Un compagnon intergénérationnel de choix à avoir absolument dans sa ludothèque

8,0
Dans la série des jeux familiaux, rapide et fun qui s’explique en quelques secondes, Lucky Numbers a fait sensation l’année dernière. Le jeu n’est pourtant pas tout neuf, mais cette réédition chez Tiki sublimée par la patte de Christine Alcouffe et l’ajout du jeu sur la plateforme en ligne Board Game Arena ont contribué à lui donner un buzz bien mérité.

Sa simplicité (1 minute pour expliquer les règles), son visuel très réussi avec ses tuiles trèfles, son design très coloré, ses parties rapide (15 minutes) qui en appellent d’autres et un matériel de haute qualité avec des plateaux et des tuiles cartonnés très épaix, lui donne une accessibilité sans pareil. Jouable dès 5/6 ans sans trop de soucis, il rejoint selon nous cette liste de jeu addictif et efficace intergénérationnel que sont Skyjo, Push ou encore 6 qui prend …

Côté Mécanique, c’est extrêmement simple sur le concept. On prend une tuile du centre de la table (face cachée ou visible si des adversaires en ont laissés certaines), et on la place. Point. Le hasard est donc fortement présent, mais va devoir être contrôlé. Remplacer une tuile pas bien placé de notre côté, peut sembler une bonne idée, mais attention car elle ouvrira la possibilité aux joueurs suivants de prendre cette tuile visible que tu libères. Il faudra donc constamment jongler entre ce qui est le meilleur choix pour nous tout en prenant bien en compte les opportunités adverses que cela laisse. Un dilemme permanent et très plaisant. Le jeu étant une course consistant à remplir sa grille, un léger avantage existe pour le 1er joueur.

Le second élément très plaisant est la prise de risque liée à notre placement. La grille étant de taille définie et la mise en place nous positionnant dans une situation plus ou moins agréable, chaque placement définira les tuiles à positionner avant et après. Un 18 positionné en 3ème ligne ou 3ème colonne ne laissera la place que pour un 19 ou un 20 ! Et il faudra bien regarder les plateaux des autres joueurs pour s’assurer que les chiffres en question soient encore disponible, chaque chiffre n’étant disponible qu’autant de fois qu’il y a de joueurs dans la partie ! Pour ajouter encore un poil de prise de risque, nous utilisons systématiquement la variante de “Michael”.

La variante de Bruno Cathala est en plus le petit piment qui manquait au jeu. Elle ajoute un petit point de règle totalement indispensable. Chaque fois qu’un joueur place une tuile et qu’elle se retrouve adjacente diagonalement avec le même numéro, le joueur peut faire un nouveau tour. De cette idée toute bête, l’aspect stratégique du jeu se retrouve vraiment renforcé. La chance est toujours présente, et certains tirages tomberont à pic, mais cela va aussi permettre d’enchainer quelques combos assez destructrices et va rajouter un peu de “skill” à chaque partie.

Le jeu étant très simple d’accès et les tours très rapides, il sera fonctionnel et agréable peu importe la configuration de 2 à 4 joueurs. Bien entendu, plus le nombre de joueurs est élevé, plus l’aspect consistant à faire attention aux tuiles laissées deviendra important car il faudra impérativement surveiller tous les autres joueurs. Le mode Solo quant à lui nous a paru plus anecdotique, du type casse-tête avec une mécanique assez différente consistant à partir d’une grille de départ à se retrouver dans une certaine situation avec le moins “de déplacement” possible.

Sans être d’une originalité folle, Lucky Numbers arrive à surprendre par sa simplicité et son efficacité. Minimaliste à souhait, et ultra addictif, c’est un compagnon intergénérationnel de choix à avoir absolument dans sa ludothèque. La variante de Bruno Cathala ajoutant ce petit truc qui aurait pu manquer au jeu. C’est devenu l’un de nos “classiques du soir”.

+ d'infos et les avis de nos enfants sur https://akoatujou.fr/lucky-numbers/

Kommentare

Default