arthelius

Ces mangas qui parlent de jeux de société

Ces mangas qui parlent de jeux de société

 

Cette rentrée a vu la sortie de deux nouveaux mangas qui parlent de jeux de société. C’était assez pour parler du sujet et en faire le tour. Car jouer c’est bien, mais lire c’est bien aussi, et encore plus lorsque la littérature séquentielle s’intéresse à notre milieu. Petit tour d’horizon, non exhaustif, des mangas qui parlent de jeux de société avec force et passion.

 

Ma première approche

 

Avant de vous parler de ces 2 nouveaux titres, je trouvais important de vous parler de ceux qui existaient déjà sur le marché bien avant. Pour ma part je me souviens des premiers tomes de Yu Gi Oh de Kazuki Takahashi, édité chez nous chez Kana, dans lequel notre ami Yugi réglait ses comptes avec des gens peu scrupuleux à l’aide de jeux. C’est ainsi que nous vîmes passer des jeux de dés et autres gaudrioles dans les pages du manga. Par la suite le manga s’est tourné vers les jeux de cartes (JCC) de type Magic. Cette partie ayant eu beaucoup de succès, le manga continua dans cette lancée, laissant derrière lui les jeux différents à chaque chapitre. L’auteur à voulu revenir aux sources en proposant après l’arc Pegasus, des dés contenant des monstres que l’on faisait jouer sur un plateau. D'ailleurs, cette partie du manga fut transposée en jeu de plateau. Mais les fans réclamaient les duels extraordinaires et invraisemblables de cartes. Mais Yu Gi Oh reste un bon manga sur les jeux.

 

6fe6829212458499a870ef620bb0232e204a.jpe

 

Un blanc un noir

 

Puis j’ai découvert Hikaru No Go, un manga traitant du jeu de Go que l’on doit à Yumi Hotta au scénario et à l’immense Takeshi Obata au dessin. Édité chez nous par Delcourt. Le manga nous raconte l’histoire d’Hikaru qui découvre un beau jour un Goban dans le grenier de son grand-père (un plateau de jeu de Go). Le plateau s’avère être hanté par Saï ancien professeur de go de l’empereur sous l’ère Helan. Le jeune Hikaru va donc apprendre le Go avec ce professeur et y prendre goût. Le manga possède un certain suspense, et une dynamique extraordinaire pour un simple jeu, dont les Japonais ont le secret. Si la première partie est vraiment très bonne, on sent que la suite a été commandée et surtout qu’elle se vue précipitée vers la fin. Car c’est ainsi au Japon, les mangas sont prépubliés et s’ils ne connaissent pas le succès, ils sont retirés du marché, de même si l’auteur veut arrêter. Hikaru no Go reste un très bon manga sur ce jeu antique.

 

184f72df3dad2f04a0e28fff1e53b9c74e37.jpe

 

A l’assaut du roi

 

Si vous recherchez un manga dynamique qui parle de jeux, celui-ci pourrait vous offrir ce que vous recherchez. Yu Gi Oh ne manquait pas d’action avec ces cartes où les monstres surgissaient littéralement. Mais ici nous parlons d’Échecs, du coup le postulat de base est déjà plus compliqué à mettre en image. Et pourtant une simple idée, vraiment bien trouvée dynamise le tout et rend le récit intéressant et prenant. Si vous avez aimez Hikaru no Go, A l’assaut du roi devrait également vous plaire. De plus, il est intéressant de voir le statut des Echecs au Japon, pays où il n’est pas roi.

 

463a129515a1ac703d29ca328013f075e40c.jpe

 

Wizard’s Soul

 

Le fond est très classique, nous sommes devant un Shojo, un manga sentimental, mais où l’univers des cartes à jouer a été ajouté. Les règles se rapprochent beaucoup de celles de Magic (comme souvent), dans le premier tome les règles ne sont pas forcément expliquées en détail, du coup il faudra faire confiance à la suite pour bien s’immerger. L’aspect intéressant du manga c’est que le monde entier semble plus ou moins tourner autour de ces cartes. La série ne comprend que 4 tomes, ce qui peut être un plus pour découvrir ce style d’ouvrage, même si le background risque du coup de ne pas être très développé.

 

c78acfe899d311f720c46b889f41288c018e.jpe

 

 GothorLe club des jeux de société

 

Je sais que le manga existe, mais je n’ai pas eu le plaisir de le lire, et je n’ai pas trouvé de scantrad. Moi non mais Gothor oui (que je remercie au passage) que vous pouvez consulter à cette adresse si l'anglais ne vous fait pas peur.

 

La conclusion

 

Si ces mangas ne sont pas des exemples d’exploits littéraires, ils ont le mérite de proposer un loisir sympa, et c’est je pense, leur but premier : nous divertir. Il est amusant de voir comment sont traités nos jeux préférés, comment les auteurs s’en sont emparés pour les montrer sous un autre angle, un jour nouveau. Souvent en prenant le parti-pris logique, d’inventer un univers autour, d’en faire des caisses pour rendre le tout plus dynamique. Et c’est parfaitement compréhensible. Aussi bien à cause du public qu’ils visent, souvent les enfants, mais pas que, que par souci de dynamisme. Qui aurait envie de voir 2 toupies se rentrer dedans par exemple ? Personne au naturel, pourtant Beyblade a cartonné, car il a su ajouter des éléments « fantastiques » pour rendre le tout intéressant. Et pour nos mangas ici présents c’est aussi le cas, sauf pour Hikaru no Go qui se veut plus sage et réaliste.

Donc voilà, si vous êtes curieux je ne saurais que trop vous conseiller de vous pencher dessus. En attendant bonne lecture et bons jeux.

 

f3752d5200d973b99ffc61ffbfdd0047c3a3.jpe

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Kommentare (1)

Default
Femto
Femto
Pour des scantrad de "le club des jeux de société" il faut chercher avec "Houkago Saikoro Kurabu" ;)