arthelius
test historia

L’histoire de l’humanité s’étale sur des millénaires, avançant avec prudence mais aussi témérité sur le chemin de l’évolution. Résumer ainsi notre histoire serait un travail colossal, et plus folle encore serait l’idée de la condenser pour en faire un jeu qui tienne en quelques heures. C’est pourtant ce que vous propose Historia : revivre l’histoire avec un grand H, avec à vos côtés les plus grands hommes et femmes ayant foulé la terre.

Default


Historia
Un jeu de Marco Pranzo
Illustré par Miguel Coimbra, Marina Fischetti
Publié par Gigamic, Giochix.it
1 à 6 joueurs
A partir de 14 ans
Langue de la règle: Française
Durée: 90 minutes
Prix: 45,00 €


Préambule

Marco Pranzo est l’auteur d’Historia, certes, mais aussi d’Upon a Salty Ocean. A ce jour ce sont ses 2 seuls jeux sortis en français. Mais ce précédent jeu était lui aussi un jeu costaud.

Giochix, l’éditeur de base du jeu, est lui aussi habitué aux gros jeux car on lui doit Romolo o Remo ou encore Gladiatori, des jeux ancrés dans l’histoire, un thème qu’il apprécie particulièrement même si Drum Roll ou Co² font partie de leur production.

Règles

Une fois le plateau installé au centre de la table, les paquets de cartes triés et disposés, les merveilles séparées en 3 ères représentant la durée d’une partie, chaque joueur va récupérer son deck de 10 cartes Action selon la civilisation choisie. Il écartera les cartes guerre et tourisme (qui seront disponibles plus tard), amenant le total de cartes en main à 8. Sur ces cartes on trouvera diverses icônes représentant les actions possibles dans le jeu, qui sont très nombreuses, le tout étant résumé sur des aides de jeu distribuées aux joueurs.

Les joueurs choisissent alors simultanément des cartes Action ou Conseiller, le nombre étant déterminé par leur niveau de technologie. Celui-ci est de 1 en début de partie, en atteignant le niveau 5, ce chiffre passera à 2 puis à 3 à partir du niveau 13. Ensuite les cartes sont révélées pour être jouées dans l’ordre du tour. Pour jouer les cartes, certaines conditions doivent être remplies ou appliquées :

  • Jouer au moins une carte Action ou conseiller à chaque tour d’action du joueur.
  • Certaines actions nécessitent des cubes de pouvoir. Une fois joués ils doivent être placés dans la zone de défausse sur le plateau.
  • Toutes les cartes Action de chaque joueur doivent être résolues, par contre ils peuvent choisir l’ordre de résolution.
  • Une carte ne peut pas être reprise, même s’il est impossible de faire l’action.
  • Enfin, certaines cartes Action comportent une action basique et une avancée.

Default

Une fois jouées, les cartes sont posées dans la colonne de défausse du joueur. Une fois toutes les cartes de tous les joueurs résolues, un nouveau tour d’actions débute et cela jusqu’à qu’un ou plusieurs joueurs jouent la carte révolution.

Les actions sont de plusieurs natures différentes, et auront donc des conséquences sur des domaines multiples :

  • Militaire, pour développer sa puissance militaire et donc faire avancer son marqueur sur le plateau vers le haut.
  • Technologie, pour développer les sciences et les connaissances et donc faire avancer d’une case sur la droite son marqueur sur le plateau. L’action avancée permet au joueur d’utiliser 3 cubes Pouvoir pour gagner 2 niveaux en technologie.
  • Art, permet de construire une merveille, et donc de remporter des bonus et surtout des points de victoire.
  • Exploitation, afin de reprendre 2 cubes Pouvoir de sa couleur dans la zone de défausse ou sur le plateau. L’action avancée permet de récupérer 4 cubes pouvoir.
  • Expansion , pour étendre sa civilisation sur le mini planisphère du plateau d’une case adjacente. L’action avancée permet de reprendre un cube de la défausse pour s’étendre.
  • Échanges, pour échanger avec une autre civilisation d’un niveau supérieur en technologie (lui rapportant 2 PV).
  • Raid, pour attaquer ses voisins adjacents (oui c’est vil), si celui-ci possède un niveau militaire inférieur (et en plus, c’est bas). Cela permet de reprendre 1 cube pouvoir dans la défausse, et 2 en avancé.
  • Guerre, permet de déclarer la guerre à une autre civilisation sur le même territoire. Le plus fort gagne alors 2 PV, et le perdant défausse son cube de pouvoir. En avancé ce sont 4 PV qui sont remportés.
  • Tourisme, permet d’attirer les touristes sur ses merveilles et de remporter 1 PV pour chaque groupe de 4 merveilles. En avancé il ne faut que 3 merveilles.
  • Révolution, marque le dernier tour d’action. Il est interdit de poser cette carte si au moins 3 cartes n’ont pas été posées dans sa colonne de défausse. Cela permet de récupérer la dernière carte de la colonne ainsi qu’une autre de son choix.

Default

Lorsqu’à la fin du tour d’actions au moins une carte révolution a été jouée, on déplace le marqueur de tour d’une section sur le plateau. Cela déclenche alors l’exécution des actions décrites dans ce segment qui comprend la remise des PV, la réactivation des merveilles, l’ajout de cubes ou la récupération, la distribution des bonus liés au gouvernement et d’autres actions décrites dans la règle.

Chaque joueur dispose également de cartes Conseiller, permettant des actions supplémentaires et tous différents selon la civilisation choisie. On débute la partie avec un seul (il est donc possible de tomber sur Bruce Lee à la préhistoire, si si), les autres seront piochés au fur et à mesure de votre avancée technologique. Quant aux cartes Leader, elles apportent des PV à certaines périodes du jeu.

Le plateau comporte plusieurs zones. La zone principale composée de carrés de couleur permet d’avancer en technologie, représentée par des symboles en bas, de gauche à droite. Elle permet aussi d’avancer en militaire, de bas en haut, là encore symbolisé par des icônes. Certains signes comportant des bonus de cubes, de cartes, de PV, voire de nombre d’actions. Cette zone est reprise sur le plateau dans le bonus de gouvernement. En dessous se trouve le cercle du temps pour marquer les tours et les 3 ères. À sa droite on retrouve la carte pour représenter l’extension des civilisations. Enfin sur le pourtour se déroule la piste de score.

Vous donner un aperçu des règles fut plus complexe que je ne le pensais, ayant dû m’étaler plus que je ne l’aurais voulu. Et pourtant je n’ai fait que survoler ou résumer le jeu, tout se passant vraiment à travers les cartes et les icônes. J’espère malgré tout que vous pourrez vous faire une idée avec ce paragraphe.

Default

Matériel

Il est assez conséquent et pourtant, étant donné le thème du jeu, vous serez étonné de voir que l’auteur a réussi à couvrir une si large période avec si peu de matériel. On trouve un grand plateau sur lequel sont représentés des carrés illustrant avec leur couleur et leur dessin une période, qu’elle soit historique ou technologique. Des cartes vous serviront à effectuer des actions et surtout à vous déplacer sur plateau. Il y a énormément de cartes, le tout accompagné par quelques cubes et pions. Ce qu’il faudra surtout retenir avant de jouer à Historia c’est que le jeu regorge d’icônes pour illustrer de manière simple (enfin autant que cela est possible), il y en a vraiment partout. Fort heureusement d’ailleurs, mais que ce soit sur le plateau ou sur les cartes, tout est résumé grâce à elles. Il ne faut donc pas avoir peur de s’y perdre, ni être allergique à ces petits dessins en noir et blanc.

Historia possède un style graphique assez minimaliste, appuyé par des illustrations encrées assez marquées, et des portraits figuratifs, bien réalisés sans être inoubliables. On pouvait craindre d’être devant un jeu au graphisme s’inspirant des livres d’histoire scolaires, ce n’est pas le cas avec le plateau, ni même les cartes sauf pour les personnalités. Malgré tout, Historia a réussi à éviter cet écueil et propose un matériel clair et fonctionnel, ce qui n’était pas gagné d’avance étant donné le style du jeu.

La boîte est imposante et son édition force le respect car cela a dû être un travail de tous les diables pour réussir à se faire comprendre. J’aime le travail graphique qui a été fait sur le jeu, et cet aspect est aussi important que les règles, et est à prendre en compte avant de jouer. Pour ma part c’est un joli essai, qui mérite d’être souligné.

Default

Ressenti durant la partie

Historia n’est pas simple à appréhender c’est un fait, et avant de vous y plonger assurez-vous d’être vif d’esprit ce jour-là. Car comme je l’indiquais juste avant, beaucoup d’actions passent par l’utilisation et la compréhension d’icônes. Les aller-retour dans la règle lors de la première partie sont donc légion. Cela ne retire rien à la qualité ludique du jeu, c’est juste que je trouve utile d’évoquer cet aspect du jeu, pour éviter toute surprise.

Une fois les premiers tours effectués, tout commence à se mettre en place, et nos actions deviennent moins chaotiques et surtout plus ordonnées et logiques. Une fois les mécaniques de bases acquises, le jeu devient plus fluide. Pour autant il faudra plusieurs parties pour bien le maîtriser et tester comme il se doit plusieurs manières de jouer et explorer les possibilités du plateau.

Historia m’a surpris, peut-être parce qu’il sort malgré tout de la production actuelle et qu’il chamboule assez facilement nos acquis, tout en jouant avec. Profond, impardonnable sur les choix et parfois complexe, Historia est un jeu à la hauteur du sujet traité. Même si au début j’ai été perdu et que lire la règle m’a demandé une certaine concentration, le jeu n’est pas pour autant inaccessible, du moins pour tout joueur ayant déjà une expérience des jeux de société, car il est clair qu’il s’adresse aux hard gamers. On prend plaisir à avancer et à voir si la stratégie que l’on a choisie va payer contre les autres. Par contre comme tous les jeux de ce gabarit, l’attente entre les tours peut parfois être assez longue, car le jeu demande réflexion. Ce petit souci s’accentuant avec un nombre de joueurs grandissant.

Lorsque l’on sort d’une partie, on se dit « wahou c’était du costaud ! », mais cela ne nous empêche pas de se dire qu’on referait bien une partie afin de prendre sa revanche, pour tester d’autres tactiques ou tout simplement jouer d’autres peuples. Un jeu sur lequel l’envie de revenir est bien présente.

Default

Durée de vie

Historia est un gros jeu, c’est indéniable. Il plaira donc essentiellement aux gros joueurs (gros dans le sens passionné pas morphologique) et à ce titre il a toutes les chances de sortir pour plusieurs parties, car il dispose d’une très bonne courbe d’apprentissage qui donne envie d’y revenir pour tester de nouvelles choses. Cependant, il faut garder à l’esprit que le jeu indique 30 minutes de jeu par joueur, et qu’il peut se jouer jusqu’à 6 joueurs : autant dire qu’avec cette configuration les parties peuvent être légèrement longues, il faut garder cela à l’esprit avant d’entamer une partie. Mais Historia propose également de jouer en solo. Avec un jeu de cet acabit c’est assez original pour être souligné. En plus de ne pas avoir besoin de camarade pour jouer, ce mode permet de s’améliorer, d’apprivoiser à son rythme le jeu pour des parties assez courtes finalement.

Civilization reste un incontournable, laissant un souvenir impérissable à tous ceux qui s’y sont essayé. Je ne souhaite qu’une seule chose à Historia : qu’il connaisse le même sort.

Default

Avis

Historia est presque un OLNI (Objet Ludique Non Identifié) a mes yeux. Que ce soit par son sujet si largement traité dans le jeu, son aspect graphique, et ses mécaniques, Historia ne peut pas laisser indifférent. Pour autant il faudra lui donner sa chance, car pour l’apprécier à sa juste valeur, il vous faudra de la motivation pour la lecture des règles et leurs compréhensions et de la patience pour apprendre à y jouer.

Historia est un excellent jeu, les mécaniques sont bien trouvées et s’accordent parfaitement entre elles. Le tout étant limité par un nombre de cartes qui reste quasiment identique tout au long de la partie, tout se jouant avec vos niveaux qui vont progresser dans différents domaines.

Être un féru d’histoire n’aura pas une grosse incidence sur le jeu, car celui-ci reste assez ouvert sans être pointu. Le thème est bien intégré mais ne surpasse pas l’expérience de jeu. Je ne saurais donc que trop vous le conseiller si mes propos dans ce test ont éveillé en vous une certaine curiosité ludique.

Merci à Quilicus pour sa correction.

Plus de tests et d'articles sur les 1D Ludiques.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Les jeux dont on parle dans cet article

Kommentare

Default