Monsieur Guillaume

Spywhere : Non, rien à voir avec l'anti-virus !

Spywhere : Non, rien à voir avec l'anti-virus !

Parfois, être distributeur, ça ne suffit pas à remplir sa vie... alors en plus, on s'invente quelques petits jeux. C'est le cas de Cesare Mainardi qui, non content d'être distributeur via Atalia, nous revient avec Spywhere chez Azao Games. Si ce dernier, éditeur belge, nous a proposé Flip Hop dernièrement mais aussi Sifaka ou Ultraz, du côté de Spywhere, il faut plutôt aller voir du côté de Main Cards, maison d'édition de Cesare Mainardi qui, en son temps, avait déjà voulu éditer Spywhere en 2013 après avoir édité Robot Troc. Le temps passant, voyons ce que le jeu, illustré par Olivier Fagnère, nous propose pour Février 2017.

17195fe482932ca29f4adeaa7505b41a39d8.png

Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es !

Une fois que les 2 à 6 espions se sont rassemblés autour de la table, il leur sera remis discrètement une carte passeport représentant une des 6 nationalités contenues dans le jeu : France, Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne... et bien sûr, connaissant l'auteur, l'Italie ! Chacune de ces nationalités est dessinée avec une tenue "patriotique" ainsi qu'une particularité gastronomique nationale... Il y a peut-être un message caché mais faites votre choix entre moules-frites, choucroute, paëlla et pizza... et sinon, récupérez le jelly pudding ou le fromage qui pue. Votre objectif : récolter le plus de cartes avec votre met favori sans vous faire repérer, tout en perçant à jour les identités de vos adversaires. C'est à cette effet que vous est également confié un set de 6 cartes reprenant ces nationalités. Rapide, une fois !

72b47cc1860e1a7a4c7dd0fa1532fd9e4193.jpe

Les 108 cartes (à raison donc de 18 par nationalités) sont mélangées, 3 sont distribuées à chaque joueur et 5 sont étalées, face visible, au centre de la table. À son tour, on pioche une carte qu'on ajoute à sa main puis on échange une de ses cartes en main contre une des 5 proposées. Easy, isn't it ?

C'est effectivement facile, rapide et sa main augmente ainsi à chaque tour... mais il va falloir bluffer un peu pour ne pas être trop facilement repérable. Se jeter sur les pizzas à chaque fois qu'il y en a risque d'être louche. Donc autant noyer le poisson un peu et faire croire qu'un peu de moules-frites n'est pas pour vous déplaire... en espérant qu'un autre joueur n'est pas Belge, sinon, il sait que vous bluffez. Vous pensez être repéré sur une nationalité que vous n'êtes pas ? Vous voulez couper l'herbe sous le pied à un de vos collègues ? Si une nationalité que vous n'êtes pas est en 3 exemplaires sur les 5 visibles, vous pouvez éliminer ces 3 cartes en les prenant et en les mettant en tas face visible devant vous. Vous déclarez donc ne pas avoir de passeport de cette nationalité, mais en échange, vous supprimez 3 cartes à un potentiel adversaire et en prime vous piochez une carte supplémentaire... avec un peu de chance, vous y gagnez ! Et bien sûr, " cartes sont révélées pour compléter les cartes visibles... de quoi accélérer la fin de partie ! Ach so !

6357ae91652437e1e597c9a2b0eb37ca93e1.jpe

Enfin, il reste possible, une fois par tour, d'identifier (ou tenter pour le moins) un de vos adversaires. Vous placerez alors, devant l'impétrant, une de vos cartes "identification" face cachée. Toutefois prudence, vous ne pouvez identifier qu'une fois chacun des adversaires autour de la table... et ça pourrait bien faire la différence entre un vainqueur et des vaincus... Ventresaint-gris !

Viendra immanquablement une des deux conditions de fin de partie, justement : Soit la pioche est épuisée, soit un joueur a effectué une tentative d'identification sur chacun de ses adversaires. Les autres peuvent alors tenter d'identifier ceux qui ne l'ont pas été et il est temps de compter les points : 1 point par carte de sa propre nationalité en main. Ça, au moins, c'est engrangé ! À ces premiers points s'ajouteront ce même nombre de points mais cette fois multiplié par le nombre de nationalité deviné chez vos adversaires. Et là, ça change tout... entre ne rien deviner et tout deviner, vous pouvez vous ruiner... ou exploser vos adversaires ! À vous d'avoir bien équilibré bluff et suivi d'indices chez les adversaires ! Parfois, les 3 derniers points bonus pour celui qui met fin au jeu n'y changeront rien, parfois ils pourraient faire la différence ! Et puis, on peut toujours s'en refaire une, et après, basta !

5ad00a2d57ecbfc01ec1a02d7e802222e843.png

Allez, à table !

Un petit jeu de carte qui, dans sa mécanique de récupération de cartes, n'est pas sans rappeler un peu le Kems mais qui s'en détache rapidement pour le reste. C'est facilement expliqué, les parties durent rarement plus de 20 minutes (et heureusement car sans ça, le jeu peut sembler répétitif) et les bluffs et contre-bluffs s'enchaînent. Les parties verront parfois trop de bluffs et tous les joueurs, perdus, manqueront leurs identifications ou les réussiront par hasard.... Les scores seront alors plutôt petits ou le vainqueur l'emportera sur un coup de chanche.  En cas de "manque de bluffs", les scores s'envolent ! Entre ces deux extrêmes, il y aura toutes les parties où l'un ou l'autre aura réussi à perdre ses adversaires tout en maintenant un focus sur ses identifications pour une victoire méritée... un p'tit jeu donc sans prétention et amusant ! Qui a dit qu'être espion était facile, hombre ? 

 

9963e8440966fb29f3c4d9cacc5df9d7c6b8.jpe

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Les jeux dont on parle dans cet article

Kommentare

Default