croc

Kings & Things : faites la guerre avec n’importe quoi !

Kings & Things : faites la guerre avec n’importe quoi !

Kings & Things est la version réactualisée d’un petit bijou issu du passé. C’est sûr que 1986, ça ne nous rajeunit pas. Mais déjà à l’époque on savait s’amuser avec un jeu de plateau. C’est le symbole des jeux de l’époque : chaotique mais fourmillant d’idées et d’humour. Pour parler le langage des jeunes de maintenant, c’est un peu le Munchkin des jeux de conquête.

Le principe de base est simple : on forme un plateau de jeu avec de gros hexagones, un peu comme dans les Colons de Catane (mais 10 ans avant), on met en place sa capitale sur une case et vogue la galère : on recrute des troupes tout à fait disparates et qui dépendent de l’endroit où vous vous trouvez (elfes ou écureuils dans la forêt, pingouins tueurs ou eskimos dans la toundra) pour ensuite se jeter à corps perdu sur l’adversaire. De temps en temps on trouve des lieux de « pouvoir » qui accordent des bonus (mine d’or, cimetière d’éléphants) ainsi que des événements qui viennent pimenter le jeu (vandales, grand Juju). Comme si cela ne suffisait pas, on saupoudre de sorts, d’objets magiques et de héros. Chaque pion possède ses règles propres et la profusion d’unités différentes vous promet de ne jamais rejouer deux fois la même partie.

Pour ce qui est du système de jeu, le moins que l’on puisse dire c’est que c’est archaïque, un peu comme Talisman en fait. Mais cela s’explique par le fait qu’à l’époque, la clientèle de base était constituée à 95% de rôlistes (et quelques wargamers).

Voyons donc de quoi il retourne en étudiant la séquence de jeu :

Phase de collecte de l’or
Chaque case, chaque héros et chaque « chose » qui a de la valeur que vous contrôlez vous rapporte une ou plusieurs pièces d’or.

Phase de recrutement des héros
Pour recruter un héros on multiplie sa force par deux et on tente d’obtenir un résultat supérieur ou égal à cette valeur avec 2 dés. On peut payer des sous pour obtenir un bonus au dé (+1 pour chaque 5 pièces d’or dépensées avant le jet de dé ou 10 pièces d’or dépensées après).

Phase de recrutement des « choses »
On pioche des « choses » gratuites selon le nombre de cases contrôlées mais on peut aussi payer pour en piocher d’autres (5 pièces d’or la « chose »). Des échanges sont possibles à raison de 2 « choses » contre 1 avec la banque (le sac d’où proviennent toutes les « choses »). Parce que oui, on peut aussi bien trouver un dragon rouge surpuissant qu’un écureuil volant ! Forcément en combat, ça n’a pas la même utilité.

Phase d’événements
Si vous avez pioché un événement, vous pouvez l'utiliser maintenant !

Phase de mouvement
Chaque créature ou héros peut se déplacer de 4 cases. Les terrains difficiles coûtent le double. On ne va pas se faire mal à la tête avec ça… Evidemment les troupes volantes sont avantagées et les ennemis gênent le déplacement. Rien de bien nouveau. Ah si, chaque case qui n’est pas contrôlée en début de partie à des chances de contenir des créatures neutres qu’il faudra défaire en combat avant de progresser (on peut aussi les payer pour qu’elles lâchent l’affaire).

Phase de combat
Ah ! Le combat justement ! Attention là, il va falloir suivre. Chaque créature a une valeur de force. En combat vous jetez un dé par créature et si le résultat est inférieur ou égal à sa force, elle tue un adversaire. Eh oui, c’était comme ça en 1986. Vous voyez la chance que vous avez d’avoir découvert Antique, Cyclades et Starcraft le jeu de plateau ? Bon évidemment, il y a les créatures blindées à plusieurs points de vie, les créatures que chargent avec deux dés et les archers et magiciens qui frappent avant les troufions de base mais ça ne va pas chercher tellement plus loin.

Phase de construction
Durant cette phase on dépense les sous qui nous restent pour construire des forts, des châteaux et éventuellement, la très convoitée citadelle (voir ci-dessous).

Phase de pouvoirs spéciaux
Oui, plein de pions ont des pouvoirs spéciaux. S’ils ne sont pas utilisés en combat, généralement, c’est maintenant qu’ils peuvent être déclenchés.

Le but du jeu est de construire une citadelle. Pour se faire il faut disposer d’un revenu de 20 pièces d’or par tour et de payer 5 pièces d’or. Bref, c’est une question d’argent. Vous pouvez aussi la voler à un autre joueur. Là, c’est une question de bourre-pif.

Bon j’avoue, raconté comme ça, c’est bizarre de « je rêve ou c’est très basic ? ». Ben oui, on savait rire avec des choses simples à l’époque. Europe et son « Final Countdown » étaient premiers au Top 50.

Kings & Things
Un jeu de Tom Wham
Edité chez Z-Man Games
Pour 2 à 5 ex-rôlistes barbus
Disponible bientôt
Pas encore de prix prévu

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

À suivre chez les blogueurs...

Kommentare (16)

Default
Marc Laumonier

ah ! ce jeu a bercé toutes mes années estudiantines ...

des souvenirs d'excellentes soirées de bluff et d'éclats de rire ; un poil long peut être pour le standard actuel ? Mais quel beau jeu !!!

Jer
Jer

Pour ceux qui ça intéresse, les règles sont en ligne : http://www.zmangames.com/boardgames/files/kingsthings/KT_Rules.pdf

ElComandante
ElComandante

Une bombe ce jeu. Ah, le Big juju de l'explosion de l'université de magie, les pingouins tueurs et les lianes rampantes, tout cela sous le règne de terreur de Ghaog II. Excellente nouvelle pour les p'tits jeunes qui vont pouvoir se faire de la vraie culture ludique. ;)

Evidemment, ça va faire hurler les pisse-froid bouffeurs de Kubenbois.

selaht
selaht

Un jeu mythique par chez moi !

J'en connais qui à la simple évocation du "Big Juju" ont la larme à l'œil ...

Harry Cover
Harry Cover

c'est l'ancêtre de Claustrophobia, l'humour en moins ou plus suivant si le jet de dé est impair ou pas :)

hélas j'ai toujours raté les parties de ce jeu, mais les gens que j'ai vu y jouer étaient à 95% des rolistes, les 5% restant quittaient la table avant ou pendant le jeu (des futurs joueurs d' AOS)

jmguiche
jmguiche

Je suis etonné du ton de cette news. Je ne trouve pas la finesse et le sérieux que l'on trouve dans le thème et les mécanismes de ce jeu.

Un grand souvenir ! A l'époque les rigolos jouaient à advanced squad leader, les gens sérieux à Kings & Things.

cossfr
cossfr

Que de souvenirs, un jeu simple mais plaisant... renouvelé par le côté aléatoire du tirage des terrains et bien sur des troupes... ah le big Juju !!

_Zeddicus
_Zeddicus

Petite news : la version FR est prévue chez IELLO début 2011.

Woodian
Woodian

Il ne leur reste plus qu'à nous sortir une petite vf... :)

Giludo
Giludo

Moi qui ai connu Europe à l'époque, ce jeu me parait assez marrant, et je ne me sens pas dépaysé par le système.

Avec tous ces peuples ou créatures qui se tapent dessus, c'est comme une sorte de Small World bien avant l'heure, ce n'est pas un leurre...