In der Datenbank seit 24.03.2017

edition 2017
Par Jamey Stegmaier
Illustré par Jakub Rozalski
Édité par Matagot
Distribué par Surfin' Meeple

Standalone 3 extensions 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

C'est pas faux. (bis.)

Scythe est un jeu hybride qui s'est imposé un cahier des charges plutôt musclé:

- Il faut qu'il y ait des paysans et des gros robots.
- Il faut que ce soit un jeu de gestion stratégique.
- Il faut qu'il soit cérébrale pour les experts.
- Mais aussi fluide et ergonomique pour les amateurs.
- Il faut qu'il soit interactif.
- Et pas trop long.
- Et pourtant jouable de 1 à 5 joueurs (et même jusqu'à 7 tiens).
- Il faut qu'il soit assez combinatoire et/ou asymétrique pour assurer une bonne rejouabilité.
- Il faut qu'il soit le moins abstrait possible.
- Il faut absolument que ce type s'occupe des illustrations.
- KS is the answer.

Pas simple!
Mais stimulant.

À l'arrivée on obtient un compromis tout-à-fait convaincant et intéressant mais qui, nécessairement, laissera dubitatif les adeptes du contrôle total.
On a affaire à un presque 4x dopé à la course aux points de victoire, emballé dans les séduisants atours d'un thème et d'illustrations imparables, propulsé par un canevas de mécanismes bien dosés, et tempéré par un soupçon de hasard.
La mise en place répond à une soupe combinatoire: chaque joueur reçoit un plateau de faction unique associé à un plateau joueur unique assorti d'un point de départ spécifique.
Ce trio brasse un ensemble de capacités spéciales et d'orientations stratégiques privilégiées qui garantissent l'asymétrie revendiquée par le jeu mais pose l'insoluble question de l'équilibrage.

Toutes les combinaisons sont-elles équivalentes entre elles?
Certaines factions sont-elles plus avantagées que d'autres?
Ces avantages déséquilibrent-ils le jeu de facto?
Toutes cette belle mécanique sur-éditée n'est-elle donc pas vaine compte tenu de cet aléa préliminaire?

Réponse: c'est pas faux.
Les configurations sont à vrai dire suffisamment nombreuses pour abandonner toute idée d'équivalence parfaite. Ce n'est apparemment pas le but de la manœuvre. Mais c'est peut être justement cette profusion de variables qui permet au jeu de retomber sur ses pattes: quelque soit la combinaison obtenue il y aura forcément quelque chose de valable à en tirer.
Pour gagner il faut avoir un plan, comprendre le plan des autres, et avoir un plan B pour amortir les imprévus.
Partant de là, chacun a sa carte à jouer, même si une faction peut sembler avantagée dès le départ. À l'usage, car Scythe s'apprécie dans la durée, il ne semble pas qu'un facteur déterministe soit en mesure de jouer les parties d'avance. À une ou deux exceptions près (qui ne regardent que les vétérans du jeu), aucune configuration de départ n'assure une stratégie gagnante à l'arrivée.

Donc voilà le topo, Scythe est assez imparable en plus d'être sexy, il propose quelque chose de modulable, intuitif, dense et riche. Il s'adresse à plusieurs profils de joueurs sans en privilégier aucun.
On pourra donc toujours trouver un p'tit truc à redire mais en définitive cet objet consensuel et rutilant s'impose avec une espèce d'évidence qui laisse difficilement indifférent.

 Voir d'autres avis...

Kommentare

Default