Docteur Mops

Déchire ton jeu avec le prochain Rob Daviau

Déchire ton jeu avec le prochain Rob Daviau

Voilà une de ces petites nouvelles qui va faire des éclaboussures voire même des embruns puisque cela à un rapport avec la mer. Voici la nouvelle vague !

Tout le monde ne connaît pas forcément monsieur Rob Daviau mais sachez que dans le milieu ludique international l’homme a acquis une stature que certains enjoués qualifieraient de légendaire.

Si je vous dis qu’il a passé des années chez le géant Hasbro, pas sûr que le côté légendaire de la chose vous saute au visage. Si je vous dis que monsieur Daviau se trouve derrière des jeux comme Heroscape, Betrayal at house on the hill, Star Wars duels épiques et … Risk Legacy (l’Héritage).

D’un point de vue purement formel et esthète, ce concept d’héritage est surement la chose ludique la plus innovante de ces dernières années.

Default

Qu’est-ce donc que l’Héritage. Héritage c’est le concept d’un jeu évolutif. Tous les jeux sont évolutifs me direz-vous. Oui. Mais là, le matériel du jeu est évolutif aussi. On ne joue plus une partie anonyme mais une campagne personnalisée que plus jamais on ne rejouera. Vous êtes le premier conquérant d’une ville ? Donnez lui votre nom. Dans toutes les parties qui suivront cette ville portera votre nom. Un héros est mort ? Déchirez sa carte, elle ne sera plus utilisée.

Comment ? Quoi ? Déchirer de précieuses cartes ? Écrire au marqueur sur le plateau de jeu ? Quelle iconoclastie ! La chose a déclenché quelques protestations.

Là tu vois j'ai 200 de tension !

- monsieur X projet X

Combien de fois peut-on jouer avec un jeu jetable ? En fait à peu près autant de fois qu’un jeu traditionnel. C’est sur le Risk que Rob Daviau a expérimenté pour la première fois le système Héritage. Risk Legacy c’est une quinzaine de parties. Une quinzaine mais plus c’est possible avec un Hall of Fame qui est définitivement inscrit sur le plateau. Tout comme dans l’histoire, les hommes sculptent les vainqueurs, le jeu retiendra le souvenir de ses héros d’un jour.

Alors peut-être le petit souci ce fut le côté Risk. Même si le jeu est emblématique, il garde quand même malgré les adaptations un petit côté old school.

Default

C’est là que la vraie histoire entre en jeu. Si le Risk Legacy a existé, c’est que Rob Daviau bénéficiait d’un statut particulier chez Hasbro mais il se trouve que c’est quand même Hasbro.

Aujourd’hui Rob Daviau a quitté la grosse société américaine pour se consacrer à ses propres créations et la nouvelle est tombée il y a peu chez Plaid Hat Games : Rob Daviau a dans ses cartons un nouveau jeu Héritage – SeaFall.

SeaFall est une pure création. Un projet 4X (Explore, Expand, Exploit, Exterminate) comme on dit dans le milieu anglo-saxon vidéo ludique.

L’univers semble être une uchronie maritime où les joueurs incarneront des états se lançant dans la conquête maritime.

Default

Bref, le premier jeu Héritage original est annoncé et l’on sent comme un courant de fébrilité dans l’univers ludique.

La version américaine est prévue pour 2014 sans autres précisions.

La version française… Il est trop tôt pour en parler mais sachez que notre boule de cristal prévoit une VF à 99% ?

C’est bon !ça non ?

On s’en reparle dès que nous en savons plus et qu’on nous donne l’autorisation.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Kommentare (11)

Default
matinciel
matinciel

Ca sent mon premier Kickstarter ça...

Itai
Itai

Pour les personnes qui veulent en savoir plus une interview de Rob Daviau avec de nombreux détails sur ce jeu est téléchargeable ici.

Pour les impatients ou ceux qui maîtrisent mieux l'anglais à l'écrit qu'à l'oral, un résumé de ce qu'on y apprend peut être lu ici.

Et pour les autres sachez que l'intérêt de ce jeu va bien au delà du fait qu'il soit un Legacy... Cela semble être un jeu de civilisation extrêmement ouvert, où on peut jouer un jeu très commercial ou pratiquement un wargame selon les choix des joueurs, où les civilisations pourront se spécialiser au fil des parties, où un mécanisme permettra à une civilisation d'avoir le souvenir de ceux qui l'ont injustement agressée et le désir de vengeance qui va avec, où à la première partie 90% du plateau de jeu sera inconnu et devra être exploré, etc...

Contrairement aux créations précédentes de Rob Daviau, il s'agit ici d'un vrai jeu pour gamer, 4 à 5 fois plus complexe que le Risk.

Et un kickstarter sera lancé en début 2014 pour financer le projet.

Khorbier
Khorbier

J'avais tendance à penser comme Zemeckis, acheter un jeu à obsolescence programmée (15 parties environ) et saborder le matériel, ça m'a franchement repoussé...

Etant en pleine aventure Risk Legacy, je me permet juste une précision. Il faut envisager l'expérience en deux phases : une première (les quinze premières parties) qui façonnent le jeu, puis une deuxième (les parties qui suivent) dans laquelle tu jouiras de ton jeu, héritage de tes parties passées.
On ne peut donc pas parler d'obsolescence programmée.

Dod
Dod

Moué, je préfère passer à coté du concept. Loin même.

Mokoni
Mokoni

J'avais tendance à penser comme Zemeckis, acheter un jeu à obsolescence programmée (15 parties environ) et saborder le matériel, ça m'a franchement repoussé...

Et puis finalement, sur ma 30aine de jeux, ceux qui ont plus de 15 parties dans les pattes se comptent sur les doigts d'une main. En plus, si ce mécanisme amène un peu de nouveauté à chaque partie, une histoire suivie dans le temps et donne plus d'importance aux choix des joueurs, ça change et ça peut donner un petit gout de "reviens-y" sympa, à la manière des fins de saisons de séries :)

Je pense que c'est à réserver aux gens qui ont un groupe de joueurs habitués par contre...

XofMdS
XofMdS

C'est que tu passe justement à côté du concept, Zemeckis.

La modification inaltérable fait partie intégrante de l'expérience du jeu. Il a été "prévu" pour être modifié.

Et, du coup, ton jeu devient le tien, celui de ton groupe, les joueurs qui dont les actes ont conduit à ce que ce plateau-ci et son usage ne ressemble à aucun autre.

Je trouve au contraire le concept excellent, et surtout sur du jeu réel. Sur du virtuel, ce serait "trop facile"!

Zemeckis
Zemeckis

Perso, je tiens trop à mes jeux pour les déchirer, écrire dessus ou autre modification inaltérable. Ce genre de chose a plus sa place en virtuel (tablette, pc, console, ...).

Mais bon, j'attends de voir ce que ça va donner, on sait jamais.

XofMdS
XofMdS

C'est pas 42, le bon nombre? (même si ça ne donne pas le même budget)

TS Léodagan
TS Léodagan

Oui parce que 13, c'est trop cher payé.

Sinon, je serais ravi qu'il soit traduit à 100% celui-là, parce que v'là la frustration de ne pas avoir vu Legacy traduit en Français. Pour une fois qu'un Risk avait un intérêt ^^

Drax
Drax

bon nombre 12 !