Occitanie trahie !

Ce jeu est déchirant. En grande fana de l’Histoire cathare, j’avais craqué sans compter mes deniers, et la boîte bien pleine n’était pas désagréable, au contraire… Le contraste entre le plateau et les pions (très naïfs) et les Maisons (très beaux dessins classiques) était un peu bizarre pour mes yeux d’artiste, mais bon.

Le jeu n’est pas vraiment compliqué, ça tient de « Fief » pour la plus grande partie… Mais c’est l’usine à gaz, les règles sont féodales (c’est-à-dire qu’il faut se fonder sur la coutume des jeux de simulation pour pouvoir jouer tellement il y a d’imprécisions…). Et tout ça pour en venir à une terrible constatation : tous ces efforts pour de la bête baston à gros coups de dés, plus quelques cartes d’action très déséquilibrées. Le tout saupoudré de quelques aberrations : le siège d’une ville doit forcément se faire à l’assaut (pas de blocus) ; l’armée des croisées est assez ridicule comparé à ce que les vaillants Occitans peuvent aligner ; rien ne vient compenser la faiblesse des maisons de tisserand cathares face à l’Inquisiteur, etc.

Bref, une belle déception. C’est vraiment un terrible malheur, car la période est passionnante. Le genre de ratage qui donne envie d’adapter les règles (en partant sur le système de « Hannibal » et « Conquerors » ?)… Au point de refaire le jeu.

Ce qui pourrait sauver le jeu serait encore le résumé historique, passionné jusqu’à l’excès chauvin de son thème, mais bon, ça ne suffit pas vraiment.

Bon, Occitanie libre, hein !

 Voir d'autres avis...

Kommentare

Default