dans la légende notamment grâce à de magnifiques échantillons. (Validation des missions Man in orbit / Lunar Sample / Man on the Moon => 26pts)

Les années suivantes (64 à 67) ont permis de mettre en place de nouveaux programmes spaciaux avec des développements de technologies, telles que les fusée Juno ou les moteurs à ions.

En 1968, les deux programmes étaient prêts aux décollages. Le premier vers Mars aboutis en 1971 avec une sonde probe qui se posa sans aucun problème (Mars Survey => 31pts). Il en fût de même pour la sonde lancée vers Mercure. Celle arriva plus tard au cours de l'année 1974 (Mercury Lander => 44pts).

L'agence avait de grandes ambitions et espérait atteindre Vénus. Malheureusement par manque de temps et de budget, ce programme fût remis à plus tard.

Bon ben voilà malgré mes différents calculs je me suis retrouvé à devoir utiliser beaucoup de saturn. Et ça coûte beaucoup d'argent. Je n'ai pu effectuer la mission difficile. J'ai préféré assurer le reste et heureusement car Neil serait mort sinon.
En fin de partie de me suis permis de regarder Vénus et je n'aurai de toute façon pas pu la réaliser car à cause d'une trop forte pression mes astronefs auraient été détruits.
Teddydemontreal
Teddydemontreal
Set de missions 2

2 Facile : Man to earth orbit and back / Reveal Mars location
3 Normale : Moon sample on earth / Man on the Moon and back / Working probe - capsule on Mercury
1 Difficile : Man on Venus and back

Chronologie de la partie:
1963 : "Reveal Mars location"  5 pts
1964 : "Man to earth orbit and back"  9 pts
1968 : "Working probe - capsule on Mercury"    22 pts

La partie s'est déroulé tranquillement. Vladi' Kamarov évolue tel un poisson dans l'eau, il répare la Vostock et revient sur le plancher des vaches.
Mercure est découverte sans aléas majeur.
Les mises au point des techno sont aux petits oignons. Trop beau pour être vrai!

1969... couac! Alors que Vladi' se présente fier comme Lénine au devant de la Lune. L'astronef est pulvérisé. La Lune est inhospitalière.
1973... recouac, idem pour Venus mais là j'avais juste envoyé une sonde. Refroidi que j'étais!

Bilan je ne score que 22 points, le restant étant impossible à réaliser.
Comment remplir le rapport de mission?
Les règles du jeu stipule que si l'on ne peut pas remplir la mission, elle est annulée. Donc mon 22pts représente une réussite totale... Pas très correct à l'égard de mes honnêtes concurrents, non?

Comment dois-je savourer ma dernière escapade spatiale?
 
Tellim
Tellim
Effectivement, ça pose problème sur le calcul des points. Sinon Vladi il a été pulvérisé ?
pingouin
pingouin
Salut tous

j'ai pas mal tardé à me lancer dans cette mission, et j'ai eu tort

en lisant le roadbook et avant d'étaler mes cartes, je me contente de considérations générales
En voyant la répartition des points, il me semble presque évident que la mission Man on Venus & Back structure tout.

Hors cet A/R vers Venus semble un truc monstrueux
je pars du principe que tout équiper depuis la Terre n'a aucune chance de fonctionner (trop lourd), et qu'il va falloir miser sur la techno RDV pour réalimenter la fusée à l'approche de Venus (en bouffe et en propulseur)
Selon toute probabilité, on va utiliser la technologie Ion Thruster pour l'essentiel du voyage interstellaire
Donc le problème à gérer, c'est le redécollage de Vénus.

Vu l'ambiance merdique de la planète, atterrir et redécoller de Venus c'est minimum avec une Vostok donc une masse de 2.
pour repartir de Venus il faut donc 4 Atlas ou 1 Soyuz (cette dernière étant la solution la moins lourde, c'est a priori la meilleure... je ne parle même pas d'une Saturne, qui est juste un délire)

mais pour envoyer 9/10 de masse jusque là-bas, il faut...  3 Soyuz de plus à partir de l'orbite terrestre. Ou alors une quinzaine de propulseurs ioniques, mais c'est évidemment plus lourd...
Envoyer 4 Soyuz en orbite terrestre c'est 8 Saturn. Donc 8 ans rien que pour le financement (puisqu'on ne peut pas construire plus d'une Saturn par an).

Une autre solution serait d'envoyer la Soyuz AVANT la sonde habitée. Avec des Ion Thruster qui prennent bien leur temps. Disons 2 propulseurs, qui mettraient donc 8 ans pour atteindre l'orbite de Venus.
Soyuz+2IT c'est une masse de 19.
Pour envoyer ça en orbite terrestre il faut 4 Saturn, le tout lancé 4 ans avant le départ de la mission habitée, donc également financé au moins 8 ans avant.
Tout ça me semble totalement déraisonnable.

Il y a un truc que j'ai loupé ?

Voilà, du coup je n'ai pas commencé ma partie parce que ça me fait boguer.
Toutes les autres missions semblent périphériques (vu ce qu'il faut développer pour Venus, ça peut être réutiilsé pendant les voyages interstellaires vers Mercure ou Mars)

Donc soit j'ai un sursis calendaire, soit je vais devoir renoncer au pack n°2


@Syr99 du coup pour Rallyman j'ai complètement zappé.

[edit : et je n'ai même pas pris en compte la bouffe en plus dans mes calculs à la truelle ! A priori il faut rajouter 4 supplies min.]
 
My top
No board game found
Syr99
Syr99
pingouin dit :Salut tous
...
Vu l'ambiance merdique de la planète, atterrir et redécoller de Venus c'est minimum avec une Vostok donc une masse de 2.
pour repartir de Venus il faut donc 4 Atlas ou 1 Soyuz (cette dernière étant la solution la moins lourde, c'est a priori la meilleure... je ne parle même pas d'une Saturne, qui est juste un délire)

mais pour envoyer 9/10 de masse jusque là-bas, il faut...  3 Soyuz de plus à partir de l'orbite terrestre. Ou alors une quinzaine de propulseurs ioniques, mais c'est évidemment plus lourd...
Envoyer 4 Soyuz en orbite terrestre c'est 8 Saturn. Donc 8 ans rien que pour le financement (puisqu'on ne peut pas construire plus d'une Saturn par an).

Une autre solution serait d'envoyer la Soyuz AVANT la sonde habitée. Avec des Ion Thruster qui prennent bien leur temps. Disons 2 propulseurs, qui mettraient donc 8 ans pour atteindre l'orbite de Venus.
Soyuz+2IT c'est une masse de 19.
Pour envoyer ça en orbite terrestre il faut 4 Saturn, le tout lancé 4 ans avant le départ de la mission habitée, donc également financé au moins 8 ans avant.
Tout ça me semble totalement déraisonnable.

Il y a un truc que j'ai loupé ?
....
 

Hello pingouin,
De ce que je comprends, je crois que tu t'es planté dans tes calculs (ou alors c'est une faute de frappe). Les ions Thrusters n'ont qu'une masse de "1" et non de "5"
Soyuz+2IT c'est une masse de 19, c'est une masse de 11 "seulement"
Sinon le reste de ton raisonnement est correct (regarder ce que l'on a besoin pour repartir de la planète, et diviser les ressources nécessaires en plusieurs astronef avec la techno RDV ).
Le propulseur Ionique te donne "5" de poussée par an, donc si difficulté de "3" pour changer d'endroit, il faudra 4 ans à ton astronef (Soyuz+2IT= 11x3=33 et poussée que de "10" par an ). Mais il y a moyen de gratter un peu de temps ... en utilisant 1 autre lanceur (Atlas ou Soyouz par exemple).

De même, un lancement avec 2 "Saturn" te permet d'envoyer combien de masse en orbite terrestre ?
Si en 1 seule étape (difficulté de "8") = "10" en masse
Si un lancement en 2 étapes (difficulté de "3" puis "5") = "20" en masse en orbite terrestre soit ... 2 Soyouz et 2 Ions Trusters par exempleJ'espère que ces quelques réflexions ont pu t'aider.

@ts les concurrents :
Pour ne pas comptabiliser les points d'une mission il faut que celle-ci soit impossible à réaliser et que cela soit découvert avant la fin de la partie.
Du coup, pour Tellim tu es obligé de retrancher les points de la mission "Venus".
Par contre, pour Teddydemontreal, tes missions impossibles sont annulées car tu as découvert qu'elles n'étaient pas réalisable en cours de la partie. Idem pour moi et mes missions Lunaires.

Après pour départager au classement lorsque l'on a fini toutes les missions, on peut soit regarder celui qui a fait le plus de points (du coup je serai devant Teddydemontreal : 53 > 21 pts), soit regarder en priorité l'année de fin de partie ( dans ce cas-là Teddydemontreal serait devant moi au classement 1973 < 1976).

@BobaFett23 : c'est à toi de décider mais on peut tous donner son avis.
Pour ma part, après réflexion je pencherai plus pour l'année de fin de partie car Teddydemontreal prends la décision d'aller vérifier avant d'envoyer un astronaute à la mort alors que cela peut lui coûter du temps, tandis que moi je l'envoie et advienne que pourra ... pas top si on joue rolling play, non ? yes

 

BobaFett23
BobaFett23
Salut à tous,

J'ai fait ma partie dimanche mais pas encore eu le temps de rédiger le petit CR qui va bien. Je m'en occupes dans la semaine.

@Syr99 : Pour la question suivante Apparté : comment cela se passe le fait de récupérer des vivres sur Venus ? Il faut acheter les « supplies » ou c'est gratuit ? Dans le doute j’ai joué la partie comme si je devais les acheter Pour moi c'est gratuit, après ce que je n'ai pas trouvé c'est la quantité que tu récupère. De fait je serais tentais de dire que c'est bouffe illimitée pour tous les astronautes présents sur la planète.

@Teddydemontreal, pour le rapport de mission tu peux compléter les missions annulées en Non réalisées. J'ajouterai le critère "Mission annulée" dans les prochains rapports.

Concernant les missions annulées, je vais regarder comment gérer ce cas sur le classement sans que cela ne pénalise trop les uns ou les autres. Je vais étudier la proposition de Syr99, mais si les autres ont des idées, je suis preneur.

Pour le moment le 1er critère de classement est le nombre total de points puis l'année de la dernière mission. Mais dans ce cas Teddydemontreal est lésé puisque 3 missions impossibles à réaliser.
Si je prends l'année de dernière mission, dans ce cas il sera plutôt avantagé, puisque sa dernière mission non annulée se termine en 1968.

J'ai une idée en tête, mais je ne peux rien dire tant que Pingouin n'a pas joué sa partie. Sinon c'est lui qui sera avantagé !! 

@Pingouin, pas de soucis pour un délai supplémentaire. Je n'ai pas encore préparé le 3è pack de missions, donc ça te laisse encore un peu de temps.


Et pour finir, merci à vous de faire vivre ce défi.
Pas toujours évident de trouver le bon moment pour sortir ce jeu qui demande quand même un peu d'investissement ...
My top
No board game found
pingouin
pingouin
Désolé, j'ai complètement oublié de poster le retour de ma partie il y a une grosse semaine de ça...

La partie a été extrêmement longue et angoissante... j'ai fini lessivé...
et franchement, je me demande comment on peut jouer à ce jeu à plusieurs, en fait. Ou alors je ne suis vraiment pas fait pour ça...

Bref. Comme évoqué précédemment, je me suis focalisé sur la mission Venus, et elle m'aura hanté tout du long. Même si j'ai oublié des trucs évidents... qui auront des conséquences par la suite.
Ne parvenant pas à résoudre l'équation de manière très satisfaisante (en gros je ne voyais pas comment embarquer suffisamment de miam, ni même comment acheminer du ravitaillement), je me résous à regarder ce à quoi je peux m'attendre en allant sur Venus. Surprise ! Soit la mission est un échec, soit on trouve de la bouffe. Ah ben... ça change les perspectives...

Du coup, je mélange mon deck Venus et me lance dans une opération légère, c'est-à-dire sans développement Saturn qui coûte trop cher (à construire comme à mettre au point)

1956 : Développement de la technologie Soyuz et premier lancement... pour une magnifique explosion sur la piste d'envol de la fusée T1. Cette campagne promet...

1957-1958 : Développement des technologies Ion Thruster et Life Support, avec le renfort du brillant technicien Konstantin Feoktistov.

1959 : Développement de la technologie Atlas, et lancement de la fusée T2. Les lanceurs Soyuz tiennent le coup, Le dernier étage est en orbite, mais les réacteurs Ion Thruster toussent en peu à l'allumage... Les ingénieurs ne le savent pas encore, mais ce sera leur dernière occasion d'ajuster la technologie

1960 : En effet, les planificateurs ont refait leurs calculs, et le temps presse. Il faut, vite, vite, construire des prototypes Atlas et relancer le plus tôt possible une sonde vers Mars. Pourquoi Mars ? Les ingénieurs sont perplexes, rien ou presque n'est sécurisé...
La mission est pourtant mise sur le pas de tir et lancée. Première bonne nouvelle, les lanceurs Soyuz sont à présent considérés comme fiables. Et cette fois-ci, les propulseurs ioniques démarrent : M1 s'enfonce dans la nuit pour un voyage de 5 ans vers Mars. La technologie Life Support semble également prometteuse mais, comme pour les Ion Thrusters, le manque de moyens ne permet pas de consolider les données récupérées.

1961 : Malgré le développement de la technologie ReEntry, 1971 est une année noire. Les premiers test des lanceurs Atlas sont catastrophiques : premier tir échoué mais avec une possibilité ultérieure de réparation, puis franche explosion au lancement de la seconde. La sonde M1 renvoie des signes inquiétants pour l'étanchéité à bord mais, cette fois encore, les ressources manquent pour tenter de corriger le problème.

1962-1964 : l'absurde course contre la montre se poursuit. Les techniciens et ingénieurs obéissent mais ne comprennent pas la fébrilité qui semble animer les têtes d'oeuf de l'agence. Une fusée gigantesque est mise sur le pas de tir, empilant des technologies d'une maturité douteuse... Le lancement se fait pourtant, et c'est peu de dire que certains se montrent aussi soulagés que les autres sont incrédules. Cette fusée M2 aura fait la preuve que les modifications sur Atlas étaient les bonnes... mais quel risque... de l'orbite terrestre ainsi atteinte, les propulseurs ioniques (dont la fiabilité est toujours incertaine) propulse un lanceur Soyuz à destination de Venus. Mais... pour quoi faire ???

1965-1966 : pas le temps de se congratuler, le rythme de fabrication est maintenu voire accentué. L'agence veut à tout prix lancer ce qu'ils appellent la "vraie" mission vers Venus dès que possible... Et c'est donc Konstantin Feoktistov qui monte sur le pas de tir en 1966, pour une mission M3 que tout le monde considère comme totalement suicidaire. C'est pourtant la grandeur de l'Union Soviétique qui est en jeu... La sonde M1, quant à elle, est arrivée dans l'orbite martienne mais, trop concentrés sur M2 et M3, les ingénieurs ne parviennent pas à se mettre d'accord sur la marche à suivre.

1967-1968 : en effet, l'absence de données concernant Mars aura empêché de bien préparer cette mission. De nouvelles techniques d'atterrissages sont développées, et l'on recrute un petit jeune du nom de Yuri Gagarin pour la mettre au point. Il fallait bien la maestria (et l'inconcience juvénile) de celui-là pour sauver par deux fois la capsule Vostok d'un funeste destin... Fin 68, l'agence décide de tenter le tout pour le tout et implémente les corrections de Gagarin dans les calculs pour la mission martienne. Cette manoeuvre osée est couronnée de succès et, contre toute attente, M1 parvient à Amarsir !
(Reveal Mars Location : 5/76)
Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, tous les petits bogues qui avaient émaillé les retours de M1 et M2 sont à présent corrigés : le Life Support est confirmé opérationnel par Konstantin Feoktistov

1969 : les plans de l'agence soviétique commencent à se révéler lorsque l'on voit se préciser les trajectoires de M2 et M3 après que leurs proipulseurs ioniques aient été relancés : les deux fusées doivent se retrouver sur l'orbite de Venus ! Mais la technologie de RendezVous, développée dans le plus grand secret, n'est pas au point : la première tentative de décrochage en orbite terrestre se solde par un échec cuisant, qui endommage une précieuse sonde... le retour de l'assemblage sur Terre est également calamiteux : les boucliers thermiques n'ont pas tenu. Dans les bureaux, certains se rongent les sangs...
(Man To Earth Orbit And Back : +4 = 9/76)

1970-1971 : les nerfs de toute l'agence sont sur le point de lâcher. De nouveaux essais de RendezVous révèlent des problèmes, mineurs mais susceptibles de compromettre gravement la réussite de la mission Venus. Concentrant tous les fonds disponibles, la dernière tentative en Orbite Terrestre sera finalement réussie, juste à temps pour que Konstantin Feoktistov entame les opérations autour de l'orbite Venusienne, M2 et M3 sont remodelés pour laisser en attente les propulseurs ioniques, trop lourds pour envisager un redécollage... si jamais il est possible de faire quelque chose à la surface de Venus. Konstantin le sait : il peut y laisser la vie, tout aussi bien pourra-t-il trouver un peu d'eau ou de quoi ravitailler. Le dernier message qu'il laisse avant sa manoeuvre est sans ambiguïté : il a compris, mais il ira jusqu'au bout.
Heureusement, la planète se révèle moins hostile que prévu... Feoktistov trouve même de l'eau ! Mais la joie de tous est de courte durée... les calculs n'ont pas été assez précis, et le cosmonaute ne pourra pas quitter Venus avec suffisamment de provisions pour le retour. Il va falloir sa lancer dans une nouvelle course contre la montre pour un RendezVous en 1974...

1972-1974 : en fait, c'est tout autant une course à l'argent qui est engagée. La consigne est claire : il faut sauver le soldat Feoktistov. Tous les moyens de l'agence sont tendus vers un seul objectif : envoyer une fusée M4 seule à même d'amener de précieuses ressources au moment fatidique... Mais tout s'enchaîne miraculeusement bien, et la débauche de moyens de l'agence aura finalement porté ses fruits. En 1974, M3 et M4 se retrouvent au point prévu, Feoktistov récupère de quoi tenir deux années supplémentaires et tout le monde peut pousser un immense soupir de soulagement : tout cela n'aura pas été en vain...

1975 : c'était sans compter sur le bureau Lunaire, qui porte bien son nom. Utilisant quelques lignes budgétaires laissées par une obscure mission pour Mercure, ces farfelus se mettent en tête d'envoyer Yuri Gagarin récupérer un précieux échantilon du satellite terrestre. Pour cela, ils sont formels : leur technologie Juno, dont ils montrent des plans très approximatifs, est la clé. Ils vont surtout profiter que tous les yeux sont tournés vers la glorieuse M3 pour monter en douce leur opération... A peine un lancer (raté) du premiere lanceur, et M5 est montée sur le pas de tir...

1976 ! Tout le monde attend le retour de Konstantin Feoktistov (Man on Venus and back : +32 = 41/76), et M5 part dans une relative discrétion avec Yuri Gagarin à son bord. Les manoeuvres sont délicates, et l'absence de technologie de surveillance intensifie encore le stress... mais même si Gagarin ne fait pas de découverte extraordinaire sur le sol lunaire, il emportera tout un lot d'échantillon et, emporté par l'enthousiasme, mettra sans hésitation à feu le lanceur Juno, maillon décisif du redécollage de la capsule... et c'est un succès magistral !
Il reviendra en héros en toute fin d'année (Man on Moon and back + Moon Sample on Earth : +22 = 63/76), même si la plus grande gloire sera pour son ami Konstantin.


Bon... c'était éprouvant. Trop, peut-être.
Une telle prise de tête soumise à l'aléa de 3 cartes, c'est peut-être un poil trop (je ne me plains pas, mes M3 et M5 aurait pu être ravagées)

Je n'ai sans doute pas optimisé la mission Venus et il y avait certainement moyen de privilégier Mercure à Mars (plus rentable en termes de points), mais là pour le moment je n'ai aucune envie de retenter ce pack... c'était trop tendax, surtout sans survey.
Mais quand je vois tout le bordel qu'il faut mobiliser pour l'A/R sur Venus (avec une chance sur deux de rater !!!), comment peut-on faire un tel pari dans une partie en multi ?

[edit : corrections. La rédaction à 1h du matin, c'est pas glop]
My top
No board game found
Syr99
Syr99
Félicitations,
Le cerveau a du bien fumé mais comme c'est bon quand tout se passe presque comme prévuPareil, pour le jeu à plusieurs je n'ai jamais testé mais le début de la partie doit être super long pour mettre au point un plan de bataille qui tienne la route. Faudrait que j'essaye avec les potes mais ils sont pas très chaud pour l'instant. Bon je leur en veux pas car ils sont à fond dans Gloomhaven et ça me va aussi
sephi78
sephi78
Vous avez arrêté ces défis?
Je viens de faire une 1ère partie et c'est passionnant à lire ces CR de partie.
pingouin
pingouin
C'était BobaFett23 à la manoeuvre.
Et on a tous nos petits emplois du temps bien remplis...
My top
No board game found