Monsieur Guillaume

La machine qui vendait des jeux !

La machine qui vendait des jeux !

Il n'y avait aucune raison que ces distributeurs automatiques, que l'on trouve presque partout des gares aux aéroports en passant par les grands halls d'entrée des grands hôpitaux ne distribuent pas, au milieu de sucreries grossissantes, baguettes ou pizzas, voir même poissons rouges souvenirs, ne proposent pas ces boites en cartons qui nous procurent tant de plaisants loisirs... Et bien c'est chose faite !

Tric Trac

Mais ça a l'air d'être un bien bel endroit...

Le "Loading Bar", dans l'est londonien, est un bar à jeux comme il en fleuri plein, avec une ambiance et des menus très orientés "culture geek" comme au Dernier Bar Avant la Fin du Monde parisien : "Assassin's Mead", "Deux Ex On The Beach" et le bon vieux "Skyrum". Ils ont bien sûr plein de jeux de société, plein de jeu d'arcades et de consoles... Bref, de quoi jouer, boire, discuter, reboire et jouer encore... Dorénavant, parfaitement placé (donc pas vers les toilettes... la place était déjà prise), il y aura un distributeur automatique de jeux de société ! Reprenons donc : De quoi jouer, boire, discuter, reboire et jouer encore... et en sortant, acheter un jeu à la machine !

Tric Trac

Editer... et distribuer... automatiquement...

Le distributeur est propriété d'un éditeur : Big Potato Games. Plutôt inconnu par chez nous, ils éditent, entre autres boites, Chameleon pour jouer avec des mots, Obama LLama pour jouer avec des rimes et Bucket Of Doom qui propose des situations abracadabrantes dont il faut se sortir en inventant une histoire à base d'objets inutiles. Ce dernier jeu a, malgré tout, été proposé l'année dernière en allemand par Asmodee... à voir donc pour la suite ! Ils éditent également Don't Get Got qui ressemble assez étrangement à Bluff Party. Ils ne font pas que du jeu, mais aussi du jouet... et donc depuis peu des distributeurs automatiques de bonheurs ludiques également !

Et voici la dite "machine" !

Tric Trac

 

De notre côté, Cocktail Games en la personne de son CEO-Boss-Maître du Monde Matthieu d'Epenoux (qui a également servi d'indic' pour cette niouze, signalons-le par un "Merci Matthieu" tonitruant), avait également beaucoup travaillé avec Selecta, leader de la distrinution en France, sur un projet similaire. Il s'avère finalement que les choses ne sont pas si simple que ça. Au-delà même de la rentabilité d'une telle machine, son entretien, les circuits d'approvisionnements à créer, et quand bien même les nouveaux appareils montent bien chercher le produit maintenant, évitant ainsi une chute dommageable, il faut également trouver l'adéquation parfaite entre les bons jeux, les bons emplacements passants et un public réceptif. L'exemple du Camion de Léon en 2015 qui avait placé un distributeur à jeux et jouets look vintage apporte déjà un éclairage : L'aire d'autoroute du Puy-du-Fou et la gare de Nantes avaient vu fleurir ces drôles de machines... pour finalement, une fois l'effet de surprise passé, s'interrompre... faute de rentabilité !

 

Tric TracEst-ce le côté vintage ou le manque d'intérêt ludique des jeux qui aura eu raison de Léon ?

Nul ne le sait...

 

Petite conclusion en guise d'ouverture à réflexions

Dans nos sociétés modernes, deux constats :  D'une part, les drones, il paraît, s'occuperont bientôt, via des autoroutes aériennes, de livrer tout et son contraire de porte-à-porte, et à "pas cher" puisque les grosses (pour ne pas dire LA) sociétés ont réussi à faire croire aux consuméristes que nous sommes que les frais de port étaient gratuits. D'autre part, l'information est partout, et accessible en masse... et quasiment gratuite aussi. De fait, à l'aune de ces deux constat, l'avenir du métier de vendeurs en boutiques spécialisés peut s'interroger

Très souvent est mis en avant, dans ce métier, l'aspect "conseil". C'est un aspect qui s'adresse, semble-t-il, à un public de non-connaisseur-non-connecté... Celui qui veut de l'information et est connecté peut y avoir accès jusqu'à être éventuellement sur-informé. L'autre aspect vient dans la notion de "service-animation" avec l'organisation de tournois ou d'événementiel, d'espace social pour les joueurs, la rencontre. Cet aspect-là est, finalement, assez peu corrélé à l'acte d'achat lui-même... Ce qui laisse, peu ou prou, et excusez-nous d'avance pour le côté très "rapeux" des termes, l'aspect très manutentionnaire d'entreposage et manipulation des boites avant d'encaisser... ce qu'une machine peut fort bien faire... et peut-être à moins cher ! D'où, compréhension de l'utilité de tels projets... en tout cas dans un conception très "capitalistique sauvage" de notre société !

Parce que si nous n'avions plus que des machines en face de nous, y compris pour jouer... et bien, non, vraiment... ce n'serait plus du jeu !

 

Voici Pepper, robot humanoïde. 1,20m pour 28 kgs. De ses roulettes aux pieds jusqu'aux yeux expressifs, en passant par sa tablette tactile, il sera prochainement employé (à 1000 exemplaires tout de même) pour vendre  machines à café et capsules au client de Nestlé au Japon.

Tric Trac

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Les jeux dont on parle dans cet article

Kommentare (7)

Default
ironikorn
ironikorn
On t'as reconnu Martin Vidberg avec ton distributeur-patate !!
Antho53
Antho53
L'adéquation "jeux + emplacements + public réceptif" est très important, je le reconnais.
Mais je soulignerai 2 points, qui selon moi sont importants et qui gravitent au tour de l'expérience client :
- Les consommateurs étaient ou sont-ils prêts à ce mode de distribution (aprioris du bon fonctionnement des distributeurs automatiques - ratio montant à dépenser confiance en la machine - service après vente...) ?!
- Ce circuit de distribution n'était ou n'est (peut-être) pas le plus approprié aux jeux et jouets, produits qui ont besoin d'être touchés, conseillés et démontrés... La distributeur automatique peut-il se passer de l'intervention humaine pour pouvoir jouer son rôle de "vendeur" de jeux et jouets ?

En tous cas, merci pour ce petit plaisir de voir Le Camion de Lëon cité dans le même article que Matthieu d'Epenoux... ! ;-)
NewTom
NewTom
Malheureusement d’autres jeux de cet éditeur ressemblent curieusement à d’autres jeux déjà sortis, comme Esquissé par exemple.
Lefty Mike
Lefty Mike
Superbe article Mr Guillaume!
ludodelaludo
ludodelaludo
A quand un Scythe et ses extensions dans le hall des aéroports !?^^