Docteur Mops

Body Party, jouons joue contre joue et pas que

Body Party, jouons joue contre joue et pas que

C’est au mois d’aout (Tagada Tagada) qu’on fait les fous (Tagada Tagada) les gros matous (Tagada etc.) les sapajous... Bon alors pas sûr que cette chanson de Pierre Perret vous dise quelque chose mais voici une parfaite introduction à la future publication du party game de chez Cocktail Games qui se nommera « Body Party » et qui donc devrait sortir vers la fin du mois d’aout (Tagada Tagada).

Default

Vous expliquer le jeu est assez simple puisque dans cette boîte métal se trouve une série de cartes circulaires représentant des parties du corps humain que la décence permet même de nommer ici.

On commence par former une série de couples et un ou deux arbitres suivant que les participants sont en nombre pair ou pas.

L’arbitre va alors piocher la première carte du paquet, préalablement mélangé puis tendre le paquet au premier couple. L’arbitre annonce alors la carte suivante. Le couple joueur devra alors placer cette carte entre la partie du corps de la première carte d’un des joueurs et celle de la seconde carte de l’autre joueur. Par exemple : Tête et main, la carte doit tenir sur la tête de l’un et la main de l’autre. Facile non ?

On continuera ainsi de suite et dès lors les choses vont donc se compliquer un peu au fur et à mesure puisque que quelques contorsions plus ou moins simples surviendront. L’objectif ? Faire tenir six cartes sans en faire tomber !

L'amitié est une âme en deux corps

- Aristote

Le moment délicat est l’arrivée d’une nouvelle carte puisque le couple collé-serré doit s’en saisir et appliquer l’effet sans faire tomber les cartes déjà placées.

Pour corser un peu la chose, on passera de couple en couple, ce qui laissera un peu de temps entre chaque carte pour que tout le monde ait l’air bien crétin.

Pour vous donner une meilleure idée de la chose, voici un inventaire des parties du corps sur lesquelles on peut tomber durant une partie. Enfin « tomber »… n’est peut-être le mot le plus approprié… Nous avons donc : genou, main, cuisse, dos, hanche, jambe, oreille, bras, front, tête, épaule, menton, pied, nuque, joue et ventre.

Comme vous pouvez le constater, certaines combinaisons sont moins aisées que d’autres, je laisse faire votre imagination.

Le couple qui arrive à faire tenir 6 cartes là où il faut remporte la partie. Si d’aventure il y avait des ex æquo, le jeu continue jusqu’à ce qu’un couple fasse chuter une carte ou chute lui-même.

Default

Cela vous rappelle quelque chose ? C’est possible. « Body Party » est un jeu de monsieur W. Eric Martin, notre vénérable et respecté collègue du site américain Boardgame Geek. Il s’est librement inspiré de « Funny Bones », publié sous le nom de « Méli Mélos » en français et publié chez Parker en … 1968. Cela ne nous rajeunit pas. Ce vieux jeu d’ambiance aujourd’hui introuvable autrement que sur le marché de l’occasion met en œuvre le même principe à la différence que dans cet ainé, un couple était éliminé après la chute de deux cartes.

Dans « Body Party », six nouvelles cartes font leur apparition et font la différence avec son ancêtre. Elles peuvent être mises en jeu au gré des joueurs et représentent non pas des parties du corps mais des objets : table, chaise, mur, sol.

Il est facile d’imaginer les situations qui vont en découler et qui permettront des contacts… inattendus.

Nous sommes dans la famille de « Twister » avec peut-être un peu moins de poussage puisque nous sommes ici en coopération avec notre partenaire. Qu’il vaut mieux choisir soi-même si cela est possible…

Dans le même style, mais si vous arrivez à en trouver un, vous avez également le drolatique « Handy » qui lui n’usera que vos doigts mais avec des boules.

Le jeu devrait être disponible vers le 25 août 2014 pour 13€.


Body Party
Un jeu de W. Eric Martin
Illustré par Dan Kergreis
Publié par Cocktail Games
5 à 10 joueurs
A partir de 7 ans
Langue des règles: Française, Anglaise
Durée: 15 minutes
Prix:

13,00 €


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Les jeux dont on parle dans cet article

Kommentare

Default