Tabletop Simulator : le piratage massif décomplexé

Tabletop Simulator : le piratage massif décomplexé
FlatlinedGames

Bonjour à toutes et tous.

 

Je prends la plume pour vous parler aujourd'hui de la plateforme Tabletop Simulator, un logiciel payant de l'éditeur Berserk software qui permet de jouer en ligne à des jeux de société.

Cool, non ? En fait non, pas vraiment cool, car énormément des jeux disponibles sur cette plateforme sont présentes sans l'autorisation des éditeurs, auteurs et illustrateurs de ces jeux!

C'est Benwa Bannier de la boîte de jeu qui a attiré mon attention sur ce problème, dont la majorité des joueurs ne semblent pas avoir conscience.

Quelques explications sont nécessaires :

Tabletop Simulator c'est quoi ?

Un logiciel édité par la société berserk games, et vendu une vingtaine de dollars.

Il y a moyen d'acheter en supplément (DLC) pour quelques euros par jeu des versions digitales de jeux, qui ont été conçues et mises en ligne par les éditeurs de ces jeux. Ces copies digitales payantes sont tout à fait légitimes et les éditeurs, auteurs et illustrateurs reçoivent des revenus sur ces ventes.

 

Ah mais tout va bien alors ?

 

Malheureusement, non. En parallèle à ces quelques versions digitales officielles, on trouve dans le "workshop steam" de Tabletop Simulator des centaines de jeux gratuits.

Et là, bardaf c'est l'embardée :

- Ces copies digitales de jeux sont mises en ligne sans consulter ou obtenir l'accord des éditeurs, auteurs et illustrateurs, et sont donc illégitimes (c'est du piratage pur et simple).

- Ces copies digitales sont réalisées par des fans, avec des niveaux de qualité variables, allant de excellent à exécrable.

- Le joueur qui achète le logiciel Tabletop Simulator bénéficie d'office de ces copies digitales illégitimes dans Tabletop Simulator

- Le joueur qui achète le logiciel Tabletop Simulator n'est pas informé que ce ne sont pas des versions officielles/légitimes des jeux

- Le joueur qui achète le logiciel Tabletop Simulator ne se rend pas compte que les éditeurs/auteurs/illustrateurs ne sont absolument pas rétribués pour ces versions, et que seul berserk games en profite financièrement

- Les éditeurs, auteurs et illustrateurs ne sont pas concertés, n'ont aucun contrôle, et ne reçoivent rien pour ces copies digitales illégitimes.

 

Alors, cela pose plusieurs problèmes qu'il est opportun d'expliquer un par un en détail :

 

Le vol pur et simple du travail des autres est inacceptable

En marge des DLC officiels, Berserk games diffuse et permet d'utiliser dans son logiciel des jeux qui ne leur appartiennent pas et sur lesquels ils n'ont aucun droits. Ils bénéficient directement de ces nombreux jeux piratés puisque leurs clients considèrent l'ensemble du catalogue quand ils décident d'acheter Tabletop Simulator.

De plus, les copies digitales illégitimes de jeux sont réalisées par leurs utilisateurs, par des fans, qui y passent beaucoup de temps. Ils travaillent gratuitement au profit de Berserk games qui les exploite. Et la responsabilité légale de ces contributeurs est engagée sans qu'ils en aient bien conscience : Si je passe beaucoup de temps, et que je mets beaucoup d'effort et de travail à faire un truc illégal et préjudiciable à d'autres, ca ne rend pas mon action moins illégale et préjudiciable...

Les intentions (généralement bonnes) sous-jacentes n'entrent pas en ligne de compte quand il s'agit de vérifier la légitimité et les conséquences des actes posés.

 

La fausse impression de légitimité est préjudiciable et bénéficie à Berserk

 

Le joueur qui a payé sa license Tabletop Simulator et quelques DLC payants assume généralement que les jeux proposés gratuitement sur la plateforme sont légitimes, ont fait l'objet d'un accord avec l'éditeur et que celui-ci est rétribué.

Or ceci est faux, les versions de mes jeux qui ont été mises en ligne sur Tabletop Simulator l'ont été sans mon autorisation et sans que j'en retire un quelconque bénéfice. Il en va de même pour tous les autres éditeurs concernés, ainsi que leurs auteurs, et les illustrateurs.

Berserk bénéficie directement de cet état de fait.

 

Le contrôle de l'oeuvre est perdu

 

L'éditeur, l'auteur et l'illustrateur ont le droit de contrôler ou et comment leur jeu est diffusé. Ils ont tout à fait le droit de s'opposer à une version digitale, ou de ne l'autoriser qu'à certains partenaires.

Les versions digitales illégitimes de jeux disponibles sur Tabletop Simulator  sortent totalement de ce contrôle de l'éditeur. Si la version proposée est mauvaise, elle donnera une mauvaise image du jeu et de l'éditeur alors qu'il n'y est pour rien.

De plus si l'éditeur laisse faire, cela érode ses droits sur le jeu, au point qu'il pourrait à terme les perdre.

Enfin si des copies digitales illégitimes du jeu sont disponibles, l'éditeur est affaibli dans ses possibilités de vendre des licenses pour des versions digitales à des partenaires. Il s'agit d'une forme de concurrence déloyale.

 

La responsabilité de l'éditeur est exposée

 

L'éditeur est lié par un contrat avec ses auteurs et illustrateurs. Ce contrat définit généralement si et à quelles conditions des versions digitales sont autorisées. La diffusion de copies digitales illégitimes sort totalement de ce cadre et expose l'éditeur face à ses auteurs et illustrateurs.
L'éditeur peut avoir cédé l'exclusivité des droits digitaux à certains partenaires privilégiés. La présence non contrôlée de copies digitales illégitimes expose alors l'éditeur au niveau de ses obligations.

L'éditeur est enfin responsable des produits qu'il met sur le marché en termes de qualité et de contenu. Si une copie digitale illégitime contient des propos ou des images répréhensibles, l'éditeur risque que l'on croie à un produit officiel et de voir sa responsabilité engagée. Sans parler du préjudice à son image et sa réputation.

 

Qui est responsable ?

 

Berserk, l'éditeur de Tabletop Simulator prétend ne pas être responsable de tout cela. Leur position est 'Ce sont des utilisateurs tiers qui créent et diffusent ces copies digitales illégitimes, il faut les signaler (plainte DMCA) à Steam qui les supprimera et en cas de récidive bannira les utilisateurs.'

Cette approche n'est pas acceptable pour plusieurs raisons :

  • Premièrement en europe, celui qui contrôle une plateforme de diffusion de contenus est responsable des contenus diffusés, même s'ils proviennent des utilisateurs de la plateforme. Le fameux article 13 de la directive européenne sur les copyrights prévoir une exemption si la plateforme met en place des mesures pour éviter ces contenus illégitimes, ce qui n'est pas le cas. ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Proposition_de_directive_sur_le_droit_d%27auteur_dans_le_march%C3%A9_unique_num%C3%A9rique#Article_13  )
  • Reporter le problème sur Steam est une échappatoire. Ces contenus ne peuvent être utilisés que dans le logiciel tabletop simulator, son éditeur est donc dans une position unique pour contrôler ce qui y est disponible.
  • La plupart des éditeurs sont des PMEs et n'ont pas les moyens d'assurer au quotidien une veille pour chasser les copies mises en ligne au fur et à mesure de leur arrivée. C'est à Berserk de gérer le problème que pose sa plateforme. Reporter la gestion du problème causé sur ceux qui en sont victimes est inacceptable.
  • Les clients de Tabletop Simulator prennent naturellement en compte l'entièreté du catalogue de jeux accessibles, et ces copies illégitimes profitent donc directement à Berserk, au détriment des éditeurs, auteurs et illustrateurs.
  • Les individus qui créent et mettent en ligne des versions digitales illégitimes des jeux sont aussi responsables
  • Et Steam porte aussi une part de responsabilité, puisqu'ils mettent les contenus à disposition

 

OK, mais je fais quoi, alors ?

 

En tant que joueur, vous pouvez agir de différentes manières :

- faire circuler cette information autour de vous

- ne pas publier de versions digitales de jeux sans avoir obtenu au préalable l'autorisation de l'éditeur. (On sait que vous voulez bien faire, mais faites les choses dans les règles sinon vous vous exposez et vous contribuez au problème.)

- ne pas partir du principe que si Tabletop Simulator est payant c'est que tous les jeux disponibles dessus sont officiels.

- signaler systématiquement à l'éditeur et à steam les versions illégitimes de jeux Tabletop Simulator

 

Comme vous pouvez le voir, ce n'est pas tellement un problème de pognon, mais bien de contrôle, de copyright et de responsabilités. Il s'agit du respect des droits de l'éditeur/auteur/illustrateur de décider SI, COMMENT, et OU il veut que ses créations soient diffusées.

 

Merci pour votre attention :-)

(et en ces temps de virus, RESTEZ CHEZ VOUS! )
 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

15Gefällt mir nicht

Kommentare (143)

Default
phil31
phil31
il ya en ce moment 3 modules de Ankh sur Tabletop donc a en croire l'auteur de cette article les Pirates de Tabletop ont détruit ou empêché les ventes d'un jeu qui n'est pas encore sortie, et qui a récolté 2 Million 122 dollars, 3 jours avant la fin de Cross funding qu'on soit pour ou contre, il ya pas des questions a ce poser avant de parler de droit a l image ?
Mister Nico
Mister Nico
Tu as toutes les données à disposition pour savoir si les cas Ankh, middara et compagnie sont les mêmes que pour tous les autres jeux et éditeurs?
phil31
phil31
j'edit un fait et je pose une question, donc je ne comprend pas ta question
Requiemnico
Requiemnico
En désaccord profond avec la quasi totalité de cet article à charge.

La décision de retrait de certains "jeux" (ou de leurs pendants numériques qui n'est pas un jeu mais une somme d'éléments 3D manipulables) est à mon sens un peu ridicule et contre productive de la part des éditeurs de jeux qui font la même erreur que les majors du disque à l’époque.

Déjà il faudrait préciser quelles sont les éléments de propriété protégés dans un jeu.

Car TTS via son workshop ne fournit pas un jeu, il ne fournit pas de règles, n’aide en rien à suivre un plan de jeu et d’action, il ne fournit que des éléments graphiques modélisés en 3D et manipulables par l’utilisateur qui en fait ce qu’il veut après. Il pourrait décider de jouer au Uno avec les éléments d’un Arcadia Quest s’il le voulait.

Donc déjà la propriété intellectuelle ne peut à mon sens se valoir que sur la « contrefaçon » d’éléments graphiques.

Ensuite nous ne sommes pas sur une reproduction de l’objet initial, on ne vend pas un faux polo Lacoste pour un vrai, TTS met à disposition (sans les vendre, car les éléments du Workshop sont gratuits) une version numérisée d’une oeuvre tactile qui ne remplace en rien l’objet initial. Comme si obtenir une version Paint 3D d’un Rolex faisait de ma version une Rolex en somme …

Ensuite, et là on quitte l’aspect juridique (et forcément financier) pour rentrer dans l’aspect sociologique et moral, je suis persuadé que cette décision sera contre productive pour les éditeurs. De tous mes groupes de jeux, je n’ai jamais entendu « Je n’achèterai pas ce jeu car il est déjà disponible sur TTS/Tabletopia/BGA », on a tous conscience du caractère totalement indépendant des deux « objets ». Par contre l’inverse est vrai, combien de jeux en version boîte ont été achetés après avoir pu les tester en version numérique (parlez en aux utilisateurs de Gloomhaven …) ?

Mais je pense qu’à terme, comme l’industrie musicale, ces ayant-droits reviendront sur leurs décisions, lorsqu’ils s’apercevront qu’ils ont fait fausse route et qu’ils auront scié la branche sur laquelle ils étaient assis.
Mister Nico
Mister Nico
Et n'est-ce pas le droit des éditeurs de décider de scier la branche, si vraiment ta boule de cristal a raison? Pourquoi est-ce que ce sont les autres qui auraient ce pouvoir de décision, alors que la seule chose qu'ils ont fait est d'avoir acheté un jeu en boutique?
Requiemnico
Requiemnico
Mais ils en ont tout à fait le droit (encore que, comme je l'ai dit, il faille bien préciser de quelle propriété on parle, TTS ne mettant pas un jeu à disposition, juste des modélisations 3D).

Je remarque juste que se couper soi-même l'herbe sous le pied est rarement une bonne idée et que beaucoup en reviennent. Je pense aussi que nous sommes face à des acteurs qui ne maîtrisent absolument pas le domaine du numérique et l'utilisation de ces outils et qui, de manière forcément subjective car directement touchée financièrement pensent-ils, ont un réflexe d'auto défense primaire là où à y réfléchir avec un poil plus de hauteur, ils comprendraient l'intérêt de ces plateformes pour leur visibilité et au final pour leur portefeuille.
ehanuise
ehanuise
Non, il s'agit d'une décision réfléchie et mesurée, en pleine connaissance de cause. Pas d'une mécompréhension du numérique ou des plateformes modernes. Mes jeux sont dispo sur yucata, boardgamearena et boiteajeux, qui respectent les droits des éditeurs, auteurs et illustrateurs. Et pas sur TTS qui fait n'importe quoi n'importe comment et en retire un profit (les gesn achètent TTS parceque plein de jeux y sont présents.)
Quand à l'exposition et la pub, je suis en total désaccord avec ton analyse.
LEauCEstNul
LEauCEstNul
L'auteur ignore comment steam a changé sa politique concernant les mods - ce qui est le cas des jeux importés dans TTS.
Steam se considère comme une plateforme d'achat en ligne de jeux ET de mods.

Ce qui veut dire qu'ils offrent à leurs joueurs la capacité de "s'inscrire aux mods" de leurs choix, mais aussi de les facturer pour un tiers. L'éditeur en retire exactement ce qui est reproché à TTS : le parapluie Steam. Si un jour Hasbro décide d'attaquer TTS, ils devront attaquer Steam en premier lieu, car c'est Steam qui host et facture les mods pour TTS. C'est donc bien à Steam qu'il faut aller se plaindre.

Dans ce cas, Steam arrête le sujet immédiatement. Ils peuvent même désinstaller les mods à distance. S'il y a désaccord ici, deux chose : soit de l'ignorance, soit stopper une diffusion non souhaitée n'était pas, en définitive, le but. Le but ici en toute logique était de laisser courrir mais de gratter des indemnités, chose beaucoup plus compliqué à faire contre Steam quand on a la taille d'une PME.
ehanuise
ehanuise
Le fait se se réfugier derrière Steam n'enlève rien à la responsabilité de TTS, qui profite largement de la situation. Heureusement, steam est assez réactif sur les signalements, mais ca n'empêche qu'il n'est pas normal de la part de TTS de reporter la gestion de tout cela sur les éditeurs.
LEauCEstNul
LEauCEstNul
D'après ce que j'en comprends, si, justement, Steam retire toute la responsabilité (légale) de Berseck.

Tu parle de responsabilité morale, ce qui n'est pas suffisant en 2020 pour contraindre d'arrêter une activité économique (malheureusement ou non, selon points de vues).
LEauCEstNul
LEauCEstNul
"Mouais".

On attends le paiement des arriérés d'ayant-droits de la majeure part de l'industrie culturelle et de divertissement moderne aux ayant-droits de Gary Gygax.

Allez-y, du coup, les légalistes.
phil31
phil31
c'est n'importe quoi cette article, j argumente, il est bien écrit par un éditeur qui lui meme a du pompé dans ses jeux des principe deja utilisé par d autres jeux sans en référé ou sans versé quelques dividantes que ce soit a des auteurs, on pioches des cartes ok deja vue, on lance des dés, ok deja vue, on pose des ouvriers, ok deja vue, Tabletop ne propose pas les jeux puisque le jeu en lui meme c'est une boite, une regles, du materiels, ce n'est pas non plus une version numerique, puisqu'il n y a pas IA ou de joueurs simulés, c'est un mod, un echantillon qui ne peux avoir qu'un effet positif, de la pub , gratis de la mise en lumière, l experience Gloom Haven en est le parfait exemple, le mod a eu tellement de suces que le jeu etaient vendu avant meme sa sortie officiel, des gens on en fait des vidéo avant meme que le jeu physique etait sortie, je sents de l aigreur et de la méconnaissance de Tabletop dans cette article, c'est plutot une Chance d avoir ses jeux en forme de mod, car on ne fait pas de mod de jeux qui ne marche pas, on ne chante pas une chanson qu on aime pas, plus il y a des mod sur un jeu, plus c'est un gage de réussite ou de succes, alors oui tu peu continué d edité tes jeux pour les 10 amis qui t entoure ou au fond de ton garage, mais pour ma part il y a pas de probleme avec tabletop, encore une fois ce sont des mods qui sont proposé, ce n est pas le jeu, et ne me parlais de propriété intellectuelle, car dans le monde du jeu il n y en a pas, a Magic on tape une carte pour l incliner, le terme est déposé, donc chez les autres autres on l incline ou on la bascule, mais a l arrivé ça fait la meme chose non ?
Mister Nico
Mister Nico
C'est beau l'anonymat sur internet quand même. Ça permet de dire plein de bêtises, sans quitter le confort de sa chaise ni avoir peur de la moindre répercussion.
Ce serait drôle de te voir en vrai soutenir le même discours en face d'un auteur, un éditeur, ou même simplement un policier.

Pas de propriété intellectuelle dans le monde du jeu, qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre.
phil31
phil31
d'où anonymat mon nom est Phil Cas tu me le demande je te le donne et sur un forum public
phil31
phil31
je suis déjà moins anonyme que toi non ?
Mister Nico
Mister Nico
Si vous donnez votre vraie identité, ça au moins, je peux le respecter.
phil31
phil31
c'est mon identité cheche moi sur facebook
phil31
phil31
je ne cache pas mes propos d arrière de l anonymat je peux meme defendre argumenté voir changer d avis si on me prouve que j ai tords
Mister Nico
Mister Nico
Je ne pense pas que quiconque arrivera à te faire changer d'avis. Le fait de soutenir qu'il n'existe pas de propriété intellectuelle dans le monde du jeu montre que tu n'as :
- pas lu les commentaires des gens ici et sur facebook
- pas cherché à savoir s'il existait des jurisprudences dans le domaine
- jamais créé de jeu de société de ta vie

Dire que tout le monde peut faire absolument tout ce qu'il veut d'un jeu de société montre un total manque de connaissance dans le domaine. Et quand on ne sait pas...
phil31
phil31
-pas lu les commentaires, quest ce que tu en sais, les as tu lu toi ? ça c'est un argument
-jurisprudence dans quel domaine celui de piraté un jeu, bien sure qu'il y a en a, mais pour moi un module TS ne rentre pas dans ce domaine
-jamais créer de jeu, quest ce que tu en sais ? et si j'était créateur le fait d'etre copié, serais peut être pour moi gage de réussite

je te rappelle que ton premier argument sous mon message était celui d affirmé qu'il était facile d'écrire ce que j'écrivais sous couvert d'anonymat
Mister Nico
Mister Nico
Mais oui c'est un argument: ça montre que tu ne sais rien sur le sujet, et que tu n'as pas pris la peine de te renseigner avant de dire tes bêtises. Comme dit précédemment, tu ne changeras pas d'avis, car celui-ci est basé sur un fantasme déformé de la réalité des droits d'auteur en france.
ludodelaludo
ludodelaludo
Phil, même commentaires débiles de ta part que sur FB : pathetique
phil31
phil31
débiles ? ça c'est un argument !
LBSira
LBSira
Le créateur de gloomhaven, en train de lever 6 millions sur kickstarter, est le premier à utiliser TTS comme un outil de test et de promotion du jeu.
La pratique du jeu de société sur TTS comble un manque qui devrait faire réfléchir le médium surtout en cette période.

Commencer à avoir un discours aussi plat que celui de cet article me rappelle les majors musicaux des années 90... des mecs 15 ans en retard sur leur époque.
Mister Nico
Mister Nico
Il y a quand même une différence, dans le sens où les jeux de société ne sont à la base pas un contenu virtuel utilisable sur ordinateur, mais des objets physiques. Ils ne sont pas dispo sur ordinateur sous quelque forme que ce soit.
Par ailleurs, ce n'est pas à la communauté TTS de décider qui a le droit de faire quoi avec un jeu de société. Point barre. Ils peuvent être 100, 1000 ou 10000 à penser que c'est normal de mettre gratuitement à disposition un jeu de société en ligne, mais tant que les 3 personnes qui bossent chez l'éditeur disent non, c'est que c'est non.

C'est affolant de voir que les gens se croient tout permis sous prétexte qu'ils "bossent" gratuitement sur ce genre de contenu. La première chose à faire dans ce genre de situation, c'est demander la permission à l'éditeur. Ça ne mange pas de pain, et c'est très simple à faire. Le simple fait de ne pas le faire montre automatiquement que la personne sait qu'elle fait tout ça dans le dos de l'éditeur, et qu'elle est en tort. Affirmer le contraire à tue-tête ne fait que montrer la stupidité des dites personnes à vouloir mettre à tout prix ces jeux sous forme virtuelle sur la toile.

Même les fantrad de scans de manga ne sont pas un exemple valable, car ils ont pour but premier de proposer un contenu non disponible dans un langue facilement lisible pour le lecteur qui n'est pas forcément originaire de chine, coree, ou japon. Ce n'est pas vrai pour les jeux de société: la langue principale est l'anglais, qui est compréhensible par un grand nombre de personnes.

Le monde ludique a peut-être 15 ans de retard sur son temps, comme tu dis, mais les éditeurs/auteurs/illustrateurs travaillent suffisamment dure (pour pas beaucoup d'argent au final) pour avoir le droit de faire ce choix, et pas pour se faire forcer la main par une poignée de personnes qui se croient tout permis sous prétexte qu'ils sont cachés derrière un ordinateur.
letarsier
letarsier
Ce que je trouve regrettable, c'est que l'auteur de cet article à charge ne prend pas la peine de poster la correspondance avec Berserk, ce qui permettrait d'établir les responsabilités de chacun, et en particulier celle de cet éditeur. Idem, pourquoi ne pas proposer vos jeux à Berserk, cette fois-ci en dlc (à titre gratuit ou payant) ?

Je prendrai l'exemple de Vassal, lequel met les choses au point assez simplement : une requête de l'éditeur légitime suffit à faire supprimer un module. http://www.vassalengine.org/wiki/Licensing

Par ailleurs, il convient de faire remarquer que les mises à jour logicielles de tabletop rendent caducs les objets édités par la communauté steam, ce qui contraint les moddeurs à revoir leur copie à chaque fois. Pour des raisons évidentes, l'immense majorité du workshop est par conséquent obsolète et injouable.

Cela ne remet nullement en cause le principe du vol de la propriété intellectuelle, mais cela en réduit le volume de manière conséquente. Dans le fil de ma réflexion, quelle est l'audience réelle de tabletop comparé aux plateformes de jeu de société en ligne comme BGA ou BAJ ? Cela fait beaucoup de questions dont les réponses n'apparaissent pas dans cet article qui aurait mérité une approche plus générale sur la conduite et l'intrusion du virtuel dans le monde du ludique réel.

De même que le devenir de jeux qui ne sont plus édités.
ehanuise
ehanuise
Postera la correspondance avec Berserk, pour quoi faire exactement ? Je ne saisis pas bien l'utilité de la chose ? Je leur ai signalé les contenus qui posaient problèmes et leur réponse à été qu'ils se déchargeaient de toute responsabilité et qu''il fallait gérer ca avec Steam.
Et Steam a effectivement supprimé les contenus signalés quelque sjours plus tard, et ils ont été effectivement rendus inopérants chez ceux qui els avaient tékéchargés.
Reste que c'est une solution temporaire, il n'y a pas de raison que ce soit à ma charge de siurveiller leur workshop pour l''eventuelle réapparition des co,ntenus ou d'autres versions... TTS devrait exiger une validation des contenus avant mise à disposition, mais ils profitent largement du volume de contenu et donc évitent de faire le boulot.

Quand à la taille de l'audience, elle est sans incidence sur l'éroçsion des droits de l'éditeur/auteur/artiste s'il laisse faire.
Mister Nico
Mister Nico
Est-ce que ce sont uniquement les éditeurs qui peuvent signaler les contenus sans licence? Si non, est-ce qu'il y a un moyen de voir sur les modules lesquels sont sous licence et lesquels ne le sont pas?
ehanuise
ehanuise
Il n'y a pas de moyen simple de voir si un module est autorisé par les ayants droits ou non. certains postent 'avec l'autorisaton de l'éditeuir/auteur/artiste' dans la description, mais ce n'est pas vérifiable.
Pour signaler un contenu sur steam et le faire retirer par le mécanisme DMCA, il faut effectivement être un des ayants-droits, ou avoir été mandaté par ces ayants-droits.
Mes jeux ont été vite retirés car j'ai pu prouver à steam que j'en étais l'éditeur.
LEauCEstNul
LEauCEstNul
OK, du coup si tu parle de plateforme, c'est pas compliqué, tu te plains à la plateforme, pas à celle du voisin.
Si j'ai une plainte parce que quelqu'un m'insulte sur Youtube, je me plains à Youtube, pas à Orange. Même si ça passe par des tuyaux Orange. Et après je ne vais pas me plandre dans le JT de TF1 qu'Orange est responsable parce que je me trompe de plateforme. Si TT valait quelque chose sur le web US, tu peux être attaqué en diff' là dessus.

La preuve que c'était la bonne chose à faire, Steam l'a désinstallé à distance comme je te disais plus haut. Le contrôle du module leur appartenait donc bien, donc c'est bien Steam sur lesquels tu a le droit de râler en mode "bande de voleurs de droits d'auteurs".
ehanuise
ehanuise
Ca impose une charge iindue de gestion sur l'éditeur.
C'est un peu comme sui un prof débarque avec sa classe de gamins près de ton champ et que les gamins commencent à piétiner tes patates. Tu te plains au prof et tu lui dis de gérer ta classe, et s'il te dit 'gérerz ca individuellement avec chaque gamin' c'est totalement inapproprié.
LEauCEstNul
LEauCEstNul
"Ca impose une charge iindue de gestion sur l'éditeur."
MERCI CAPTAIN OBVIOUS
Si tu te fais copier en Chine, c'est pas le FBI qui va te prévenir, je me trompe ?
sebduj
sebduj
Plein de gens considèrent ceci comme complexe à voir les commentaires. C'est au contraire très simple : des gens travaillent pour créer développer, illustrer des jeux et cela leur appartient de droit. Les exploiter sans en avertir les créateurs est hors-la loi. Par contre, demander à l'éditeur s'il veut bien que sa plate-forme mette à disposition un de ses jeux, de manière gratuite est tout à fait raisonnable. En effet, la mise en ligne d'un jeu peut être une manière de faire de la pub entraînant un achat en dur. J'y crois vu que pas mal de mes jeux sont disponibles de cette façon. Mais ne pas comprendre que cela ne peut pas être fait sans accord, j'avoue que j'en perds mes bras. Sans doute une question de génération et de rapport à la gratuité créé par internet...
LEauCEstNul
LEauCEstNul
Tu diabolise les avis des gens qui ont soit un avis pragmatique, soit un avis sur les réseaux non centralisés.

PREMIER POINT
ehanuise nous dit juste au post au dessus qu'il aurait souhaité que Berseck fassent le flic pour lui eux même, alors que Berseck n'est pas responsable légal du sujet. Quand il a compris que c'est Steam, il râlouille en mode "oui ben j'me suis trompé, c'était bien Steam mais Berseck a tort quand même, "parce que"".

En gros, il aurait bien voulu ne pas avoir à faire son taf d'éditeur (veille à la contrefaçon) "parce que".

Moi j'ai perdu mes bras quand j'ai lu "je suis un éditeur eh ben j'ai pas envie de faire le taf".

Punaise mais s'il y a bien une seule personne sur la planète Terre à devoir faire ce taf de veille, c'est bien l'éditeur, non ?

SECOND POINT
Si ce n'est pas à la charge de l'éditeur, c'est à la charge de qui d'autre ? L'état français ? Une boite américaine ? Des utilisateurs non payés ?

Dans une période où les gens râlent sur :
1 - la censure sur internet des états, qui est en train de s'imposer à grand coups de "nan mais c'est des lois antiterro" (pis un peu d'espionnage économique aussi mais chut)
2 - la censure sur internet des sociétés américaines (parce que "bite poil couille femme nue", on a le droit en France).
3 - la centralisation des modèles du net (à la chinoise)

TROISIEME POINT
Le jeu sur TTS, c'est naze. Tout jeu de société, monopoly inclu, voir même jeu de l'oie, c'est mieux en réel.
DONC son jeu a encore une valeur ajoutée par rapport à une version web. DONC c'est une pub pour son jeu.

Ne pas comprendre ça en 2020 sérieux c'est jamais acheter sa musique en numérique, et zapper dès qu'une vidéo n'est pas monétisée sur youtube (sinon dsl, vous êtes incohérents).

Il y a des raisons valable, morales ET ETHIQUES à ne pas être d'accord avec un privé qui rale sur un privé, et qui fait une tribune morale sur le site #1 sur la news dans son secteur d'activité. D'autant plus que comme personne ne paye des droits aux autres entre éditeurs pour des jeux copiés +/- "non mais moi j'ai mis du draft, c'est aps pareil !", il y a gros foutage de gueule je trouve ici "nan mais toi tu fais du jeu mais VIDEOOOOOOOOOOOO alors hein t'a pas le droit de copier les jeux que mes auteurs ont copiés, pardon "se sont inspirés" sur d'autres hein, va-y fait mon taf de flic à ma place".

Si les bras t'en tombent, les bras m'en tombent.
LEauCEstNul
LEauCEstNul
Si le jeu est perçu comme lésant, la boite doit râler chez Steam.

Steam dégage le module de son workshop, désinstalle à distance chez les utilisateurs (donc c'est même pas "on arrête la diffusion" mais plutôt "on dé-diffuse") - par ailleurs, techniquement avec des modules Unity, même si berseck l'aurait voulu très très fort, ils n'auraient jamais pu des désinstallation à distance eux-même car cela necessite une manipulation sur unity, dont il faut avoir le code-source, et pour ça on parle de facture chez Unity à 4, 5 ou 6 chiffres que seul Steam peut se permettre de négocier en 1 contre 1 vis à vis d'Unity.

Le sujet n'est pas que l'éditeur soit dans son droit de râler ou non. IL EST DANS SON DROIT 100%, AUCUNE CONTESTATION ICI.

Par contre attaquer Berseck avec un angle moral "oui c'est du piratage, et le piratage, c'est du meurtre de panda" est (très) contestable : la résolution, d'un point de vue d'ayant-droits privé, de ce type d'histoire est l'histoire de la maladie du web et de la création artistique au 21ième siècle.
S'il faut "éradiquer TTS, ce vil nid de pirates, cette île de la tortue du jds", l'auteur ne s'en serait pas pris autrement, et il a utilisé la même panoplie d'argument fallacieuse que les majors de la musique (qui flippaient, en fait, surtout des maisons de disques indés à l'époque).
LeGrub
LeGrub
Bla bla bla : On peut imaginer tous les arguments possibles (exposition planétaire, convivialité etc ...)
Tant que ce n'est pas l'éditeur du jeu qui décide de mettre à disposition (gratuitement ou pas) le jeu sur cette plate forme, c'est du vol !
Et l'éditeur du logiciel s'en met plein les poches en vente des licences de son produit sur le dos de ceux-ci à l'aide des zentils particuliers imants ...
znokiss
znokiss
Tiens, les créateurs du jeu récemment kickstarté X-ODUS ont rendu leur jeu disponible gratuitement sur Tabletop Simulator : https://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=2052328398
znokiss
znokiss
Même chose pour Planet Unknown, sur KS en ce moment : https://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=2051975994