Monsieur Phal

YouTube Tric Trac : l'intelligence des joueurs !

YouTube Tric Trac : l'intelligence des joueurs !

Oui, j’aime bien faire le Youtubeur. Du coup je ne m’en prive pas. Donc je vous propose un nouveau « Point de vue ». Un truc sur l’intelligence et les jeux. Un format court. Pour déclencher une réflexion. Pour se poser des questions ou trouver des réponses. Le mieux est de regarder la chose.

 

 

Et puis, pensez à vous abonner, à liker et à partager. Oui, partagez en masse si on veut que l’algorithme de YouTube propose la chose à un maximum de monde afin de démontrer à quel point le jeu est un truc cool. 

 

► La chaine YouTube de Tric Trac, c'est par ici !

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Gefällt mir nicht

Kommentare (36)

Default
philippe meyrignac
Bravo m Phal. Génial . Tu a vue juste . Beaucoup de gens devrait. Regardez cette vidéo .........
Blanche-
Blanche-
Merci pour cette vidéo ! J’espère tellement que ce format puisse perdurer, tout comme les sujets s’affermir.

La définition de l’intelligence comme la capacité à combiner des connaissances me plaît beaucoup car elle s’applique très bien au jeu. Et elle donne une place à l’échec. On essaye, on échoue, on recommence.
Juillet
Juillet
Merci pour cette vidéo que j'ai beaucoup apprécié, notamment la référence à l'intelligence chez Piaget. C'est en réalité la capacité d'adaptation que ce dernier voyait comme l'intelligence.
Un petit bémol cependant sur l'utilisation du "jeu" comme un tout, ou encore du "jeu vidéo" comme un tout. Je pense que vous désignez en réalité certaines catégories de jeu, les jeux de réflexion, de stratégie, bref, les jeux qui demandent une réflexion.
Tous les jeux ne demandent pas de "réfléchir" ou de résoudre des problèmes, notamment les jeux vidéo, ou de nombreux "party game". Donc non, quant il s'agit de shooter du monstre comme dans le FPS, c'est surtout la motricité fine qui est importante, il y a très peu de réflexion et de problèmes à résoudre...
Il faut raison garder, de nombreux jeux, notamment des jeux vidéo mais pas que, ne rendent pas plus "intelligents" et ne font pas appel à l'intelligence.
Chakado
Chakado
Je pense que Monsieur Phal, au contraire, parlait bien de TOUTES les catégories de jeu, y compris celles faisant appel à la motricité. Je crois qu'on parle ici d'intelligence au sens de développement du cerveau en général, et non pas de réflexion visant forcément à résoudre un problème. Un jeu comme Dobble, par exemple, développe l'acuité visuelle et les réflexes, et éventuellement la mémoire.
Un jeu vidéo FPS pourra avoir un aspect éducatif si l'action se déroule dans un certain contexte historique. Et beaucoup de FPS reposent aussi sur le principe du Die & Retry, donc il y a des problèmes à résoudre, de l'optimisation de chemin, de la mémoire (se souvenir des erreurs précédentes pour passer un niveau) etc.
Juillet
Juillet
@Chakado : pour avoir beaucoup pratiqué le FPS à une époque (c'est loin tout ça !) je ne suis pas du tout convaincu de l'aspect "éducatif" de ce genre de jeu. Si l'on parle de l'arc réflexe et de la motricité fine, on est bien loin du néocortex (au sens propre comme au figuré), de la résolution de problèmes et de l'intelligence...
J'adore un jeu comme Unreal Tournament mais il faut le prendre pour ce qu'il est : un bon défouloir.
Franck19
Franck19
Très bonne analyse de l'évolution de l'être humain. Nous devenons plus passif, plus dépendant, plus assisté dans ce nouveau monde avec toutes ces nouvelles technologies etc etc...
Et effectivement le jeu est un moyen de faire travailler son cerveau tout en jouant.
Ce nouveau format de video est excellent
yoyolekoyote
yoyolekoyote
Merci pour cette vidéo stimulante.
Je me permet, Monsieur Phal, une question personnelle.
Si l'intelligence est la capacité a appréhender un problème, et quelle se développe en s'y confrontant, le jeu peut nous aider a être plus intelligent. Ainsi nous devenons plus "capable" de faire face à la vie. On se muscle.
Toutefois il peut aussi nous aliéner (action-récompense, la vie c'est les XP :-) ).
Vous avez créé et fait vivre une entreprise, j'en suis admiratif d'où vient l'intelligence d'utiliser son intelligence dans le réel?
Bien à vous.
PS : Vous avez vraiment vécu à l'époque des hommes des cavernes ?
pan bagnat
pan bagnat
Cela ne retire rien a l'ensemble du raisonnement que je partage.
Mais les hommes préhistorique n'ont pas habité des cavernes. Ce n'était pas une habitation a proprement dite. Ils n'ont été que de passage très temporaire. Une grotte c'est humide, voir froid, avec des flux d'air thermique, pas du tout agréable pour stationner ou alors uniquement à l'entrée. Demander aux hommes "actuels" qui les explorent. :o)
christophej2
christophej2
Génial cette vidéo !

J'avais entendu parler d'une école de Management qui faisait jouer ses élèves pour améliorer leurs capacités à résoudre des problèmes.
On prend de l'XP en fait quand on joue. C'est pour ca que c'est bon :)
aleph71
aleph71
Sans émerveillement difficile d'apprendre, c'est le rôle du pédagogue de savoir le succiter. C'est aussi à l'éleve de savoir se conditionner pour le reveiller (notamment dans l'enseignement supérieur). Le jeu est source de plaisir et d'étonnement et c'est en effet un merveilleux vecteur pour acquérir des connaissances. Mais il est possible de voir les choses différemment. Je m'explique : vous avez appris en jouant et j'ai joué à apprendre, voilà ce qui explique peut être ma réussite scolaire (classes prépa, grande école, doctorat). Par exemple voir le surlignage comme un jeu, un réel exercice digne des roll and write (trouver un visuel efficace et direct peut être très ludique) ou bien les maths comme une succession d'énigmes à résoudre permet à l'élève d'être en permanence enthousiaste.
LedLink
LedLink
Bonjour,

J'étais un mauvais élève et je suis maintenant professeur (d'éducation musicale) en collège.

Du coup j'ai les deux points de vue.

Le sujet est intéressant (normal on est sur TT), je suis complètement d'accord que le jeu est un excellent vecteur pédagogique. Par contre c'est tellement facile de critiquer l'Éducation Nationale et de dire qu'ils ne s'y sont pas mis.

D'abord c'est faux, j'étais en formation en 2012 et on nous disait d'avoir une pédagogie ludique.

Oui, certains profs ont rejeté des gamins mais non, l'Éducation Nationale n'est pas un service pourri qui stagne et persiste. Ça avance, doucement mais ça avance. Les jeunes profs ne sont pas du tout formés comme avant et certains "anciens" utilisent le jeu dans les apprentissages.

Je ne parle même pas de l'école primaire, toutes mes connaissances professeurs des écoles utilisent le jeu...

Aujourd'hui, un des gros problème que rencontre les enseignants c'est de regagner la confiance des parents qui haïssent le système éducatif français. Du coup, au lieu de travailler conjointement avec les professeurs, ces parents nous mettent des bâtons dans les roues... et dans celles de leurs enfants !

À bon entendeur...
aleph71
aleph71
Le problème culturel, c'est à dire le manque de curiosité "acquis", a toujours existé : des parents qui brisent l'enthousiasme de leurs enfants avec des propos tels que : "ça ne te servira à rien d'apprendre ceci ou cela" ce n'est pas nouveau.
Je ne crois pas que les gens haïssent le système éducatif, ils pensent juste que cela n'a pas un intérêt pratique d'apprendre, que c'est inutile.
Par contre ce qui a changé c'est la surabondance de connaissances à notre disposition (internet, médias) qui entrent parfois en compétition avec les professeurs, qui laissent croire aux gens que l'apprentissage n'est plus nécessaire : aller surfer est à leurs yeux suffisant ...
Malheureusement ce sont souvent des connaissances délétères, parcellaires, prémâchées et mal digérées que les gens prennent sans discernement pour les mettre au service d'une idéologie : on ne garde que ce qui nous convient, ce qui flatte nos opinions, nos convictions et on rejette ce qui nous déplait. C'est souvent un enracinement dans l'erreur : l'absence d'effort, se contenter de recevoir sans discernement, sans réflexion abêti plus qu'il ne rend intelligent.
L'absence de confrontation et d'esprit critique ou tout simplement de curiosité dans le sens d'aller au-delà, d'explorer et d'ouvrir son esprit c'est ce qui pose le plus de problème actuellement.
Le métier de professeur a changé. Il doit apporter un savoir-faire plus encore que des connaissances : apprendre à l'enfant à faire le tri des connaissances qu'il a en permanence à disposition.
Cela touche tous les domaines (pas que l'éducation nationale) : par exemple les "médecins" improvisés sont légion.
En biologie il n'existe pas de vérité absolue et toute analyse ou expérience est par nature biaisée. C'est l'analyse des biais (l'exploration) qui est source de savoir (savoir-faire). Avoir des connaissances sans cela ne mène qu'à des impasses.
Vicen
Vicen
C'est dingue tout ses joueurs de société qui en ont marre des adultes qui catégorise les joueurs... mais qui de leur côté sont emplie d'apriori négatifs sur les jeux vidéo. Et n'hésitent pas à exprimer de bon vieux stéréotypes rétrogrades.

Bref l'humain est programmé pour voir midi à sa porte. Une chose est sûr : les jeux ne rendent pas + ouvert d'esprit, c'est très décevant.
Wart
Wart
C'est à moi que tu parles, pour "le côté hypnotique dû à l'écran" ?
Je bosse 8h par jour devant un écran, depuis… bien trop longtemps, tu penses pas que mater la vraie vie pendant 8h chaque jour n'aurait pas été plus bénéfique pour ma rétine, depuis le temps ?
Proute
Proute
C'est plutôt l'écran qui est mis en cause. Le jeu vidéo, c'est plutôt pas mal, mais passer des heures devant youtube et sur les réseaux sociaux et à se prendre la luminosité de l'écran dans la tête (déjà rien que pour travailler sur du texte ça a une incidence ne serait-ce que sur le sommeil), c'est déjà plus problématique, et actuellement tout se mélange un peu. J'aimerais bien voir des études indépendantes claires sur le jeu vidéo, aussi en fonction du nombre d'heures quotidiennes ou d'affilée passées à y jouer, etc.
Beaucoup de gens trouvent qu'ils apprennent des tas de choses grâce à l'écran, n'empêche que l'arrivée de la télé dans les foyers a provoqué une régression du langage de l'ordre de 10 % (on a en moyenne 10 % de vocabulaire en moins que les gens avaient avant la télé ; un mot sur 10 ! Et on se croit plus intelligents qu'eux justement parce qu'on a l'"information" ! Alors certes, on sait plus de "choses", mais si on ne sait pas les exprimer correctement...)
Vicen
Vicen
@Wart : je comprend, de mon côté je suis pas malheureux d'avoir eu une enfance sans trop d'écran.


@Proute : Effectivement l'écran à un impact sur le sommeil... et le sommeil à sans doute un impact sur l'assimilation des connaissances.

Mais concernant le langage c'est juste une question de méthodologie. Il suffit de procéder comme lors d'une lecture et cherchez la signification des mots qui nous échappes, et ce quel que soit le média. En suite tout dépend du genre de programme regardé... bref c'est plus une question de paresse cette perte de 10%.

Exemple : le verbe subodorer, je ,ne l'ai pas appris dans un livre. De même que le fait que la force centrifuge soit en réalité deux forces centripètes. Et des exemples comme ça j'en ai à la pelle.

Après 10% de moins ici, mais combien de % de + concernant tout ce qui tourne autour de l'informatique et autres trucs modernes ? Ils demandent si on connait le terme "meeple" ou "mégaoctet" dans tes tests ?

Moi je crois surtout que ce sont ceux qui ont établi le champs lexical à testé auprès des gens, qui sont cruellement pas à la page et pauvres niveau vocabulaire. De tout temps les jeunes ont toujours eu plus de facilité à comprendre ce que baragouine leurs vieux que l'inverse. :p
eldarh
eldarh
"l'arrivée de la télé dans les foyers a provoqué une régression du langage de l'ordre de 10 %" ça m'embête toujours lorsqu'on affirme ce genre de chose sans sourcer un minimum. Après quelques recherches, si évidemment on trouve un bon nombres d'études sur les effets néfastes de la "télévision", je n'ai rien trouvé sur ces 10%. D'où le tiens-tu ?
Proute
Proute
En fait cette baisse a été constatée dans les années 50 à l'entrée des universités aux USA ; après élimination des autres variables, il a été mis en évidence que c'était dû à l'introduction de la télévision dans les foyers. Tout simplement parce que les gens ont alors commencé à passer moins de temps à parler à leurs enfants, les laissant devant la télé où ils "apprenaient" des choses.
Vous pouvez trouver des sources dans la méta-étude vulgarisée de Michel Desmurgets, "TV lobotomie", qui liste des centaines d'études en fin d'ouvrage. A noter que le bouquin ne parle que d'écrans TV et des programmes TV, pas de cinéma ni d'ordinateurs ou de jeux vidéos.
Vicen
Vicen
Les fictions doivent monopoliser une par non négligeable du vocabulaire aloué à nos cerveaux. Exemple : Klingon, désintégration, téléportation, sith, nazgul, hobbit, liche, expelliarmus etc...
Des trucs plus ou moins inusité à l'université ;)