In der Datenbank seit 24.03.2017

edition 2017
Par Jamey Stegmaier
Illustré par Jakub Rozalski
Édité par Matagot
Distribué par Surfin' Meeple

Standalone 3 extensions 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

Si t'es passé à côté...

J'ai voulu faire mon snob, me dire que ce jeu, c'était encore que de la hype de kickstarter boostée aux figurines. Quelques artworks pas dégeus, 1 kilo de plastique et on se fait quelques millions avec un jeu correct.

Quel con. C'est beau, c'est bon, c'est élégant, c'est profond et fluide, reprenez un peu de mon borscht, c'est le mécha qui régale.

Attention, car Scythe n'est pas un jeu de combat de figurines, ni un 4X, et presque pas un jeu de contrôle de territoire (c'est une des mécaniques, mais pas le cœur du jeu). Si vous cherchez à dominer le monde en vous mettant sur la gueule à coups de méchas, vous allez être déçus.

Moi-même c'est un aspect que j'aurais voulu voir plus développé (même dans une extension, mais hélas...) : un système de combat un peu plus pêchu, plus surprenant. Mais au moins ça fonctionne, et y'a pas de dés !

Non, Scythe est avant tout un jeu où il faut construire son moteur, sur son petit plateau personnel, et optimiser ses coups, car ça va vite, très vite. Scythe est une course aux points (ou plutôt aux objectifs), où il faut être malin et mettre en œuvre son plan rapidement pour être plus efficace que les autres : produire plus, produire mieux, se déplacer où il faut quand il faut, et taper juste là où ça fait mal.

Voilà à quoi peut ressembler un tour particulièrement gratifiant dans Scythe : produire 2 métaux avec ses ouvriers, compléter avec la carte de combat qui vous sert de ressource joker grâce à votre pouvoir de faction, pour ensuite construire votre dernier mécha, ce qui vous offre votre 5e étoile : plus qu'une pour la victoire ! Vous placez votre mécha sur l'usine au centre du plateau pour renforcer votre défense (l'usine vaut cher en fin de partie), libérant la technologie qui vous permettra enfin de traverser la rivière vers une base ennemie, pour gagner votre dernière étoile au combat et remporter la partie au prochain tour.

Tout ça en 1 seul tour, 2 actions qui vous auront pris 2 minutes.

Le tout se déroule sur une carte magnifique avec des figurines au top, les illustrations ne sont pas en reste, mais ça c'est un plus. Les cartes rencontres, sortes de mini-quêtes à choix multiple, insufflent un peu de vie au thème. Notons aussi que tout est ergonomique et bien pensé, la qualité de production est ahurissante, l'iconographie intuitive : même des joueurs relativement novices s'y retrouveront facilement.

A 5 ou plus on commence déjà à se marcher un peu dessus, et là ça se bastonne déjà plus, mais on attend parfois un peu son tour. Le prix de l’interactivité. Mais globalement les tours passent très vite.

Les différences entre les factions ont l'air subtiles mais elles impactent vraiment les sensations de jeu, et les multiples stratégies lui offrent une bonne rejouabilité. Cependant le côté un peu abrupte de la fin de partie peut être un peu frustrant ("problème" corrigé par des tuiles de fins de parties différentes dans une extension), quand on était sur le point de sortir son gros coup.

Ces quelques petits défauts n'entachent pas la merveille de design qu'est ce jeu. On voit que ça a été peaufiné et testé comme il faut. Chaque partie est jouissive de bout en bout, et la tension ne retombe jamais.

Si vous aimez la gestion, l'optimisation, le contrôle de territoire et les méchas déprimés pseudos URSS de 1918 : à posséder absolument !

 Voir d'autres avis...

Kommentare

Default