Le Marché de Samarkand, en mars chez Krok Nik Douil

Le Marché de Samarkand, en mars chez Krok Nik Douil
20.100

Il ne perd pas de temps Alain Epron. Alors que "Maâmut", son premier jeu en tant qu'auteur et éditeur, est arrivé en boutique il y a moins de deux mois, voilà qu'il annonce déjà deux jeux à venir, toujours chez Krok Nik Douil. La semaine dernière, il s'agissait de "Froutch! la fée" dans la gamme pour enfants. Cette fois, c'est "Le marché de Samarkand", pour un public familial, comme "Maâmut", en attendant "Régents", le premier jeu de la gamme Experts.

Ce jeu de cartes basé sur les enchères hollandaises est l'œuvre de Bruno Fricout et est joliment illustré par Loïc Billiau dont il a déjà été possible d'admirer le travail sur "Machi". Il sortira en mars, au moment du festival de Cannes.

A l'ouverture de la boîte, le rapprochement avec le "Jaipur" de Sébastien Pauchon se fait obligatoirement. Des marchandises, des chameaux constituent, dans ces deux jeux, l'objet de toutes les convoitises afin d'en tirer le maximum de profit. La comparaison s'arrête là néanmoins. "Le marché de Samarkand" est un jeu d'enchères hollandaises disions nous. Cette enchère, peu utilisée dans le jeu de société est descendante, c'est à dire que le vendeur part d'un prix plafond et descend ensuite jusqu'à ce qu'un acheteur arrête le processus. Reiner Knizia, le maestro de l'enchère l'avait exploité dans "Die Kaufleute von Amsterdam" en 2000 avec l'aide d'un gros chronomètre sur que les joueurs devaient arrêter subitement. Ici, tout se fait à la voix, le plus prompt étant le premier à se faire entendre.

Au final, chaque joueur dispose d'un set cartes d'une même marchandise mais de différentes valeurs. A chaque tour, chacun en choisit une qui sont mises en vente ensemble. Le maître du souk commence alors à égrener les valeurs à partir de 10. Dès qu'il le souhaite, un joueur peut arrêter le décompte pour acheter une des cartes mises en vente qu'il paie alors à son propriétaire. Si deux joueurs veulent la même carte au même prix, pas de partage : ils n'ont rien mais paient tout de même le vendeur ! Une fois arrivé à zéro, les cartes restantes sont défaussées.

Chacun va alors se retrouver avec un lot de cartes de différentes couleurs, dix au maximum. Il ne pourra en garder qu'un certain nombre, fonction des chameaux qui auront été acquis durant la partie. Ces derniers sont mis en vente en même temps que les marchandises et achetables aux enchères également. Chaque carte Chameau a une capacité de transport et il faut avoir, idéalement, le même nombre de cartes Marchandises au final, sous peine de pénalités.

Le lot de cartes, pour rapporter, a son lot de contraintes. A la fin de la partie, chacun compte d'abord le nombre de marchandises détenue dans la couleur la moins nombreuse (Knizia quand tu nous tiens!). Ce qui signifie qu'avec une couleur manquante, c'est zéro point au compteur. A cela, il faut ajouter des points en fonction du nombre de cartes détenues en fonction de leur valeur, et non de la couleur. Par exemple, avec quatre cartes de même valeur, cela fait quatre points. Avec cinq, on passe à huit points. Côté pénalités, chaque emplacement libre sur un chameau coûte deux points. Il va falloir viser juste. Le vainqueur est celui qui totalise le plus de points de victoire à la fin du décompte.


> La fiche du jeu chez l'éditeur

> Les cartes chameaux

> Des cartes Marchandises


"Le marché de Samarkand"
un jeu de Bruno Fricout
pour 3 à 5 joueurs
à partir de 8 ans
édité par Krok Nik Douil
prix conseillé : 24€
disponible en mars

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Les jeux dont on parle dans cet article

Kommentare (9)

Default
Zakouski
Zakouski

Je ne vois aucune bonne raison pour que ce très beau jeu ne rejoigne pas très vite Jaipur dans ma ludothèque pour créer un beau diptyque oriental.

Bravo à l'auteur, à l'illustrateur et à l'éditeur.

Bruno Faidutti
Bruno Faidutti

Les jeux d'enchères se sont faits rares ces derniers temps, c'est bien d'en revoir un. Quant à Jaipur, ça a l'air très sympa, mais je n'ai presque jamais l'occasion d'essayer les jeux à deux. Je suis donc assez curieux de voir à quoi ressemblera celui là.

Malou
Malou

Mes neurones fatigués réclament une TTTV pour mieux se rendre compte du jeu !

En fait je crois que j'ai chopé le virus, il me faut une TTTV pour tout ou presque :D

alainE
alainE

Le crayonné de la couv est visible sur la page Facebook de KND...

s(c)andale
s(c)andale

Pour une illustration d'attente, elle est bien alléchante, je trouve.

^_^

alainE
alainE

Sauf qu'il ne s'agit pas de la couv du jeu, celle-ci ne devant arriver que d'ici une semaine. Ce n'est une illustration d'attente... Mais au vu du crayonné, celle-ci sera tout aussi alléchante.

brunbrun
brunbrun

Je suis flatté d'être comparé à Knizia,

il va falloir être prolifique pour tenir la comparaison...

brunbrun

s(c)andale
s(c)andale

Moi, en tout cas, j'aime beaucoup la couv.

Toutes ces denrées rares à portée de main... on s'y croirait.

alainE
alainE

Juste une petite erreur dans le descriptif. A la fin de la partie un joueur peut se retrouver avec plus de 10 cartes "marchandise", les joueurs pouvant en acheter plusieurs par tour. Bon d'accord pour acheter il faut de l'argent et à ce niveau-là ben c'est pas non plus la richesse... ben oui sinon se serait trop facile.

À suivre dans la rédaction...