Un jeu cooperatif...entièrement (sauf pour perdre)

Soyons clairs: ne pas coopérer dans Galerapagos c'est se tirer une balle dans le pied, voire la tête directement. Pire, pour espérer une victoire au moins partielle (comprendre: au moins un joueur) il faudra souvent que des joueurs se sacrifient... volontairement.

Il faut donc choisir entre jouer selon la description du jeu et mourir ensemble sur l'île ou faire comme s'il s'agissait d'un jeu coop classique.
Dans tous les cas l'intérêt du jeu tombe très rapidement puisqu'en fin de compte seul le hasard décidera du sort des naufragés

 Voir d'autres avis...

Kommentare (2)

aleph71
aleph71
J'y rejouerais probablement mais j'avoue avoir fait quelques parties avec le nombre max de joueurs (acheter pour jouer en famille pour nos cousinades : plus de 100 personnes pendant 1 semaine avec beaucoup d'amateurs de jeux) et les réactions étaient très mitigées ...
bdrieu
bdrieu
On ne doit pas jouer au même jeu. :-)

L'idée de ce jeu est évidemment de coopérer, tout en assurant ses arrières. Lorsque la nourriture viendra à manquer, celui qui a conservé une réserve sera bien content, mais que faire si les autres votent contre lui ? Il y a un côté mini-loup-garous de Tiercelieux.

Bref, tout le sel de Galerapagos est de sentir quand le vent tourne et de nouer les alliances qui vont bien pour ne pas se retrouver sur le bord de la route. Alors oui, il y a du hasard mais les parties sont rapides et une bonne tchatche peut contrebalancer efficacement une main de départ pourrie.
Default