Asmodee fusionne avec Asterion !

Par Monsieur Phal

Erschienen am 11.02.2015 • Lecture 2 min. •  4943 vues

Asmodee fusionne avec Asterion !

Asmodee n’en finit pas de s’étendre. L’entreprise Guyancourtoise annonce sa « fusion » avec Asterion. Pour la plupart des joueurs cela ne veut pas dire grand-chose, mais pour eux cela veut dire beaucoup.

Default

Italie

Asterion est un éditeur / distributeur italien, une maison fondée en 2005 par Massimo Bianchini et Luca Cattini. Depuis 2010, un partenariat très fort liait les deux entités, Asterion distribuant une grande partie du catalogue d’Asmodee par delà les Alpes. C’est donc naturellement que cette fusion s’opère. Les observateurs attentifs, surtout en Italie où Asterion est l’un des leaders de la distribution de jeux, s’en doutaient depuis quelque temps.

Default

Asmodee

Avec cette « acquisition », l’Italie devient la 8e entité du groupe Asmodee. Entre les créations pures, comme Asmodee US, et les fusions de ce type ayant eux lieu par exemple au Royaume-Uni, notre locomotive confirme ses ambitions internationales. Quand un éditeur décide d’être distribué par Asmodee, il se retrouve avec un seul interlocuteur pour la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne et la Chine ! Pfiou. De quoi optimiser les tirages, les campagnes de communication et autres bricoles.

Nous sommes ravis d’intégrer le marché italien grâce à notre partenaire Asterion. Nous sommes convaincus que notre catalogue sera porté par l’enthousiasme et le professionnalisme d’Asterion, et que nos jeux et ceux de nos partenaires prendront un tout nouvel envol.

Stéphane Carville, Président d'Asmodee

Analyse rapide.

La politique du groupe, de la marque Asmodee s’engage de plus en plus fortement dans la distribution, surtout spécialisée. La part « édition » du groupe étant de plus en plus « dispatché » chez les différents studios. On aperçoit assez clairement le contour de l’idée consistant à appliquer un modèle qui fonctionne dans les pays, ludiquement parlant, « émergeants ». En tant qu’éditeur, se voir proposer une distribution dans 8 pays doit être assez séduisant. D’autant que les campagnes de communication sont de plus en plus « préparées », « accompagnées » par le service marketing… Une machine de guerre se met en place.

D’aucuns pourront critiquer la place dominante que prend cet acteur, là où d’autres verront une bien belle évolution du secteur qui se professionnalise, se structure et des promesses de conquête du monde par la planète ludique avec un acteur qui sert de locomotive.

Maintenant rattachée à Asmodee, notre équipe de 7 personnes pourra désormais toucher aussi bien les magasins de jeux et jouets indépendants que les acteurs les plus importants du secteur. L’efficacité et le sens du service irréprochable d’Asterion perdureront. Asterion étant avant tout une société de joueurs, le service client et le jeu organisé resteront au cœur de notre philosophie.

Luca Cattini et Massimo Bianchini, dirigeants d’Asterion

Chez Tric Trac nous suivons Asmodee de très prêt depuis notre création, depuis 15 ans donc, et le constat que nous pouvons faire est que, pour l’instant, ces évolutions n’ont généré que du positif. Et puis, pour ceux qui n’aiment vraiment pas les gros groupes, qui s’inquiètent, il est bon de rappeler qu’il se monte encore de nouvelle société de distribution. Nous avons reçu il y a peu un nouvel acteur proposant une vision basée sur un constat tiré de l’analyse de ces « grosses » structures. Et, c’est amusant, il est italien…

► Le site Asterion, c'est par ici !

► Le site Asmodee, c'est par là !


Monsieur Phal

Kommentare (4)

Default
Kerquist
Kerquist

Se faire connaitre auprès des geeks et diffuser ses jeux auprès du grand public, ce n'est pas tout à fait la même chose. Les quelques réussites répertoriées ne compensent pas la masse des jeux restés confidentiels.

Les Italiens n'ont évidemment pas besoin d'Asmodée en particulier, mais ils ont besoin d'éditeurs plus forts de manière générale.

Quant à l'éclatement de la bulle, pour moi, on en est encore loin. J'ai plutôt le sentiment qu'aujourd'hui on n'en est encore qu'à la genèse, tellement le potentiel de croissance du secteur reste énorme.

rammillica
rammillica

Après Ystari, Pearl Games, FFG... (je serais Portal, je commencerais à serrer les f****) il reste qui à manger ?? Après tout, c'est logique, le secteur du jeu est un secteur qui nécessite (plus qu'ailleurs !!) de la concentration... Doit-on s'en réjouir, euhm, j'en doute personnellement ?

Je ne suis pas vraiment d'accord avec Kerquist : les auteurs italiens se font connaître ces dernières années sans avoir besoin d'Asmodée en particulier (avec les jeux What's your game ?, Paolo Mori, Pierluca Zizi...).

Si la bulle pète un jour genre Lehman Brothers (j'exagère un peu), le monde ludique se ramassera à la petite cuillère... youpi... de chouettes perspectives...

Kerquist
Kerquist

En Italie, il n'y a pas d'acteur majeur dans le secteur du jeu de société (en dehors du nouvel Asmodée-Asterion), et la diffusion des jeux italiens à l'étranger en est jusqu'à présent sérieusement handicapée, alors que les auteurs italiens font pourtant assaut de créativité.

Yzarc
Yzarc

Félicitations à eux !