G. Winzenschtark

Retour sur Aldébaran : plongée en eaux connues ?

Retour sur Aldébaran : plongée en eaux connues ?

En ce moment, ce sont les nuits des étoiles. Peut-être saurez-vous repérer, dans la constellation du Taureau, la lueur clignotante de la géante orangée Aldébaran. Et bien c'est ici-même, ou plus précisément sur la planète Aldébaran-4, que nous vous proposons de (re)poser vos valises.

Tric Trac

Interstellaires

Connaissez-vous la série Les Mondes d'Aldébran ? Grand classique de la BD SF franco-belge, Les Mondes d'Aldébaran raconte l'Histoire, plutôt foireuse, de la colonisation de planètes lointaines par nous autres les terriens, et de mystères qui en découlent. Démarrée en 1993 par son auteur seul à la barre, Leo, Les Mondes d'Aldébaran est une série s'architecturant en cycles. L'on y suit, sur 3 cycles de 5 ou 6 tomes chacun (Aldébaran, puis Bételgeuse, et enfin Antarès), un groupe de descendants de colons d'Aldébaran, et plus principalement l'iconique Kim Keller, mêlé à des intrigues politiques, philosophiques et survivalistes aux quatre coins de la galaxie.Tric TracEn parallèle du cycle Antarès (2007 - 2015), l'on a pu également suivre le cycle spin-off (de 5 tomes toujours) de Survivants (2011 -2017), narrant l'aventure de jeunes rescapés d'un cargo de colons datant des débuts de la colonisation, perdu dans les méandres d'anomalies spatio-temporelles quantiques émanant d'une planète non-répertoriée. Les deux cycles parallèles se terminaient sur un cliffhanger rejoignant les intrigues, tournant comme toujours autour de la bien étrange Mantrisse et de la civilisation extra-terrestre qui l'étudie, augurant une fusion lors du cycle suivant.Tric TracEt bien c'est exactement ce que propose de nouveau cycle, Retour sur Aldébaran, proposé comme un retour au bercail pour se préparer à mieux repartir vers l'inconnu, mettant au préalable à plat toutes nos connaissances, afin de mieux les bousculer.Tric Trac

 

Terrain conquis et renouveau exotique

Sorti le 25 Mai dernier (il était temps que nous en parlions), Retour sur Aldébran - épisode 1, voit donc la rencontre entre les intrigues et protagonistes des cycles Aldébaran - Bételgeuse - Antarès et Survivants. Si le dossier résumé, et les scènes d'exposition de début d'album prennent par la main les nouveaux lecteurs, il est tout de même conseillé de se plonger au préalable dans les 21 tomes précédents, afin d'apprécier la profondeur des rebondissements et évolutions des personnages, ainsi que de l'univers. Il est par exemple bon de voir que les grands enquiquineurs du cycle Antarès sont toujours là, et que leurs motivations évoluent et se développent, alors que ceux-ci pourraient ne rester que minimes dans l'histoire globale. Leo n'oublie rien et tient à la cohérence de son/ses mondes.Tric TracNiveau scénario, on reprend pile où l'on s'en est arrêté, dans les deux cycles à la fois, avec le contact humain-extra-terrestre s'établissant peu à peu, la découverte du cube menant sur un autre monde (peuplé d'humain !), son lien inexpliqué aux Mantrisses de diverses planètes, mais aussi son contexte politique et religieux qui décidément, avec ces bêtes de terriens, ne vole jamais bien haut. Après une première partie d'album bien plus posée servant à définir le contexte délicat où évoluent les personnages, l'ambiance bascule au profit du bizarre et de l'exploration du nouveau monde de l'autre côté du cube.Tric Trac

cliquez pour entrer en grand dans le cube

Leo se fait plaisir en développant des mystères sur non pas 44 mais 60 planches, et l'on sort de ce début de cycle avec l'appétit joyeusement ouvert. La première partie pourra peut-être refroidir certains, de part son aspect très politique, d'autant que l'on y profitera peu des talents de crayon de Leo dans cette première partie. Son dessin réaliste rigide des humains rappellera ce reproche récurant (et presque sans exagération) que ses personnages possèdent en tout et pour tout deux expressions faciales (mais après 25 ans, ça ne va pas changer aujourd'hui). La seconde partie fait quant à elle place à l'aventure, la tension de la découverte (on sait souvent mortelle) d'un nouveau monde. Le trait à l'aspect plausible de la faune et la flore d'outre-espace, l'un des gros points forts de la série, explose de luxuriance sur une douzaine de planches. L'on s'attend d'ailleurs à continuer sur cette lancée et plonger nos yeux de délectation dans les cases des prochains tomes.Tric TracRetour sur Aldébaran démarre sous les auspices d'un bon cycle qui donne envie, et faisant replonger avec plaisir dans un terrain presque connu. Si la densité de récit se confirme, on peut espérer être plus proche, le temps de 5 albums, du rythme soutenu et plein de surprises de Survivants, que de celui d'Antarès, qui souffrait d'un vrai ventre mou sur les tomes 3 à 5. Une très bonne occasion, donc, de (re)découvrir cet univers, avec un cycle qui pourrait s'annoncer comme la conclusion d'une longue et fascinante histoire. A moins que le dernier tome n'ouvre sur de nouveaux ailleurs insoupçonnés...Tric Trac

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

2Gefällt mir nicht

Kommentare (3)

Default
Schtroumpf_74
Cela mériterait bien un Strip Trac non ?
G. Winzenschtark
Peut-être pas tout de suite, mais à la conclusion du cycle, une vidéo pour parler et de la sortie de l'album, et revenir sur la série, serait bon.
De plus, en fonction de la conclusion de Retour sur Aldébaran, on pourra peut-être faire une analyse globale de la série.
Mais je crains que Leo ne mette pas de point final à sa saga.
J'aime la série, mais j'ai peur que le schéma ne s'essouffle. Antarès l'a presque montré. Survivant l'a, ouf, bien dynamité. Retour démarre bien, avec des rebondissements inattendus, ce qui donne aisément de bons espoirs pour la suite =)
Il serait malgré tout peut-être bon de faire un beau point final, avant de faire le cycle de trop.
Mais je peux me tromper, Leo a peut-être de la suite dans les idées et de belles surprises à nous faire vivre encore !
Schtroumpf_74
Effectivement. Après, je pensais dans un premier temps à une vidéo sur les 3 premiers cycles et terminer en ouvrant sur le cycle en cours.