Pour les faveurs d’un Roi si généreux !

über Caylus
10,0

Caylus est un jeu qui frôle la perfection.
Que peut-on reprocher à ce jeu ? L’aspect graphique du plateau pour certains…
Le reste se passe de commentaires. Je n’ai pas vraiment de reproches à faire concernant les règles qui m’ont paru suffisamment claires. Les pictogrammes du plateau de jeu résument parfaitement les actions possibles et constituent une aide très pratique. Le thème est plaisant. La durée des parties est raisonnable compte tenue de la catégorie du jeu et puis de toute manière on ne voit pas le temps passé…Il reste même abordable pour un public assez large car ses mécanismes sont facilement assimilables.

Dés le premier tour , les joueurs se retrouvent immergés en apnée dans le monde de Caylus.
Le rythme est tendu et rapide ce qui est rare pour un jeu de réflexion de cette trempe. En effet nul besoin de sablier pour les habituels hésitants qui ont le don de plomber les parties en rallongeant leur durée inutilement. Le rythme est extraordinairement fluide. L’action unique est de placer un ouvrier sur une case restée libre. Une action unique qui se répète jusqu’à la décision de passer mais qui est lourde de conséquence. C’est un jeu où il faut souvent anticiper les éventuels gains afin d’établir une tactique payante. Plus le nombre de joueurs est grand , plus l’ordre dans lequel on joue est déterminant. Le joueur qui vous précède prend toujours un main plaisir (c’est bien connu) à vous piquer la place où vous aviez prévu d’installer un de vos ouvriers.

Les stratégies sont multiples pour espérer gagner car il existe plusieurs manières d’engranger des points de prestige. Doit-on se concentrer sur la construction du château ou s’occuper plutôt de bâtir les différents édifices de la ville ? Il n’existe certainement pas de recettes miracles. Caylus tire aussi sa force de cette spécificité. La tension, déjà bien présente lors de la pose des ouvriers, atteint son apogée lors du déplacement du prévôt. Ce dernier peut prêter lieu à des négociations entre les joueurs qui peuvent ainsi s’allier provisoirement pour contrer un adversaire trop dangereux. Attention alors de se pas se perdre dans des discussions sans fin qui risqueraient de dénaturer ce jeu si dynamique !
Caylus garde tout son intérêt à 2 ou 3 joueurs ! Rare sont les jeux de cette catégorie qui peuvent se targuer de satisfaire ce point particulièrement important à mes yeux. Selon le nombre de joueurs les tactiques peuvent être très différentes. Le placement aléatoire des bâtiments neutres en début de partie contribue également au renouvellement et à la grande diversité des parties.

Caylus fait honneur au monde des jeux de société d’autant plus qu’il est français et qu’il n’a vraiment rien à envier à des pointures comme Puerto Rico ou Age of Steam. Ce n’est pas pour rien qu’il est 1er au classement actuel du Top Tric Trac Bayésien !

Kommentare

Default