Docteur Mops
Docteur Mops

La véritable question ne porte pas sur la qualité du travail mais sur le statut.
Imaginons qu'auteur et illustrateur partagent les mêmes statuts. Cela implique qu'on ne plus désormais rééditer un jeu en changeant les illustrations. Cela serait un vrai souci.

D'autre part, il est une chose à laquelle les auteur vont devoir s'habituer, c'est la notoriété grandissante des illustrateurs qui vont cristalliser l'amour du public comme les acteurs dans un film.

Pour avoir beaucoup oeuvrer à la reconnaissance des auteurs à juste titre, on voit parfois aujourd'hui de la revendication non plus de reconnaissance dans le sens culturelle du terme mais dans celui du vedettariat. Et ça... C'est une question personnalité pas de droit ou de statut ^^

Monsieur Guillaume

@Docteur Mops

mon maître :) ... je n'avais pas pensé aux ré-éditions... donc deux statuts différents, forcément !

Tom Vuarchex
Tom Vuarchex

@Docteur Mops

"on voit parfois aujourd'hui de la revendication non plus de reconnaissance dans le sens culturelle du terme mais dans celui du vedettariat. Et ça... C'est une question personnalité pas de droit ou de statut ^^"

Question intéressante qui mériterait que l'on s'y attarde car là je ne suis pas d'accord avec toi.

Rappelons que le lobbyng politique a échoué. La reconnaissance culturelle du jeu ne passerait-elle pas plus efficacement par la mise en avant de ses auteurs (et de personnalités influentes du monde du jeu qui pourraient "parler" au public) ? Et donc fatalement par une forme de vedettariat ?

Chakado
Chakado

@Docteur Mops "Cela implique qu'on ne plus désormais rééditer un jeu en changeant les illustrations. Cela serait un vrai souci."

Ce serait vraiment si bloquant ? Je pense à Libellud qui édite Mysterium en changeant non seulement les illustrations, mais aussi les règles d'origine (qui elles appartiennent bien à un statut d'auteur). Donc je suppose que ce serait toujours possible de rééditer (mais en demandant l'autorisation et en créditant l'illustrateur original).

Espace Ludique M.A.

Nous remercions également Monsieur Guillaume de présenter ici nos initiatives.

Il n'y a plus de doute, en ludothèque, sur l'importance de la qualité graphique d'un jeu pour susciter chez les joueurs l'envie de le choisir, d'ouvrir la boîte, de se faire expliquer les règles pour y jouer. Illustrateurs, graphistes et directeurs artistiques, voilà autant d'acteurs impliqués. Cette initiative vient donc naturellement mettre en avant cette observation.

Nous tenons également à signaler que si le travail des auteurs n'est pas directement valorisé par ces Prix, la mise en avant de ces jeux auprès du public se fera avant tout par des mises en jeu, mettant ainsi en relation la qualité du Jeu en tant que tel.

Vincent Bonnard

pour le Comité de pilotage du Prix Ludia.

La Boite Des Jeux

Il est à noter que les illustrations des affiches de ces deux festivals ont été réalisées par les vainqueurs 2014 des prix respectifs : Marie Cardouat et Vincent Dutrait.

Monsieur Guillaume

@La Boite Des Jeux

Effectivement, très bonne remarque. Je note ça de suite... c'est important !

Tom Vuarchex
Tom Vuarchex

"Ce travail doit-il faire envisager des droits d'auteurs, à l'égal de l'auteur du jeu lui-même ?"

Non. Sauf dans des cas très exceptionnels, et je remarque qu'à chaque fois que ce genre d'idées est posée, seul Dixit est cité en exemple, tout simplement parce que c'est un des seuls cas où l'argument est valable.

En revanche, que l'illustrateur participe financièrement au succès d'un jeu (en % de droits d'auteur ou en forfait pour chaque retirage), oui, j'en suis convaincu.


J'aime bien l'initiative du Prix Ludia de ne pas se cantonner à la couv' mais de juger le travail graphique dans son ensemble (ergonomie, maquette, etc), c'est une belle idée qui personnalise ce prix. Petit bémol néanmoins : du coup c'est dommage qu'il n'y ait pas plus de gens du monde du jeu dans le jury car comment juger l'efficacité de l'ergonomie graphique d'un jeu sans cela ?
Bonne chance à tous et merci à ces événements de mettre en avant la qualité graphique des jeux, c'est une belle idée.

Monsieur Guillaume

cher monsieur @tom vuarchex

Merci pour cette intervention, elle montre bien qu'il y a réflexion autour du sujet et c'est ce que je voulais essayer de montrer. Je n'ai aucune prétention pour une quelconque réponse. Juste des réflexions. Je posais la question pour en avoir entendu parler un certain nombre de fois. Effectivement Dixit est le plus flagrant, mais est-ce qu'Abyss dernièrement aurait été Abyss s'il n'y avait pas eu tout le travail d'illustration effectué ? Skull a une identité forte grâce à vos superbes illustrations au caractère marqué...

Il est difficile d'analyser concrètement la "part" du succès" d'un jeu (ou de son "insuccès") dû aux illustrations parce qu'on ne peut pas faire comme si elles étaient autrement, et en même temps, c'est à dire à tous paramètres égaux par ailleurs (comme une expérience quoi). Cependant le cas d'Abyss est intéressant : "est-ce que les boites se sont vendues à niveau égal pour chaque couverture ? si non, alors l'impact est déjà plus "mesurable" ?

Dans une BD, le succès vient-il du scénario uniquement ? ou de l'alchimie entre le scénario et la patte du dessinateur ? Se pourrait-il qu'un petit parallèle soit faisable avec l'illustration d'un jeu de société ? et à quel niveau, comme vous le soulignez.

En tout cas, ce sont des éléments vraiment intéressant à réfléchir, intellectuellement, philosophiquement même oserai-je dire. Bref !

Merci donc et "pis c'est tout" :D

La Boite Des Jeux

Merci Monsieur Guillaume pour cette mise en lumière qui ouvre pas mal de discussions sur la manière de sélectionner les votes et la manières d'élire les vainqueurs ...