arthelius

Critique de doggy Bag

Critique de doggy Bag

 

Un doggy bag c’est un sac dans lequel un client dans un restaurant peut emporter son repas, chose à éviter dans un buffet à volonté sous peine d’être très mal vu. Ici le doggy n’a jamais été aussi approprié puisque vous allez jouer avec des chiens qui vont faire leur possible pour voler l’alimentation de celui qui les utilise comme voleurs. Allez vous être pris la main dans le sac ou vous empiffrer ? Il va falloir jouer au jeu pour répondre à cette question ou bien lire cette critique.

 

Il n’y a pas de chien sans os

 

Chaque joueur va se munir d’un paravent et du nombre d’os de différentes couleurs indiqué sur celui-ci, que vous allez placer derrière. Au centre de la table, on place la tuile de Fagin, suivi des 8 tuiles avec un chiffre allant de 0 à 7, chacune possédant un pouvoir. Pour la première partie, il est conseillé de jouer sans ces derniers. Le but sera d’être le dernier en lice, ou bien d’avoir le plus de points possible. On lance les deux pièces de Fagin qui vont déterminer le nombre d’os de la couleur désirée, que chaque joueur va glisser secrètement dans le sac. Cette quantité peut aller de 2 à 4 os. Chacun son tour en commençant par le premier joueur, chacun va prendre une tuile qui va représenter le nombre d’os qu’il pense pouvoir voler dans le sac. Il est possible de retourner la tuile prise pour la mettre sur la face Tête brulée, qui indique que vous pensez pouvoir prendre un nombre supérieur à 7. Un seul joueur par tour peut retourner une tuile. Une fois que chaque joueur à récupéré sa tuile, celui qui possède le plus gros chiffre commence à piocher dans le sac. S’il parvient à prendre le nombre d’os espéré sans tomber sur un os noir, le tour prend fin et il conserve ses os devant son paravent. S’il tombe sur un os noir, son tour prend fin, il le place devant son paravent et pose les os de couleur qu’il a piochée sur la tuile de Fagin. Puis c’est au tour du joueur ayant le second chiffre de plus haute valeur de piocher dans le sac. Les pouvoirs sont activés lors de la prise de la tuile. La partie prend fin lorsqu’il ne reste plus qu’un joueur en lice ou lorsque les joueurs n’ont plus d’os derrière leur paravent, on compte alors les points et celui qui en possède le plus remporte la partie.

 

Critique de doggy Bag

 

 doggy bag

 

Il y a donc dans la boite le fameux sac, accompagné d’une série d’os en bois de toutes les couleurs bien sympa et originaux. Ajoutez à cela des tuiles et des paravents, un peu trop léger qui ont tendances à laisser passer les os, et vous avez l’ensemble du matériel. Le thème est bien trouvé, les illustrations sont raccords et bien réalisées, bref nous sommes devant un très bon produit qui ne dispose pas de réel défaut et ça c’est cool !

 

Critique de doggy Bag

 

Un pour moi, et tous les os pour moi

 

Le chapardage peut commencer ! Si au début de la partie tout le monde reste prudent, il n’en est plus de même au bout de quelques tours, certains faisant le kamikaze tandis que d’autres restent coincés dans leurs calculs des os sortis et la probabilité de sortir un os noir à ce tour. Mais tout ceci est vite malmené par le pouvoir des tuiles qui permettent à certains de voir les os dans le sac tandis que d’autres par la suite piquent allègrement dans celui-ci. Il est temps de lever le verdict, la tête brulée s’empare du sac et tire 1 os rouge, ouf, 1 os blanc, nouveau soulagement, 1 os noir, perdu, dommage. Et la partie continue ainsi tandis que certains jouent se la joue discrète avec leurs deux os noirs, tandis que sur le dernier tour ça sera à celui qui retournera en premier sa tuile sur la face tête brulée, tentant le tout pour le tout, car bon dernier dans le tableau des scores.

Doggy bag est très fun comme jeu, il y a de l’ambiance, du calcul pour ceux qui veulent se la jouer ainsi, et du party game + pour toute la tablée. Les tours sont rapides, toujours amusants, la pression montant assez vite pour récompenser ou punir les plus gourmands. L’ajout de la tête brulée est un plus sympa dans le jeu, tout comme le fait de pouvoir faire le gourmand. Le jeu reste plaisant même si l’élimination guette à chaque instant les plus malchanceux. Je ne saurais que trop vous conseiller de jouer directement avec les pouvoirs, si vous avez déjà de l’expérience dans le domaine des jeux de société, car le jeu est plus plaisant et amusant avec.

 

Critique de doggy Bag

 

Étant donné la nature du titre, y jouer à 6 sera le plus fun, mais le hasard est assez présent pour rendre l’expérience divertissante quelque soit le nombre de joueurs. Nous sommes bien sûr 20 minutes environ de partie, sauf si vous tombez sur un joueur qui prend les os lentement en pensant que cela l’empêchera de tomber sur un os noir. Enfin, les 8 ans conseillés me semblent justes, il n’y a pas de lecture juste de la compréhension de règle et de pouvoir si vous décidez de jouer avec pour une partie avec des enfants.

 

Critique de doggy Bag

 

Repartir dans un sac

 

doggy bag est une très bonne surprise, on ne sait guère à quoi s’attendre en découvrant cette boite arborant ces mignons petits chiens, et pourtant elle recèle une très bonne expérience de jeu. Nous sommes face à un jeu rapide, de prise de risque, qui reste malin et plaisant à jouer de bout en bout. Un jeu à sortir entre amis ou en famille sans aucun doute. Mais aussi un jeu qui pourra plaire à une bande d’ados. Un party game que vous ne devriez pas laisser passer, sous peine de rater quelque chose de frais et d’original.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Les jeux dont on parle dans cet article

Kommentare

Default