« Tu fais quoi demain de 9h00 à minuit ? »

« Tu vas voir, ça va te plaire ». C’est en ces termes que deux excellents amis m’ont incité à tester ce jeu au visuel très attractif. Je n’en reviens toujours pas tellement c’était ennuyeux. Heureusement pour notre amitié, je crois qu’ils n’y ont vu que du feu. Ils ne sauront pas que je trouve débile de dépenser des fortunes dans l’achat de figurines (dont les plus puissantes sont évidemment les plus onéreuses). Si encore c’était pour la passion de les peindre et de les utiliser en déco, je pourrais comprendre, mais non, c’est pour les disposer sur un grand champ de bataille –une table en vérité– avant de se lancer dans une bataille qui s’annonce épique et spectaculaire… Attention, ce n’est qu’une impression, le jeu se révélant vite mou et ennuyeux. Compliqué aussi. Les règles sont tellement denses qu’elles constituent un bouquin à elles seules (vendu très cher, comme le reste). Moi qui espérais beaucoup de ce jeu, que j’attendais fun et dynamique, je suis déçu car c’est tout l’inverse. Pour couronner le tout, après s’être paluché les règles jusqu’à l’écœurement, on n’attaque pas tout de suite car il faut se constituer une armée. Quel moment inoubliable, au cours duquel je suis limité par le nombre de figurines possédées par mes potes. Pour tester une nouvelle tactique, j’en déduis qu’ils devront dépenser plus de sous ! Enfin c’est prêt, on peut commencer à s’amuser. Pour déplacer nos troupes, on utilise un mètre et faut pas se louper sinon mes deux compères me rappellent à l’ordre avec un sérieux impressionnant. Quand je pense qu’il y a des compétitions rassemblant des passionnés, j’aimerais être une mouche pour y assister deux minutes (pas plus, merci bien). Le soir est vite là et la bataille est loin d’être finie (alors qu’on utilise des « effectifs réduits »). Trois heures et une tonne de jets de dés plus tard, on abandonne (il reste pourtant pas mal de monde dans chaque camp). Croyez-moi, on ne m’y reprendra pas.

thierry-dicule@caramail.com

Kommentare

Default