Jeux Opla

Carnet : La marche vers L'Empereur

Carnet : La marche vers L'Empereur

a1175b5acda671685c3afb4e9d106114a002.jpe

Première marche : hop la carotte

(par l’auteur Frédéric Vuagnat)

 

L’histoire de ce jeu débute en 2014, de retour d’un voyage en Australie, ou j’ai envie de développer un petit jeu pour enfants, basé sur un système de parcours ou nous devrions éviter les embuches (crocodiles, tourbillons…). L’idée n’aboutit pas tout de suite, et je garde cela en tête quelques temps.

Puis, début 2015, Florent m’informe qu’il est tenté d’élargir sa gamme, via des jeux pour enfants. Il propose donc aux auteurs de son entourage, à savoir de la CAL, de lui proposer quelques jeux qui pourraient rentrer dans cette gamme. Je profite donc de l’occasion pour ressortir mon idée de jeu de parcours de l’Australie, et de voir ce que je peux en faire.

Je commence à préparer une base de jeu de parcours dans lequel j’instille une base de memory, souvent utilisé dans les jeux pour enfants car mécanique accessible, et qui les met presque à égalité avec leurs parents. Ce côté memory sera apporté par la notion d’un aller-retour, ou il faudra se rappeler des cases traversées. Je prépare donc des cartes représentant un parcours, typé par colonnes identiques, avec un petit système de couleurs pour que chacun se rappelle d’éléments différents. Le déplacement se fera d’une case par une case, car j’évite au maximum les mécaniques aléatoires à base de dés.

Une petite thématisation à base de loutres plus tard (on ne se refait pas), je fais tester cela à Gregory Oliver (l’auteur de Bubblee Pop et Outlive), testeur hors pair avec qui je travaille régulièrement. Il me fait rapidement remarquer que certaines de mes cartes sont bloquantes, des « stops », et que les enfants de 4/5 ans ne les comprendraient/supporteraient pas forcément, car ils ont du mal avec les contraintes. En effet, la grosse difficulté étant que je n’avais pas d’enfants à l’époque, et donc peu d’expérience sur les jeux qui leur correspondent vraiment.

Du coup, je remplace rapidement les embuches du parcours par des bonus : plutôt que de se souvenir de là où il ne faut pas aller, il faudra se souvenir de là où il est préférable d’aller. Des petits bonus permettant de rejouer, ou bien de regarder les tuiles à venir.

f40ed11834479d8a2eafc6bedd636c42ac7e.png

Coté thème, je sens que quelque chose ne colle plus vraiment avec les loutres. J’en profite donc pour rethématiser avec des lapins, qui voyageraient à travers champs en mangeant des carottes leur donnant de la force, afin d’aller récupérer, et de rapporter, une carotte géante. Je le nome alors « Hop La Carotte » - tellement plus dans la gamme des Jeux Opla.

69e5252cd76ed71f8e08c60010f99ad30924.jpe

Je transforme également les cartes en tuiles, plus facile à manipuler.

 C’est à ce moment-là que je présente le prototype du jeu à Florent, lors d’une soirée dans un bar à jeux de Lyon.

 

2ème marche : La Marche de L’Empereur

(par l’auteur/éditeur Florent Toscano)

Fred me fait donc jouer à son petit jeu à La Triche, chouette bar à jeux lyonnais qui a enfanté l’une des membres du jury de Cannes, Nathalie. Et je trouve ça tout mignon et tout bien. On fait une partie dans la foulée avec mon compère Alexandre Droit et le dessinateur Stéphane Escapa (Stéphane Escapa, ohé ohé), puisqu’ils étaient aussi là, et même avis, c’est tout mignon et ça marche bien. Mais ce n’est que pour les enfants, pas hyper stimulant et rejouable pour les grands… Je garde néanmoins ce proto qui restera quelques temps sur une étagère.

Assez longtemps après, genre en mai 2015, j’apprends que Luc Jacquet a tout fraîchement tourné lors de son expédition en Antarctique fin 2015 une suite à son succès mondial et même oscarisé La Marche de L’Empereur… Alors juste, pour vous resituer le truc, Luc Jacquet est le réal’ de La Marche de L’Empereur, puis ensuite Le Renard et l'Enfant, Il Etait une Forêt et La Glace et le Ciel. Et nous (Jeux Opla) avons eu la chance privilégiée, et surtout sa confiance, pour développer les jeux de société adaptés de ces deux derniers films. Je dis bien « adaptés » et non « dérivés » car ça a vraiment tout son sens avec les jeux que nous développons ! Et c’est de nouveau Bonne Pioche, la société de production d’Yves Darondeau, avec qui nous avions bossé pour Il Etait une Forêt, qui produit ce nouveau film de cinéma… Le courant était super bien passé pour Il Etait une Forêt, et toutes les parties avaient été ravies de ce partenariat. J’avais adoré l’entente et le dialogue avec Yves et son équipe. Et Laurence Picollec, la productrice exécutive de Il Etait une Forêt, enthousiasmée par cette collaboration, m’avait alors déjà proposé la licence de La Marche de L’Empereur. Que j’avais décliné, car même si le film est dans toutes les mémoires, il date tout de même de 2003.

6147a3feef6d2a10da69aa3f56b3accfb023.jpe

Mais là, ce jour de mai 2015, tout change ! Je contacte donc immédiatement Yves, qui est de nouveau partant pour une nouvelle collaboration autour de cette suite, sachant que le film est prévu pour sortir au cinéma le 15 février 2015. Ho ? Sérieux ? 10 jours avant notre Festival International des Jeux de Cannes que nous avons à nous ? J’aime quand un plan se déroule sans accrocs.
Yves m’envoie la notice d’intention du film, en gros le dossier de Luc Jacquet sur le contenu du film. Nous nous mettons également rapidement d’accord sur la licence (un peu plus drue que pour Il Etait une Forêt, je vous l’accorde). Et pendant ces quelques semaines, de mon côté, une évidence : le jeu de Fred. Le film va raconter l’histoire d’un jeune manchot Empereur. Et il y est beaucoup question de ses parents qui font des allers-retours entre la colonie et l’océan pour le ravitaillement. Des allers-retours… Ben voilà !

f2f38bbb8d43d2604d5cf0cc5a8aaa28e63d.jpe

« Allo, Fred ? Alors voilà, Luc Jacquet est en train de faire son prochain film, c’est la suite de La Marche de l’Empereur, et tu me vois venir... Et j’ai pensé à ton jeu comme base pour ce projet. » Stoïque, le gazier semblait quand-même titillé de la courge. Je lui demande s’il peut me faire une version sans lapin ni carotte, mais avec des manchots sur la banquise… Il me fait ça, et nous voilà avec une première version de ce qui deviendra L’Empereur. Les pastilles de couleurs sous les tuiles sont devenues des crevettes. Et je fais pas mal tourner le jeu. Qui marche. Mais.

Mais c’est trop léger pour la gamme Nature (qui comprend Pom Pom, Il était une Forêt, Migrato, La Glace et le Ciel et Pollen). Pas assez « malin », surprenant, adulte, trop enfant… Il faut retravailler ça. On a une super base, taffons là-dessus pour coller plus au thème, à ce que racontera ce film, et pour stimuler les adultes. Je veux un jeu malin et pour adultes, jouable par des enfants, avec une variante pour les petits. Oui, je suis exigeant. Ben figurez-vous que c’est pas facile à vivre.

75b8952a0f946199f12a5155205c042d2700.jpe

Je travaille donc là-dessus avec Fred, des idées viennent, mais pas toujours satisfaisantes. J’ai demandé à mon intime David Boniffacy, qui sera l’illustrateur du jeu, de me faire une ébauche de banquise pour faire un proto moins dégueu. Et je pars de notions de l’histoire qui me semblaient primordiales : cette histoire d’appel, que le manchot reçoit mystérieusement, presque mystiquement, et qui lui indique le départ (je sens que cette notion est importante pour Luc, et que ce nouveau film va tourner autour de ça) ; la météo changeante et extrême du lieu, la marche en colonie et la banquise toujours en mouvement.
L’appel, c'est facile, et on peut même considérer qu'il existe déjà dans la version de Fred, c’est la couleur qui apparait quand on retourne la tuile et qui permet de rejouer. Parfait.
Pour la météo, j’ajoute des jetons blancs (méga beau temps) et noirs (blizzard) sur certaines tuiles. Pour en faire quoi, ça je sais pas encore !
Pour les mouvements de banquise, j’inclue des permutations entre les tuiles.

Pour la marche en colonie, on verra plus tard !

f700095f820fc2e68c3d84fd28ed15e5fa7b.jpe

Dans toute cette histoire, le plus compliqué fut d’agencer tout ça pour que ce soit malin, fluide et stimulant. Et il y a eu beaucoup d’écueils ! On avait fini par avoir une version qui fonctionnait, qui plaisait à pas mal de monde, mais trop tricky, avec trop d’ambiguïtés. C’est une après-midi avec l'ami Thierry Gislette (Jeux Descartes à Lyon) qui me l’a mis en face en vrai : c’est naze. Parfois, c’est bien de se sortir le pif de son bousin… C’est con parce qu’elle plaisait beaucoup à Fred, cette version ! A moi aussi, mais j’avais conscience de ses défauts. Merci Thierry, Céline et Alex, c'était rude mais bien. Mais rude.

Je rebosse, allège, farfouille… Mais nous sommes déjà en août. Le film, donc le jeu, doit être dispo en février, donc tout doit partir à la prod’ en décembre. Donc gloups…

69a205b71f08276f9f557ba91ae5e3ebd3ac.jpe

Je reviens à la base. Et la base, c’est l’Antarctique. Ce film a été tourné lors d’une expédition (Antarctica) de 45 jours fin 2015, initiée par l’ONG de Luc Wild-Touch, avec une espèce de dream team de preneurs d’images composée de Vincent Munier, Laurent Ballesta et Luc lui-même. Cette expédition a été l’objet de retransmissions de vidéos en direct chaque jour sur Arté. Et dispo en ligne. J’ai donc regardé de nouveau d’une traite toutes ces vidéos. Et me suis servi (je sais même pas trop comment vous expliquer ça mais je fonctionne comme ça) de cette matière pour ludifier ma météo, notamment, avec mes jetons noirs et blancs ! Et suis arrivé fin septembre à cette version, qui sera la version finale. Je me rappelle de dizaines d’essais faits avec Céline Castan jusqu’à LA partie, où on s’est tous les deux dits « celle-là était fun ». On multiplie les tests avec cette dernière version et tout roule, les retours sont tops, donc c’est gagné ! La base est inchangée, la météo est parfaitement utilisée, et la marche en colonne ajoute un quelque chose qui rend le jeu bien plus tactique, surtout à deux joueurs ! Je convaincs Fred de ne plus inclure le glissement de banquise. Il me convainc que c’est quand même bien. Je le convaincs que je suis d’accord mais que c'est trop tactique pour le grand public. Il me convainc d’au moins en faire une variante. Nous sommes convaincus. On garde la règle de base, à savoir l’aller-retour avec uniquement le retournement des tuiles et la mémoire, comme variante à partir de 5 ans. Pfiou...

b92abbefa05aebc69e94cbdba28bae5e75c2.png

On reçoit à cette même période la préaffiche du film et son titre provisoire : « L’Appel de l’Antarctique - la Marche de l’Empereur 2 ». Dans une semaine on part à Essen, c’est top, je pourrai présenter le jeu à mes partenaires étrangers ! Bony peaufine sa banquise et… Et les manchots ! Nom de bi, les avais oublié ! Enfin, non, j'y pensais pour la prod du jeu, évidemment, mais pas pour les maquettes... Jusque là nous jouiions avec les manchots d'autres jeux... Bony avait fait des gabarits de manchots pour leur prod (qui sera faite à la tournerie Carron dans le Jura). Mais là il me faut des manchots pour ces maquettes quasi-finales… C'est dans ces moments-là qu'on est heureux de connaître des génies. « Heu… Allo Blaise ? Je sais que tu t’es lancé dans l’impression 3D… Si je t’envoie le schéma du manchot, tu crois que tu peux m’en faire une quarantaine ? Ce sera parfait si je pouvais les recevoir après-demain… Dans trois jours au pire… Quoi, tu ne me dis même pas que j’exagère ? Tu exagères ! ». Les manchots plasto-3D reçus, nous les colorisons joliment avec Céline et paf, les maquettes toutes prêtes pour Essen ! Surtout : merci Blaise pour ce talent et cette réactivité, t’es un vrai copain !

0a9b4d35a512a8a8b048502880b5807468ce.jpe

Maintenant, la partie que j’adore : le livret ! Les livrets de la gamme Nature ont ceci de particulier qu’ils contiennent, en plus de la règle du jeu, une douzaine de pages consacrées à plein d’infos sur le thème du jeu.
Je rédige donc d’abord une première version des règles du jeu. Et c’est parti pour ma traditionnelle semaine de tests de règles. Je m’explique : à chaque nouveau jeu, je consacre une semaine aux tests des règles. Je constitue 5 groupes de volontaires qui n’ont jamais joué au jeu. Je file le jeu et la règle V1 au groupe 1, je les regarde sans rien dire (très frustrant) et note toutes leurs réactions, doutes, erreurs durant la partie. Je modifie en conséquence la règle puis rebelote avec une V2 et un groupe 2, puis ainsi de suite jusqu’au groupe 5, et en une semaine j’ai ma règle normalement la plus limpide et compréhensible possible !

ec917df0f39ddb429104d86df12b30892972.jpe


Je m’attèle désormais à la partie scientifique. J’adore faire ça. Peut-être une réminiscence de mon boulot d’avant, quand j’étais chercheur… Je me lis plein de trucs sur l’Antarctique, les manchots Empereur… Je demande de l’aide à ma copine Lorette Faivre, qui bosse toujours avec Luc en rédactrice. Et faut pas trop traîner, car en même temps on développe Pom Pom et les deux jeux doivent partir en prod en même temps, et je n’ai alors pas encore touché au livret de Pom Pom ! Le livret écrit, mes relecteurs favoris menés par Johanna Poncet s’en emparent pour corrections scientifiques et stylistiques. Lorette est alors la garante qui fait que je raconte normalement pas trop d’âneries ! J’aime bien ce que sera le livret, et surtout je compte sur Bony pour le mettre joliment en forme avec de nouveaux dessins pour l’illustrer, ce qu’il fait merveilleusement, avec même cet humour dont il est détenteur et dont je suis friand. Je lui fais suffisamment confiance pour qu’il ose me soumettre ce dont il a envie sans trop de crainte. Je crois qu’on fonctionne assez bien comme binôme !
On reçoit à temps l’affiche définitive du film, qui est somptueuse, et le titre, sobrement « L’Empereur ». On est à temps pour la prod !

8138e6f95ec774d265b675d6c6515e8d6c7c.png

 

3ème marche : La Marche du crayon

(par David Boniffacy)

Comme souvent, pour les jeux qui sont rodés avec les tests publics, je ne suis que le dernier maillon, ou en tout cas, l’un des derniers maillons de cette chaine. Et ça me convient, les règles, les suggestions, tout me tombe dessus et je m’occupe d’en faire un objet concret et efficace d’un point de vue ergonomique.

2ed163b3178080b0ed9ff8088578c88cb020.jpe

Pour L’Empereur je n’ai presque rien à dire. C’était rapide, cool, sans le moindre petit chouilla de bribe d’inquiétude. La glace ça me connait, depuis Kairn chez Blackrock, Antartik chez Ilopeli, La Glace et le Ciel chez les jeux Opla… Ca devrait le faire. Quelques recherches documentaires stériles et puis le choc de la bande annonce du film ! Ah oui, ça ne servait pas à grand-chose de regarder à nouveau La Marche de l’Empereur, ces images-là sont plus modernes et plus spectaculaires. Mais peu importe, dans ce jeu, mon travail de création est limité par la mécanique. Je ne créée que les profils de manchots en bois et les tuiles qui seront assez vite finalisées. Du coup j’ai un peu plus de temps pour faire des illustrations plus exaltantes pour le livret. Comme toujours dans cette gamme, nous avons, Florent et moi, à cœur de proposer un visuel qui est scientifiquement crédible. En fait, c’est assez proche de la logique de Luc Jacquet, montrer la réalité de la manière la plus élégante qu’il nous est donné de faire.

166c98e3ba96f3a8d08f5641013e148cc6de.jpe

Quelques rares images de recherches pour étoffer mon maigre propos. Comme Florent le disait, nous commençons à nous connaitre, et nous perdons de moins en moins de temps à partir dans des directions qui, nous le savons, ne plairaient pas à l’autre.

 

4ème marche : La production

(par Florent Toscano)

 

On a pu lancer la production à temps, à savoir 5000 L’Empereur en amalgame avec Pom Pom, ainsi que le 3ème tirage de Il était une forêt et le 2ème de Pollen. Comme nous produisons toujours l’intégralité des éléments de nos jeux en France, nous sommes allés en janvier dans les usines voir ça, et on en a fait une petite vidéo (de tout de même 37 minutes !) pour vous montrer tout ça !

 

5ème marche : celles de Cannes

(par Florent Toscano)

 

Tout a été fait dans les temps, donc le jeu a bien été dispo dans les boutiques dès le 6 février, avant la sortie du film au cinéma le 15 février. Ce qui fait que nous étions à Cannes alors que le film était à l’affiche un peu partout en France, et ça nous a permis d’organiser en partenariat avec le FIJ une projection spéciale du film durant le festival, en présence de l’illustrateur Bony et de Fred et moi-même. Cette coïncidence de timing nous a permis d’avoir un joli petit éclairage médiatique !

c81c63f84c83ccb8ac7ac1fb26ac14bb46ab.jpe

Johanna, la maman de mon petit Jean, a même récemment découvert une nouvelle variante très efficace pour jouer avec lui. Et quand un petit de moins de trois ans réclame quatre parties de suite d’un jeu, c’est une vraie preuve de son efficacité !

a1175b5acda671685c3afb4e9d106114a002.jpe

Le jeu commence à vivre sa petite vie et nous avons de très chouettes retours qui nous font du bien et nous montrent qu’on avait raison de se décarcasser ! Et surtout, cette aventure de développement d’un jeu d société moderne en parallèle de celui d’un film de cinéma est toujours aussi excitante et stimulante, alors je n’aurai de cesse de remercier tous ceux avec qui on a taffé avec intelligence et pertinence pour proposer au public un ensemble que j’espère cohérent. En tout cas on fait tout pour !

6759dc43da75e357624692bbe2cc4c29ccdb.jpe

Le petit bonus pour la route... A Cannes, on s'est amusés à alignés plein de nos manchots devant le stand, le dimanche matin, pour faire un grand domino-manchot en public et en direct sur facebook. Et depuis, ben tous les dimanches matins on fait un domino-manchot, sur tous les salons et festivals où nous allons ! Alors lors du prochain événement, venez nous voir le dimanche matin, y aura domino-manchot !

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Les jeux dont on parle dans cet article

Kommentare

Default